Aller au contenu principal

Une vallée agricole prête à atterrir sur l'axe Paris-Roissy ?

© InVivo

Traverser un vaste jardin cultivé en allant prendre l'avion, c'est le projet fou lancé par InVivo. Le premier groupe coopératif agricole français veut faire de l'axe Paris-Roissy, le long de l'autoroute A1, une vitrine de l'agriculture française, dans toute sa diversité et selon les principes de l'agroécologie. Ce projet d'envergure a été présenté en  février, lors du IIIème Forum Grand Paris.

Conquérir les 20 km qui relient Paris à Roissy

Paris Ile de France Capitale Economique veut proposer une nouvelle vision de l’axe Paris-Roissy. Son projet : remettre le végétal au cœur de l'aménagement urbain et périurbain pour en faire la vitrine internationale de la France.

« Le Grand Paris avait un projet de jardin végétalisé sur l’axe Paris-Roissy le long de l’autoroute A1 : nous leur avons proposé un projet d’agriculture et d’écologie ! , explique Thierry Blandinières, directeur général d’InVivo.

" Nous voulons tirer parti de la multifonctionnalité des productions agricoles et végétales pour réaménager ce grand axe de 20km qui relie Paris à Roissy : esthétique et potentiel nourricier local, mais aussi capacité à stocker du carbone ou à dépolluer l’air et l’eau... Neuf milliards d’habitants en 2050 et combien dans les villes ? Quelles agricultures pour nourrir cette population de plus en plus urbaine ? C’est notre métier ! Nous mettons en transversalité tous nos métiers pour répondre à cet immense défi ! »

Quatre grands objectifs

Pour mener à bien son projet, Agrosolutions, filiale d'InVivo en charge de ce grand chantier vert, se fixe 4 grands objectifs :

- Diversifier l'offre pour accroître le potentiel actuel de 25 personnes nourries par hectare.

- Enrichir le capital biodiversité et accroître le potentiel d’accueil de pollinisateurs du territoire, aujourd’hui autour de 1 000 abeilles par hectare​.

- Poursuivre la mise en place de bonnes pratiques agricoles et tirer profit des propriétés dépolluantes des plantes pour lutter contre la dégradation de la qualité de l’air et de l’eau sur le territoire​.​

- Recourir à des pratiques agricoles innovantes pour à la fois accroître le stockage de carbone dans les sols et la biomasse et réduire les émissions de GES​.

L'initiative devrait plaire aux usagers et aux habitants du secteur. Rendez-vous en 2025 pour voir si le jardin imaginaire de 2017 est devenu réalité. Car le projet de "happy" vallée s'inscrit dans le plan stratégique " 2025 by InVivo ".

 

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Annulation du salon de l'agriculture 2021 : une décision sera prise avant mi-octobre
Le Salon de l'agriculture de Paris est censé se tenir du 27 février au 07 mars 2021. Interrogé par Agra Presse, son président…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Publicité