Aller au contenu principal

Evolution agricole des villes
Formation : vers une professionnalisation de l'agriculture urbaine

Des expériences qui se multiplient, des manifestations qui s'organisent et des formations qui se mettent en place. En quelques années, l'agriculture urbaine est devenue réalité.

© AgroParitech

Il y a quelques année, l’agriculture urbaine faisait figure de jardins pour citadins « bobo » en mal de verdure. Moins de 10 ans après les premiers balbutiements, le regard porté sur ce qui n’est plus si marginal a changé. Le phénomène s’est largement développé, sous différentes formes et l’affaire est considérée désormais avec sérieux.

Des expériences sur les toits des villes, aux cultures en containers, en cave, en passant par les fermes de maraîchage péri-urbaines, l’agriculture urbaine se présente sous des formes variées. Et l’intérêt pour cette nouvelle approche du vivant est à agronomique, environnemental, alimentaire, sociétal, commercial…

L’univers est devenu si vaste qu’il donne l’occasion de rassemblements, échanges d’idées et d’expériences.

Le 4 et 5 mai prochains, par exemple, vont se dérouler dans de nombreuses villes de France « Les 48 heures de l’agriculture urbaine ». La manifestation en est à sa troisième édition et a accueilli l’an dernier près de 10 000 visiteurs.

Le mouvement prend de l’ampleur et nombreuses sont les villes qui s’y intéressent : Paris, Nantes, Toulouse, Marseille…  Dernière en date, Rennes métropole, qui se lance dans un projet sur 11,5 ha.

Produire des aliments, élever des animaux ou parfois mélanger les deux dans des fermes aquacoles, les champs du possible sont étendus malgré les espaces restreints. Une véritable nouvelle discipline se fait jour et avec elle, le besoin de compétences. Les formations commencent à intégrer la nouvelle donne. Pour preuve, l'école d'agronomie AgroParitech où les bacs de légumes ont investi les toits parisiens. Plus récemment, un autre signe :  la naissance d’un parcours « Agricultures urbaines et périurbaines » proposé dans le cadre de la licence pro « Métiers de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme » à Nantes. « Pour que l’agriculture urbaine ne devienne pas un simple phénomène de mode, il est important que les gens qui se lancent se lancent vraiment » commente Anne-Cécile Daniel, coordinatrice de l’AFAUP. Derrière ce sigle de 5 lettres se cache l ‘Association française d’agriculture urbaine professionnelle. Pas de doute : la professionnalisation est en marche.

Pour en savoir plus :

La Tribune – L’agriculture urbaine, un outil au service de la ville en commun

Wikiagri – Quand l’agriculture urbaine devient un levier pour l’insertion

Life & Farms - Des champs sur nos toits ou comment Paris se convertit à l'agriculture

Réussir Fruits & Légumes - Agricool : 25 millions d'euros pour passer à l'industrialisation, Les fraises urbaines d'Agricool arrivent à Monoprix, 

[Vidéo] L'agriculture urbaine à l'étude,

Un " festival du vert et de l'agriculture urbaine"

Réussir - Le triangle de Gonnesse restera une zone agricole

 

 

 

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité