Aller au contenu principal

Agribashing
Une décision de justice qui choque les victimes d'intrusion dans les élevages

Un éleveur victime d’intrusion dans son élevage a porté plainte. Les faits ont été commis en mai par le député Bastien Lachaud et des représentants de l’association DxE. Le TGI de Saint-Brieuc a prononcé son verdict le 3 octobre. L’agriculteur est débouté et condamné à payer 3000 €. Une vaste opération « portes poussées la nuit » a -t-elle commencé dans les élevages ? Les députés demandent à Emmanuel Macron d’agir face à l’agribashing.

Et des méthodes pour le prouver qui ne le sont pas moins...
© BFM TV

3000 €, c’est ce que va devoir verser l’éleveur de porcs des Côtes-d’Armor victime d’une intrusion dans ses bâtiments le 22 mai 2019. Le député de Seine-Saint-Denis Bastien Lachaud s’était introduit dans l’élevage porcin accompagné par l’association de défense animale DxE qui avait filmé les animaux et diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. L’exploitant d’Allineuc avait saisi la justice pour « violation du droit de la propriété, violation de domicile, atteinte à la vie privée et atteinte à la réglementation sanitaire en matière d’élevage porcin », indique Ouest France. Le Tribunal de Grande instance de Saint-Brieuc a jugé l’affaire le 3 octobre et l’agriculteur se retrouve débouté et condamné aux « entiers dépens », poursuit le quotidien régional. Il n’y a pas eu « atteinte à la vie privée » justifie le TGI pour expliquer sa décision.

En mai, Christiane Lambert avait fermement condamné cette action, accusant le député et les militants de mettre en danger un élevage. C'est « scandaleux » avait-elle estimé.

Aujourd'hui, les agriculteurs sont sous le choc. Débouté et condamné à payer, le jugement ne passe pas. Sur les réseaux sociaux, de nombreux témoignages d'étonnement et d'incompréhension fusent.

Pour Eddy Fougier, politologue consultant, spécialiste des questions d'agribashing, il s'agit là d'une « légitimation de la désobéissance civile ».

 

La journaliste au Point Géraldine Woessner commente aussi la décision de justice sur Twitter.

 

Autre réaction teintée de colère en forme de question : le député qui s'est introduit de nuit dans une porcherie a-t-il eu un blâme de l'Assemblée nationale ?

 

Une vaste opération « portes poussées la nuit » a -t-elle commencé dans les élevages ? Récemment, c’est une journaliste de BFM TV qui a franchi la ligne rouge en pénétrant avec des militants de DxE, dont son président William Burkhardt, dans une maternité d'élevage porcin. La vidéo a été diffusée sur la chaîne de télévision et sur les réseaux sociaux le 8 octobre.

 

Une nouvelle fois, les réactions du monde agricole ne se font pas attendre.

 

 

« Il ne faut pas s’étonner que les élevages de volailles brûlent », lance pour sa part l’agrinaute Marc Henninger, en faisant allusion à l’incendie volontaire de trois poulaillers chez un éleveur de l’Orne.

Un appel au président de la République

Revenant sur le regrettable épisode qui s'est déroulé sur l’exploitation d’Emmanuel Prévost dans la nuit du 16 au 17 septembre 2019, la députée de l’Orne Véronique Louwagie a rédigé un courrier au président de la République. L’élue signe cette lettre avec 49 autres députés français pour demander à Emmanuel Macron de se saisir du dossier de l’agribashing, indique L’Agriculteur normand.

 

Lire aussi dans Terra La FNP (producteurs de porcs) dénonce une intrusion de BFMTV dans un élevage

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité