Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Salon international de l'agriculture
SIA - A l'heure des bilans, retour sur la communication d'un rendez-vous parisien majeur

Le salon de l'agriculture. Un rendez-vous pour parler d'agriculture sur une place parisienne. Une rencontre entre professionnels et citadins. Un vrai défi de communication.

© Odyssée végétale (archives)

Le Salon de l’agriculture a fermé ses portes le 3 mars. Malgré une légère baisse de fréquentation par rapport à l’année précédente, ce sont encore plus de 600 000 visiteurs qui ont déambulé en 10 jours dans les allées de cette vitrine internationale de l’agriculture.

Cette année, la transition énergétique et environnementale, a pris une place importante dans la communication et les actions menées autour de cet événement. Exemple : l’opération de recyclage du fumier des animaux du pavillon 1.

Progressant dans la même direction, l’idée d’agriculture alternative était aussi bien présente. Jusqu’à générer un salon « off » depuis trois ans. Signe de reconnaissance pour un salon devenu très populaire ou surabondance de messages qui peuvent entraîner une certaine confusion ? Une question posée à l'heure des bilans.

Dans les colonnes de l ‘Agriculteur Charentais, Bernard Aumailley pose la question : « Trop de communication tue-t-elle la communication ? »

« L’ère de la communication a touché tous les stands, constate le journaliste.  Finis ou presque les bibelots et autres gadgets distribués, ce ne sont qu’écrans, plateaux télé, espaces de rencontres, micros-cravates et propositions de dialogue. Le public est fugace mais curieux, intéressé mais très zappeur. Les visiteurs passent de l’écoute d’un débat sous les sunlights sur la place de l’agriculture, à celle d’un chercheur de l’Inra très pédagogique sur le rôle des plantes. Il s’arrête quelques secondes sur un écran qui diffuse un reportage sur les bovins et aussitôt s’intéresse à la machine à faire des crèmes glacées… »

Et de rappeler que « si dans les stands, chacun essaie d’argumenter, de convaincre, le salon reste aussi un salon professionnel. » A but pédagogique. « Expliquer pour mieux comprendre, » un véritable besoin pour l’agriculture, exprimé par Valérie Le Roy, directrice du salon, dans le journal départemental.

Les plus lus

Vignette
La préfecture de l'Oise a imposé l'arrêt des moissons
La préfecture de l'Oise a publié un arrêté ordonnant l'arrêt des moissons dans le département. Dans les parcelles de blés, les…
Vignette
[VIDEO] Betteraves : Gérard Larcher ouvre la porte à une nationalisation temporaire de Cagny
Depuis l’annonce par de la fermeture de deux sucreries par Südzucker, la Confédération Générale des Planteurs de…
Kverneland - Le cultivateur à dents Enduro travaille à toutes les profondeurs.
Machinisme
Le groupe Kverneland, qui célèbre cette année ses 140 ans, lance le cultivateur à dents polyvalent Enduro à l’occasion du salon…
Vignette
Après l’émotion des incendies de moisson, la réflexion
Les moissons 2019 resteront dans les mémoires comme celles des incendies. A situation de crise, mesure extrême : le 25 juillet…
L’agent Michel Perrard repris par Adrien et Maxime Jouenne
Machinisme
Les nouveaux propriétaires des Ets Michel Perrard (Manche) souhaitent pérenniser la relation de proximité entretenue avec les…
Vignette
Un projet de ferme en aquaponie pour réhabiliter une friche industrielle près du port de Strasbourg
9000 m2 de serres chauffées par une centrale à biomasse pour produire en aquaponie 130 tonnes de productions végétales et 60…
Publicité