Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cinéma
Un documentaire dans la ferme du « Petit Paysan » - Hubert Charuel filme le départ à la retraite de ses parents

C'est l'histoire d'une famille d'éleveurs laitiers en Haute-Loire. Hubert, le fils unique, est passionné de cinéma et n'a pas l'intention de rester à la ferme. Alors les vaches quitteront « Les Granges  », Sylvaine et Jean-Paul partiront en retraite et leur fils « responsable que cette ferme ait une fin  » filmera ce long et grand départ. Après « Petit Paysan » sorti en 2017, Hubert Charuel signe « Les vaches n’auront plus de nom », un documentaire de 50 minutes.

Hubert est fils d’agriculteurs de la Haute-Marne mais n’a jamais eu une vocation d’éleveurs. Lui voulait faire des films… et il est devenu réalisateur. Hubert Charuel est l’auteur du « Petit Paysan », trois fois primé à Cannes en 2018 : meilleur premier film, meilleur acteur et meilleure actrice dans un second rôle. Avant de réaliser ce film sorti en 2017, le fils de paysans avait déjà posé sa caméra dans la ferme familiale, en 2014, pour un documentaire. Il aura donc fallu une fiction et quelques années de plus pour que « Les vaches n’auront plus de nom » arrive sur les écrans. L’histoire vraie du départ à la retraite de ses parents, Sylvaine et Jean-Paul, que l’on avait découvert aux côtés du petit paysan Pierre joué par Swann Arlaud. Cette fois, pas de rôle de composition, c’est leur vie bien réelle qui est filmée au moment déchirant du départ des vaches. C’est « un film sur la fin d’une exploitation », titre l’Avenir agricole et rural. Les animaux déménagent vers « une ferme beaucoup plus moderne », commente le journal. Les vaches n’auront plus de nom, juste un collier avec un numéro, et vont devoir s’habituer au robot de traite de leur nouvelle demeure. « Le film nous fait suivre, quasiment au jour le jour, toutes les étapes de cette transition, mais aussi des scènes plus intimes : les discussions le soir autour du repas dans la cuisine ou la sieste au salon devant la télé avec les chiens », raconte encore L’avenir agricole et rural de la Haute Marne.

Le film de 50 minutes a été présenté au festival Coté court en juin à Pantin et Caroline Besse de Télérama a aimé ce documentaire « émouvant et drôlissime ».

Ce film, c'est aussi « l'urgence de garder une trace », analyse  Tiphaine Le Roux dans un reportage diffusé au 19/20 de France 3 Champagne Ardenne début juillet.

 

Lire aussi Le « Petit Paysan » laisse des traces sur son passage

et Tapis rouge pour un « Petit Paysan ».

Les plus lus

Vignette
Le suicide des agriculteurs, réalité dans la vie et sur les écrans
La profession agricole est la plus touchée par le phénomène dramatique du suicide. Un fléau contre lequel des mesures de…
Vignette
Julia Landrieu interprète sa version agri de « Balance ton quoi »
Des cheveux longs blonds et une voix douce, comme la chanteuse Angèle. Alors pourquoi ne pas se lancer ? Sur Twitter, Julia…
Vignette
Sophie-Elodie, maraîchère candidate à « L’Amour est dans le pré »
Karine Le Marchand a rechaussé ses bottes et « L’Amour est dans le pré » est reparti pour un tour. Le très médiatique show…
Kverneland - Le cultivateur à dents Enduro travaille à toutes les profondeurs.
Machinisme
Le groupe Kverneland, qui célèbre cette année ses 140 ans, lance le cultivateur à dents polyvalent Enduro à l’occasion du salon…
Vignette
L'autoconsommation photovoltaïque est rentable en particulier en élevages laitier et porcin

Avec les hausses du prix de l’électricité, autoconsommer l’énergie photovoltaïque permet de plus en plus de réaliser des…

Vignette
L’attrait pour les médecines alternatives rend nécessaire une évolution du cadre réglementaire
Les médecines alternatives en santé animale séduisent de plus en plus vétérinaires et éleveurs. Les formations se développent.…
Publicité