Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Macron en Chine : quelles retombées pour l'agriculture ?

Incontestablement, le voyage du Président Macron aura été une belle opération de promotion pour les produits agroalimentaires français. La viande et le vin en particulier.

La viande bovine a été à l’honneur lors du voyage du Président Macron en Chine début novembre. Brunot Dufayet, le président de la FNB (la Fédération nationale bovine) a proposé au président chinois Xi Jinping de découvrir et de goûter les races aubrac, salers, charolaise et limousine. Jean-Marie Fabre et Yves Chassany, deux éleveurs cantaliens, faisaient partie de la délégation française. De retour d’Asie, ils ont répondu à quelques questions pour L’Union du Cantal.

L’image de la viande française en Chine est bonne. « On a bien senti que les produits et la viande française étaient réputés pour leur excellence, et derrière cette excellence, pour leur qualité et leur sécurité sanitaire », disent-ils. Alors, des perspectives pour la filière bovine française ? « Emmanuel Macron a été très habile », estiment les éleveurs français. La dégustation de viande par les deux chefs d’Etat a été « tout sauf symbolique ». Yves Chassany en est persuadé : « Quand on connaît le poids de la hiérarchie et l’aura du président Jinping, c’est un signal fort qu’ont pu percevoir ce jour-là tous les Chinois qui ont vu les médias. »

L’intégralité de l’interview réalisée par Patricia Oliviéri est à lire dans L’Union du Cantal.

 

Pour accompagner la viande, le président chinois a eu l’occasion de déguster également du vin français. A la Foire de Shanghai, Emmanuel Macron s’est fait ambassadeur de la filière viticole française et a vanté notamment, les vins du Languedoc.

 

Un objectif « raisonnable » de 20 000 t de viande bovine en Chine

L’objectif fixé par le gouvernement d’exporter 20 000 tonnes de viande bovine en Chine d’ici fin 2020 est « tout à fait raisonnable », a réagi Guy Hermouet, président de la section bovine d’Interbev (interprofession bétail et viandes), auprès d’Agra Presse. Un chiffre avancé par le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume lors d’une audition au Sénat le 12 novembre. « Cela représente 400 tonnes par semaine », précise M. Hermouet, ajoutant que « l’objectif à terme est de 50 000 tonnes par an ». D'après lui, entre janvier et novembre 2019, l’Hexagone a expédié 263 tonnes de viande bovine en Chine. Le marché chinois s’est rouvert à la France en 2018 et le ministre de l’Agriculture insiste depuis plusieurs mois auprès de la filière pour qu’elle s’organise et envoie des volumes plus conséquents. Aujourd’hui, cinq entreprises françaises sont agréées à l’import par les autorités chinoises et plusieurs autres ont déposé une demande, indique Guy Hermouet, confiant sur la suite de la procédure. D’après lui, Jean-Paul Bigard (président du groupe Bigard et premier acteur de la viande bovine en France) « a vu la motivation du président de la République lors du voyage en Chine et a compris que cet enjeu est politique pour la France ».

 

Lire aussi l'édito de Nathalie Marchand dans Les Marchés : En route vers l'Eldorado chinois

Voir aussi reportage de BFM et RMC Macron vante le vin français en Chine : la fierté des viticulteurs du Languedoc

et dans Paris Match Emmanuel Macron a offert à Xi Jinping un grand cru de 1978.

Les plus lus

BC Technique investit fort pour développer sa gamme de matériels de désherbage mécanique Phenix Agrosystem
Machinisme
Connue pour la distribution en France des produits autrichiens Hatzenbichler, l’entreprise BC Technique investit dans les…
La séparation de la vente et du conseil de produits phytopharmaceutiques entrera en vigueur le 1er janvier 2021
Le 1er janvier 2021, la vente et le conseil de produits phytosanitaires seront deux activités distinctes qui ne…
Vignette
Arrêtés anti-pesticide : à Langouët, la coordination rurale fait couler les eaux de la discorde
La commune de Langouêt revient dans les médias. Après les ZNT, il est question de qualité des eaux en sortie de station d’…
[VIDEO] Exosquelette et agriculture : si vous deveniez un Terminator de la salle de traite ?
L’exosquelette a d’abord été testé dans l’industrie. Puis le Japon a développé le concept, dans des fermes et notamment les…
Grimme et Ropa - Des caméras intelligentes sur les machines de récolte
Machinisme
L’écran MultiTouch de Ropa et SmartView de Grimme facilitent la récolte des betteraves et pommes de terre.
Les équarrisseurs, acteurs de l’économie circulaire
Lait
Les animaux trouvés morts et les déchets animaux sont valorisés en farine, utilisée comme fertilisant organique ou combustible…
Publicité