Aller au contenu principal

TotalEnergies renonce à l’huile de palme à compter de 2023

Dans une interview à La Provence, Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, annonce avoir décidé de ne plus utiliser d’huile de palme à La Mède pour faire du biocarburant à compter de 2023.

Usine de La Mède
Cette année le site de La Mède va utiliser moins de 100 000 tonnes d’huile de palme, selon le PDG de TotalEnergies
© TotalEnergies

« A compter de 2023 il n’y aura plus d’huile de palme à La Mède ni nulle part dans la compagnie », a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, dans une interview exclusive parue ce lundi 5 juillet dans La Provence. Le PDG de TotalEnergies déclare avoir tiré les leçons de la polémique ayant entouré l’utilisation de l’huile de palme pour fabriquer des biocarburants sur le site de La Mède. « Quand on a conçu ce projet c’était pour répondre à une demande croissante en biocarburant donc on ne s’est pas trompé […] L’huile de palme pourquoi ? Parce que c’était l’huile végétale la moins chère », explique-t-il reconnaissant avoir sous-estimé l’ampleur de la polémique.

« La bonne nouvelle c’est qu’au départ on pensait n’utiliser que 25% de résidus (huiles usagées, huiles de fritures, graisse animale Ndlr) et donc avoir besoin 75% d’huile végétales dont de l’huile de palme. Et en l’espace de trois ans les filières de résidus se sont développées et cette année nous allons utiliser moins de 100 000 tonnes d’huile de palme alors qu’au départ c’était 500 000 puis 300 000 tonnes », poursuit-il.

Lire aussi : Energies renouvelables : TotalEnergies, fournisseur et client de l’agriculture, en 7 chiffres clés

Alors que le Tribunal administratif de Marseille avait prononcé le 1er avril dernier une annulation partielle de l’autorisation de la raffinerie et reconnu l’obligation pour le pétrolier d’évaluer les impacts climatiques induits par son approvisionnement en huile de palme, le patron de TotalEnergies déclare « là on va simplifier la vie de la préfecture, on ne va pas demander un nouvel arrêté avec un maximum à 300  000 t, mais il nous faudra quand même l’autorisation d’opérer jusqu’en 2023 ».

On va sans doute investir dans un biométhaniseur

A propos de l’avenir de La Mède, Patrick Pouyanné affirme croire au potentiel des biocarburants aériens liquides et au recours aux graisses animales et huiles usagées. « On va sans doute investir dans un biométhaniseur pour valoriser les terres qui nous servent à filtrer les huiles, et ainsi produire du biogaz », précise-t-il à La Provence.

Projet de bio GNL pour les bateaux

Et d’annoncer le lancement d’un projet avec CMA CGM, pour étudier comment faire du bio GNL pour alimenter les bateaux à partir de biogaz. « Nous allons aussi annoncer avec Veolia un pilote de recherche pour produire des biocarburants à partir de microalgues et tester diverses souches d’algues pour demain alimenter les réacteurs de la bioraffinerie », révèle-t-il.

Lire aussi : Total prévoit de produire 290 000 t/an de biocarburant à Grandpuits à l’horizon 2024

 

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Pauline Pradier, vigneronne : « je veux montrer que mon métier est trop cool ! »
C’est l’histoire d’une vigneronne présente sur Instagram. A 31 ans, Pauline Pradier partage sa passion pour son métier à travers…
Publicité