Aller au contenu principal

Alimentation des élevages
Les céréaliers solidaires des éleveurs dans une bourse aux fourrages

Certains ont déjà entamé les réserves prévues pour l’hiver. La solidarité se met en place pour aider les éleveurs en manque de fourrage pour nourrir leurs bêtes.

© Frédéric Faux / flickr

Orchestrées par la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), des opérations de solidarité sont organisées cette année pour fournir de la paille vers les zones qui en ont le plus besoin. « Cette belle dynamique du collectif constitue l’essence même de notre syndicalisme », précise la fédération, « elle est garante de la bonne réalisation des échanges et représente le meilleur rempart à la spéculation ».

Exemple en images dans le journal de 13 h, le mardi 23 juillet, sur TF1. Les caméras se sont posées dans les Pays-de-Loire. Clément Traineau, éleveur de Blondes d’Aquitaine dans le Maine-et-Loire, a déjà bien entamé ses stocks de paille et son ensilage d’herbe prévu pour l’hiver. Pour lui venir en aide, Thierry Foucteau, céréalier dans le département voisin de l’Indre-et-Loire, va lui vendre sa paille, à un prix inférieur au marché.

L'Anjou agricole s'intéresse aussi à cette opération paille et présente sur son site Laurent Moreau, éleveur laitier à Mozé-sur-Louet dans le Maine-et-Loire qui s'est fait livrer récemment 18 tonnes de paille en provenance des environs de Chinon.

30 départements participent à cette opération de solidarité.  En Bourgogne, les agriculteurs participent aussi à cette initiative. En Haute-Saône, Antoine Dumas a décidé de répondre à l’appel de la FDSEA en 2019, pour la deuxième année consécutive. Il veut « faire profiter les collègues les plus proches » de son foin, sa luzerne et surtout sa paille, explique-t-il sur France 3, dans un reportage du 22 juillet. A cette date, les offreurs étaient encore plus nombreux que les demandeurs. Mais les organisateurs de la bourse craignaient déjà que la tendance s’inverse.

Toujours en Bourgogne, le Portail de la Bio met également en relation éleveurs et céréaliers grâce à une bourse en ligne.

BourseFourrage

Pour faire face à la sécheresse qui s’installe, le ministère de l’Agriculture a demandé à l’Union européenne d’anticiper le versement d’un milliard d’euros d’aides prévues pour les éleveurs. Pour Emmanuel Aebischer, président de la FDSEA de Haute-Saône, l’avance sera insuffisante. « La campagne est en train de griller » constate-t-il.  Heureusement, « la solidarité agricole persiste ».

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité