Aller au contenu principal

Réussir l'élevage des chevrettes

Le conseil de saison d'Yves Lefrileux, de la station expérimentale du Pradel pour avoir de belles chevrettes et préparer les futures laitières.

Yves Lefrileux, Institut de l'Elevage, station expérimentale du Pradel
Yves Lefrileux, Institut de l'Elevage, station expérimentale du Pradel
© D. Hardy

« Pour veiller aux bonnes conditions de logement des chevrettes, un chargement maximum de quatre chevreaux par mètre carré est recommandé dans les premières semaines, puis trois par mètre carré jusqu’au sevrage. Dès la naissance il faut procéder rapidement à la désinfection du cordon ombilical par trempage abondant. C’est également le moment d’identifier les chevrettes, et de les inspecter pour vérifier l’absence de trayons supplémentaires, de tares (animaux béguës) et exclure ces individus du renouvellement. De même les animaux dont le poids à la naissance est inférieur à 2,5 kg auront un développement très aléatoire et ne sont pas à garder. La prise de colostrum est déterminante pour l’acquisition de l’immunité. Pour limiter la transmission des infections virales types Caev, il est conseillé de le thermiser en le maintenant à 56 °C pendant une heure.

200 GRAMMES DE GMQ DE LA NAISSANCE AU SEVRAGE

Pendant la phase lactée, l’objectif est d’atteindre 200 g de GMQ de la naissance au sevrage. Pour cela, les aliments d’allaitement doivent être riches en protéines (22 %). Le respect d’une concentration vraie de 150 grammes de poudre par litre de buvée garantit une bonne ingestion et la couverture des besoins des animaux. Les aliments à 0 % de poudre de lait écrémé, moins chers, permettent d’obtenir de bons résultats de croissance. Très digestibles et rapidement assimilés, ils sont plus adaptésv à l’allaitement à la louve, qui étale l’ingestion sur toute la journée. En l’absence de louve, préférer les multi-biberons aux gouttières, avec plus de tétines que de chevreaux pour limiter la concurrence entre individus. Il faut aussi veiller à préparer les chevrettes au sevrage, qui intervient vers 12-14 kilos à un âge de 40 à 50 jours. Pour cela elles devront avoir à disposition, dès 10 jours, des fourrages de très bonne qualité afin de commencer à développer leur rumen, ainsi que de l’eau propre à volonté. Il faut aussi commencer à leur donner des concentrés adaptés, riches en protéines, afin de développer leur consommation. Elles devront avoir atteint une consommation minimum de 50 grammes par jour au sevrage. »

Pour en savoir plus, des fiches sont disponibles sur le site du Pep caprin Rhône-Alpes.

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Benoît Le Baube de la ferme de Cagnolle répond à la vidéo du Parisien sur le maraîcher de Marcoussis Marc Mascetti.
[Video] Faire pousser des légumes sans eau ? La ferme de Cagnolle répond au maraîcher de Marcoussis
Alors que la France traverse une sécheresse historique, une vidéo du Parisien sur Marc Mascetti, maraîcher à Marcoussis,…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Publicité