Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Vidéo] Agriculture et climat : vers un rapport apaisé avec Greenpeace, EELV, la FNH et la Ligue de protection des oiseaux ?

Europe-Ecologie-les Verts, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace ou la Ligue de Protection des Oiseaux sont venus débattre aux #Controverses2020 avec des représentants du monde agricole. Le thème retenu : l’agriculture face aux changements climatiques. En quoi l’agriculture est responsable ? Prend-elle ses responsabilités ?

« L’agriculture est clé pour atteindre nos objectifs écologiques. Comment et à quelle vitesse ? Les débats sont utiles et ils montrent que les agriculteurs peuvent travailler avec les associations de protection de la nature. C’est très bien », estime Emmanuel Wargon, secrétaire d’Etat à l’écologie. Arnaud Rousseau, agriculteur et président de la FOP, a d’ailleurs retenu des convergences avec Greenpeace. C’est par exemple le cas sur les doubles standards de l’Union Européenne. « D’un côté, on interdit la culture de soja OGM ou de certains pesticides. Dans le même temps, on ouvre grand la porte à des cultures OGM produites à grand renforts de produits interdits chez nous », indique Cécile Leuba de Greenpeace France. Greenpeace et la FOP demeure cependant opposés sur les biocarburants de première génération. « On ne peut pas avoir une approche macro-économique sur la concurrence des terres. Il me semble que nous devons réfléchir à l’échelle des territoires », estime Arnaud Rousseau. De plus, une usine de première génération coûtait 150 ME, et 1 MrdE pour la 2nde génération

Regarder en vidéo l'intégralité du débat :
Quelle responsabilité de l’agriculture et l’alimentation française dans la déforestation ?

Viande bovine : Bruno Dufayet met en avant le modèle français

Amandine Lebreton (FNH) mise également sur le dialogue avec les agriculteurs pour trouver des portes de sortie. « Depuis un certain nombre d’années, nous avons l’impression de ressasser cette question de l’urgence écologique. Si on peut atteindre une vision commune pour changer l’agriculture, le gros différent vient de la vitesse avec laquelle nous devons faire ces évolutions ». « Nous avons un modèle qui est le moins “déconnant” dans le monde en viande bovine, avec de l’herbe et une occupation des territoires », pointe Bruno Dufayet. Les deux parties ont également critiqué une analyse environnementale qui ne se baserait que sur les méthodologies de type ACV (analyse de cycle de vie), peu favorables à la viande bovine, en particulier au bio.

Regarder l'intégralité du débat :
Omnivore ou végétarien : quel régime alimentaire est bon pour la planète ?

 

Bilan plus mitigé entre Europe-Ecologie-les Verts et la FNSEA

Julien Bayou , secrétaire national d’EELV a souhaité « tendre la main » à la FNSEA sur la question de la rémunérations des services écologiques. Réponse de la présidente de la FNSEA : « Vous tendez la main, mais ce n'est que façade. Quand j'apporte des chiffres, vous les niez ». Sur le fond, la FNSEA répond par un « oui, si... » à la demande de dialogue d'EELV, tempère Christiane Lambert pour Agra Presse à l'issue du débat. Et de conclure qu'il « est plus facile de débattre avec des ONG qu'avec des partis politiques ».

Regarder en vidéo l'intégralité du débat :
Christiane Lambert (FNSEA) et Julien Bayou (EELV) débattent sur l'eau et l'irrigation en agriculture

 

Face à l’effondrement de la biodiversité, la LPO regrette la vitesse de la réaction

« Cela fait quarante ans que je suis militant professionnel, cela fait longtemps que l’on nous dit que l’on va changer de modèle… », regrette Yves Verhilac, directeur de la Ligue de Protection des Oiseaux. Hervé Lapie, agriculteur et président de la FDSEA de la Marne répond que ce type de mesures exige un long travail d’animation de territoire : « Symbiose, c’est trois ans d’animation de territoire. On ne fait pas changer les gens comme ça, la transition demande de l’animation », a-t-il fait remarquer, en référence à la récente décision du gouvernement de ponctionner un surplus de 7 millions d’euros dans les budgets Casdar, qui servent notamment à financer des actions de développement agricole. 

Regarder en vidéo l'intégralité du débat :
L’agriculture est-elle responsable de la disparition de la biodiversité ?