Aller au contenu principal

Un petit truc dans le trayon

Le petit bout de chair qui bloque tout.
Le petit bout de chair qui bloque tout.
© J.-M. Nicol

« Lorsque le lait ne s’écoule plus d’un trayon jusque-là fonctionnel, c’est le plus souvent soit en raison d’un traumatisme du bout du trayon soit la conséquence de l’inflammation chronique du canal papillaire qui peu à peu se fibrose.

Dans le premier cas, le problème apparaît brutalement et il vaut mieux ne plus soumettre le quartier à la traite au moins pendant quelques jours et dans le deuxième cas, le tarissement définitif du quartier est la plus sage décision. Insister à coup de surtraite ne résout jamais le problème mais l’aggrave ; raboter le canal à coup de sonde se termine inexorablement par une mammite et un quartier impossible à vidanger.

Cette vache vient de vêler pour la cinquième fois et un de ses quartiers n’est plus trait par la machine. Elle arrive pourtant sur le quai de traite avec un trayon plein de lait qui s’écoule normalement lors des premiers jets. Il s’écoule encore juste après la pose du gobelet puis l’écoulement s’arrête tout net comme si un clapet venait obturer le canal du trayon.

Le canal n’est ni enflammé ni douloureux mais la palpation du trayon révèle la présence d’un petit grelot qui s’y promène et qui, poussé par la descente du lait, vient en effet se poser sur le canal rendant impossible l’éjection du lait. Ce petit grelot n’est autre qu’un granulome fibreux attaché par un pédicule à la paroi interne du trayon et qui va et vient dans le lait. Il va falloir le sortir après l’avoir détaché de son amarre.

UNE TRAQUE À TÂTONS

La séance commence sur le quai de traite par la pose d’une sangle entre les pattes arrière et par la désinfection soigneuse du plancher de la mamelle et du trayon qui pour bien faire doit être plein de lait. J’introduis un anesthésique local dans la citerne du trayon puis la pince articulée dans le canal et commence la chasse au granulome en tentant de le refouler d’abord entre les mors ouverts de la pince puis en fermant les mors pour le saisir sans léser la muqueuse interne du trayon. Une fois, deux fois… dix fois. Et la onzième fut la bonne. »

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Benoît Le Baube de la ferme de Cagnolle répond à la vidéo du Parisien sur le maraîcher de Marcoussis Marc Mascetti.
[Video] Faire pousser des légumes sans eau ? La ferme de Cagnolle répond au maraîcher de Marcoussis
Alors que la France traverse une sécheresse historique, une vidéo du Parisien sur Marc Mascetti, maraîcher à Marcoussis,…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Publicité