Aller au contenu principal

Une taxe sur les engrais azotés proposée par l’inspection générale des finances

Elargir la redevance sur les pesticides et en créer une similaire sur les engrais azotés pour financer la nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité, voilà ce que propose un rapport de mission remis au gouvernement en novembre 2022.

Epandage d'engrais azoté sur du blé
© V. Marmuse/Caia

Afin de financer la stratégie nationale pour la biodiversité d’ici à 2030, un rapport de mission de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale de l’environnement et du développement durable (IGEDD) propose de renforcer le principe pollueur-payeur en élargissant l’assiette de la redevance pour les pesticides et en créant une taxe sur les engrais azotés.

 

Des financements « limités » pour la biodiversité

« La biodiversité, qui désigne la variété de l’ensemble des êtres vivants et des écosystèmes dans lesquels ils vivent, connait un véritable effondrement documenté notamment par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) », alors que « les financements actuels sont limités au regard des objectifs poursuivis par la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) pour 2030 », constatent les auteurs de cette mission confiée par les ministres de l’économie et de la transition écologique en mars 2022.

La mission ayant recensé un besoin de financement net pour l’Etat et ses opérateurs de 174 millions d’euros en 2023 et jusqu’à 465 millions d’euros en 2027 pointe en parallèle les 10,2 milliards d’euros d’aides de la Pac annuels qu’elle juge « comme des subventions publiques dommageables à la biodiversité » et demande une réorientation des aides de la Pac.

La fiscalité favorable à la biodiversité est limitée et faiblement incitative

Au-delà, la mission propose de mobiliser certains leviers jouant sur les incitations des acteurs privés en faveur de la préservation et de la restauration de la biodiversité. « À ce titre, partant du constat que la fiscalité environnementale favorable à la biodiversité est limitée et faiblement incitative », la mission recommande « de renforcer le principe pollueur-payeur ». Et deux de ses propositions visent particulièrement les agriculteurs.

 

Elargir la redevance pour pollutions diffuses

Constatant qu’ « en raison de l’interdiction d’une partie des substances taxées et de la réduction de l’usage du glyphosate, le rendement de la taxe sur les pollutions diffuses devrait être amené à diminuer », la mission propose de compenser cette baisse de rendement de la taxe sur les pesticides en élargissant la liste des substances soumises à redevance.

Une possibilité permise par l’article 80 du règlement CE/1107/2009 de la Commission et du Conseil. Le rapport propose ainsi d’étendre la redevance à « d’autres produits dommageables à la biodiversité » dont « les usages pourraient être amenés à augmenter par substitution aux substances interdites », pour un rendement prévisible de 14 millions d’euros.

 

Instaurer une taxe sur les engrais azotés

Autre proposition de la mission pour financer la stratégie biodiversité : créer une redevance assise sur les ventes d’engrais minéraux azotés sur le modèle de la redevance pour les pollutions diffuses. « Ce qui permettrait de dégager des ressources nouvelles (60 M€/annuel pour une taxe appliquée au taux de 30 €/tonne d'azote minéral) sur la base d’une assiette large et d’un taux faible », écrivent les auteurs du rapport qui pressentent toutefois que cette redevance « rencontrerait probablement l’opposition des agriculteurs » alors que le prix des engrais est fortement renchéri par la volatilité des prix du gaz.

Une telle taxe est prévue par la loi dite Climat et résilience, rappellent les auteurs.

Elle pourrait s’appliquer si la trajectoire de réduction des engrais azotés agricoles en France fixée dans un projet de décret (en consultation publique en décembre dernier) n’est pas respectée.

Les auteurs du rapport indiquent examiner l’opportunité de fixer des taux différenciés en fonction des facteurs d'émission d'ammoniac et de protoxyde d'azote des différents types d'engrais.

Les plus lus

tracteur accidenté au bord de la route
Victime de plusieurs accidents du travail, cet agriculteur n’aura pas droit à une rente, confirme la Cour de cassation

Un agriculteur accidenté ou victime d’une maladie professionnelle n’a pas forcément droit à une rente, selon une récente…

Session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité aux sujets agricoles dans la Somme.
Désarmer la police de l’environnement dans les fermes ? Pourquoi l’OFB dit non !

La direction de l’Office français de la biodiversité s’oppose fermement au désarmement de ses agents lors du contrôle dans les…

documentaire olivier delacroix france 2
"Dans les yeux d’Olivier", la vie sur le fil de quatre agriculteurs et agricultrices

Dans « Agriculteurs : des vies sur le fil » réalisé et présenté par Olivier Delacroix sur France 2 le 10 avril,…

La députée écologiste Marie Pochon à l'Assemblée nationale
Prix plancher pour les agriculteurs : Emmanuel Macron les promet, les écologistes les font voter à l’Assemblée nationale

Instaurer des prix minimum dans les filières agricoles qui le souhaitent garantissant un revenu de deux Smic pour les…

Thierry Bailliet devant sa ferme
Thierry Bailliet lance Dans les bottes : « On veut être le Airbnb de la visite à la ferme »

Thierry Bailliet, agriculteur dans les Hauts de France, à la tête de la chaine youtube Agriculteur d’aujourd’hui (110 000…

Centrale agrivoltaïque en Seine-et-Marne
Agrivoltaïsme : le décret enfin publié, que dit-il ?

Avec plusieurs mois de retard, le décret encadrant le développement de l’agrivoltïsme a été publié au journal officiel ce 9…

Publicité