Aller au contenu principal

Soil Capital veut accompagner 1000 agriculteurs dans une démarche bas-carbone

En conférence de presse ce 16 septembre, Soil Capital a annoncé le lancement d’une deuxième saison de son programme de paiement carbone. Un programme ambitieux avec lequel la start-up compte mobiliser 1000 agriculteurs et transformer 1 millions d’hectares d’ici 2025.

Soil Capital lance outil en ligne gratuit pour simuler l’empreinte carbone des cultures.
© Vincent Marmuse (archives)

Générer des crédits carbone grâce aux réductions d’émission liées aux changements de pratiques agricoles ou à l’augmentation du stockage dans les sols par la mise en place de couverts et l’allongement de prairies temporaires, c’est l’objectif Label bas-carbone. Trois nouvelles méthodes concernant le secteur agricole ont été validées fin août par le ministère de la Transition écologique. Barbara Pompili souhaite mobiliser les entreprises et collectivités pour qu’elles s’engagent dans le financement de cette démarche bas-carbone. La ministre de la transition écologique souhaite récupérer 30 millions d’euros d’ici la fin de l’année.

Transformer 1 million d’hectares d’ici 2025

Ce 16 septembre, la start-up Soil Capital, qui accompagne les agriculteurs dans cette transition, annonce le lancement d’une deuxième saison de son « programme de paiement du carbone certifié en Europe ». La première phase a réuni 150 agriculteurs sur 35 000 ha et sur tout type de cultures et de sols. Pour la seconde phase, Chuck de Liedekerke, co-fondateur et CEO (chief executive officer) de Soil Capital, voit plus grand et annonce que le programme « s’ouvre à 1000 agriculteurs ». Son ambition est d’accompagner les agriculteurs pour « transformer 1 million d’hectares d’ici 2025 vers une agriculture régénérative et plus rentable ».

Nicolas Verschuere
« Grâce à des changements de pratique simples, les agriculteurs qui sont émetteurs aujourd’hui vont pouvoir être rémunérés demain, et ceci s’observe chez tous les types d’agriculteurs rencontrés » annonce Nicolas Verschuere, co-fondateur et directeur agronomique de Soil Capital. © Soil Capital

Pour y parvenir, la start-up met en œuvre de nombreux projets, comme des partenariats avec plusieurs acteurs des filières agroalimentaires. Elle lance aussi aujourd'hui un simulateur gratuit d'empreinte carbone baptisé « Simone », disponible via le site internet de l’entreprise. En fin d’année, la société va également réaliser un tour de France, pour permettre aux agriculteurs d’échanger sur leurs résultats de la première saison et optimiser les paiements carbone.

« Un tiers des agriculteurs de la première saison sont des stockeurs nets de carbone dès leur bilan de référence, » explique  Soil Capital. Pour l’entreprise, « toutes les cultures sont susceptibles de stocker au moins 2t/ha de carbone, y compris les cultures industrielles telles que la betterave et la pomme de terre ». Par ailleurs « 85% des agriculteurs bio inscrits au programme et 77% des agriculteurs en semis direct sont stockeurs de carbone, » commente encore la start-up. Les agriculteurs qui adoptent des pratiques qui réduisent leurs émissions de GES ou stockent du carbone, génèrent des certificats carbone et reçoivent une compensation financière de la part d’entreprises soutenant la démarche. ABInbev, L’Oréal Paris, Vadigran, Cargill et IBA achètent ces certificats à un prix d’au moins 27,5 € par certificat.

Les inscriptions au programme de rémunération carbone de Soil Capital se font en ligne et sont ouvertes jusqu’en février 2022.

Lire aussi « Le Label bas-carbone grandes cultures est validé »

Lire aussi « [Plan de relance agriculture] 10 millions d’euros pour aider les jeunes agriculteurs à faire leur bilan carbone »

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Ligne électrique au-dessus d'un champ
Risques de coupures d’électricité : comment les agriculteurs doivent s’y préparer
Le gouvernement demande aux préfets par une circulaire d’anticiper les risques de délestages électriques attendus pour janvier…
Publicité