Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Télévision
Sophie-Elodie, maraîchère candidate à « L’Amour est dans le pré »

Karine Le Marchand a rechaussé ses bottes et « L’Amour est dans le pré » est reparti pour un tour. Le très médiatique show télévisé a démarré le 2 septembre sur M6. L'Agriculteur normand dresse le portrait d'une des candidates : Sophie-Elodie. La maraîchère du Calvados dévoile son parcours de femme battante et revient sur cette expérience suggérée au départ par des amis.

C’est reparti pour une nouvelle saison de « L’Amour est dans le pré ». La 14e. Ce 2 septembre, sur M6, Karine Le Marchand a présenté les candidats. Tous ont ouvert leur abondant courrier et les premiers speed-dating ont démarré.

Au nombre des candidats, cette année : Sophie-Elodie, maraîchère à Cintheaux, près de Falaise, dans le Calvados. A 36 ans, la jeune exploitante agricole est aujourd’hui aux commandes de la ferme familiale. Pourtant, au départ, sa carrière ne se dessinait pas dans l’agriculture. Designer graphique, elle avait fondé son agence de communication. Mais à 26 ans, sa vie a pris un autre tournant. C’est ce parcours qu’elle raconte dans l’Agriculteur normand.

Elle évoque aussi les raisons qui l’ont poussée à participer au grand show télévisé. « En réalité ce n’est pas ma démarche, mais celle de mes amis. Ils m’ont poussé à le faire, car ils trouvent que je suis faite pour cette émission et que je suis une bonne communicante », a-t-elle confié à Estelle Désillière.

« Les bons légumes de Sophie » sont vendus en vente directe et certains de ses clients ont été surpris. « Ils ne pensaient pas que… ». Désormais, évidemment, une partie de sa clientèle veut tout savoir.  « Mais je ne peux rien leur dire. Il faut regarder M6 pour suivre mon aventure, » conseille-t-elle dans l’Agriculteur normand.

Et même si les garçons choisis à l’issue du speed-dating sont arrivés en plein rush, le premier week-end de la cueillette des asperges, elle a bien joué le jeu. « À cette période, nous faisions de grosses journées, c’était compliqué à gérer. Mais j’ai tout de même réussi à dégager du temps pour apprendre à connaître mes prétendants », explique-t-elle au journal.

Loin des plateaux de télé, la jeune femme a repris le chemin des champs et de la boutique. Pour elle, « c’était une belle expérience, très enrichissante ». Et d’ajouter : « J’ai noué des liens forts avec les autres agriculteurs de la saison ainsi qu’avec les membres des équipes techniques de l’émission. » Mais pas un mot sur d’éventuels autres liens…

Les plus lus

Vignette
Le suicide des agriculteurs, réalité dans la vie et sur les écrans
La profession agricole est la plus touchée par le phénomène dramatique du suicide. Un fléau contre lequel des mesures de…
Vignette
Julia Landrieu interprète sa version agri de « Balance ton quoi »
Des cheveux longs blonds et une voix douce, comme la chanteuse Angèle. Alors pourquoi ne pas se lancer ? Sur Twitter, Julia…
Vignette
Sophie-Elodie, maraîchère candidate à « L’Amour est dans le pré »
Karine Le Marchand a rechaussé ses bottes et « L’Amour est dans le pré » est reparti pour un tour. Le très médiatique show…
Kverneland - Le cultivateur à dents Enduro travaille à toutes les profondeurs.
Machinisme
Le groupe Kverneland, qui célèbre cette année ses 140 ans, lance le cultivateur à dents polyvalent Enduro à l’occasion du salon…
Vignette
L'autoconsommation photovoltaïque est rentable en particulier en élevages laitier et porcin

Avec les hausses du prix de l’électricité, autoconsommer l’énergie photovoltaïque permet de plus en plus de réaliser des…

Vignette
L’attrait pour les médecines alternatives rend nécessaire une évolution du cadre réglementaire
Les médecines alternatives en santé animale séduisent de plus en plus vétérinaires et éleveurs. Les formations se développent.…
Publicité