Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[VIDEO] La Krone Premos 5000 presse ses premiers pellets en Normandie

La presse à pellets de Krone tourne depuis 15 jours chez un entrepreneur du Calvados. La Premos 5000 de Krone avait été présentée lors du SIMA. L’heure est aux derniers réglages, la machine sera commercialisée en 2020 en France.

La Krone Premos 5000 est capable de fabriquer des bouchons de paille, de foin ou de luzerne directement au champ. « Un pick-up et un tapis de transfert alimentent deux matrices », explique Julien Claudon, responsable produit Krone France. La machine crée des pellets de 16 millimètres de diamètre, grâce à 2000 bars de pression. La compression atteint ainsi 600 à 700 kg par mètre cube.

Pour presser efficacement, la matière sèche ne doit pas excéder 16 % d’humidité. « Si besoin, on peut ajouter de l’eau afin d’obtenir ce liant dans le cas où la matière serait trop sèche », précise Julien Claudon. Le débit de chantier s’approche des 5 tonnes à l’heure, un chiffre proche d’un équipement statique selon Krone.

 

Krone Premos 5000 : une machine semi-industrielle

Le constructeur présente la Premos 5000 comme une machine semi-industrielle. « Cette presse va tourner 10 mois par an. Deux mois seront consacrés à la maintenance », indique James Charron, directeur commercial Krone France. L’équipement devrait permettre une commercialisation des pellets à un tarif proche des 180 €/tonne, selon les estimations du constructeur.

Sur le marché français, Krone prévoit de limiter le nombre de Premos 5000 vendues. « Nous voulons créer des partenariats puissants avec les investisseurs. Les quantités seront limitées pour garantir la réussite de cette presse », détaille James Charron.

 

Lire aussi : 20 litres de gazole pour une tonne de pellets

 

Encore besoin de réglages

Dans le Calvados, la Premos 5000 de Krone est testée chez Arnaud Besnier, gérant de l'ETA AGB. L’entrepreneur se montre satisfait par la qualité du produit fini en bout de champ. « Cependant, la machine nécessite encore quelques réglages pour s’adapter à la matière ou à la météo ».

Les plus lus

Vignette
La préfecture de l'Oise a imposé l'arrêt des moissons
La préfecture de l'Oise a publié un arrêté ordonnant l'arrêt des moissons dans le département. Dans les parcelles de blés, les…
Brexit, se préparer au "no deal"
Vigne
La prochaine échéance de l’interminable feuilleton du Brexit est fixée au 31 octobre 2019 et l’hypothèse d’une sortie sans accord…
Vignette
CETA : La Fédération Nationale Bovine poursuit son combat contre le CETA
Le vote à l'Assemblée nationale du projet de loi de ratification de l'accord commercial entre l'UE et le Canada se déroulera le…
Vignette
[VIDEO] Betteraves : Gérard Larcher ouvre la porte à une nationalisation temporaire de Cagny
Depuis l’annonce par de la fermeture de deux sucreries par Südzucker, la Confédération Générale des Planteurs de…
L’agent Michel Perrard repris par Adrien et Maxime Jouenne
Machinisme
Les nouveaux propriétaires des Ets Michel Perrard (Manche) souhaitent pérenniser la relation de proximité entretenue avec les…
Vignette
Après l’émotion des incendies de moisson, la réflexion
Les moissons 2019 resteront dans les mémoires comme celles des incendies. A situation de crise, mesure extrême : le 25 juillet…
Publicité