Aller au contenu principal

Risques climatiques : les éleveurs de ruminants demandent des outils plus fiables pour évaluer les pertes

Les éleveurs de ruminants et la FNSEA demandent au gouvernement d’être correctement protégés face aux futurs accidents climatiques et dénoncent le peu de fiabilité des outils indiciels.

Les éleveurs veulent avoir la certitude d’être correctement protégés, notamment en cas de sécheresse.
© François d'Alteroche

Alors que la réforme des outils de gestion des risques climatiques sera effective dans moins d’un mois et que les derniers arbitrages doivent encore être rendus, les éleveurs de ruminants estiment demeurer dans l’incertitude la plus totale. Dans un communiqué commun, la FNSEA, la FNB, la FNPL, la FNO et la FNEC dénoncent : « La sécheresse de cet été a largement démontré la relative fiabilité des systèmes indiciels utilisés par les assureurs pour évaluer les pertes de prairies, mais le Gouvernement ne prend aucune décision visant à compenser cette faiblesse technique. L’Etat souhaite donc encourager les éleveurs à souscrire à une assurance… tout en sachant que leurs futures pertes ne seront, probablement, pas correctement indemnisées, faute de méthode d’évaluation satisfaisante ! »

« Les limites des outils indiciels sont aujourd’hui largement énoncées, y compris par l’Institut de l’élevage »

Les signataires rappellent que : « les acteurs, profession agricole, assureurs et Etat, s’entendent pour reconnaître que cet indice satellitaire chargé de mesurer les pertes de production d’herbe en cas d’aléa climatique ne traduit pas correctement la perte fourragère ». Ils martèlent : « Les limites des outils indiciels sont aujourd’hui largement énoncées, y compris par l’Institut de l’Élevage associé aux discussions en cours avec le Ministère ».


Recours aux expertises de terrain

Pour toutes ces raisons, les éleveurs de ruminants réclament au gouvernement deux mesures urgentes :

  • permettre aux éleveurs de recourir à une « expertise de terrain » menée de façon individuelle ou collective qui pourrait être validée par un Comité départemental d’expertise dans le cadre de la procédure de contestation de l’évaluation indicielle prévue par la loi
     
  • engager en parallèle un travail technique piloté par les services de l’Etat, visant à renforcer la fiabilité des outils indiciels


Les éleveurs préviennent qu’ils ne se satisferont d’une réponse du Gouvernement qui consisterait à leur apporter uniquement la promesse d’une possible amélioration future des indices. Ils veulent avoir la certitude « d’être correctement protégés face aux futurs accidents climatiques, pour continuer de produire une alimentation de qualité ».

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
film
« La terre n'absorbe plus l'eau parce qu'elle se meurt » : la dégradation des sols filmée dans les Hauts-de-France
« Paysans du ciel à la terre avec les agriculteurs de Hauts-de-France » est un film d'Hervé Payen et Agathe Vannieu réalisé entre…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
paysage agricole en Bretagne
Dans quelles régions, l’agriculture manquera-t-elle le plus de bras en 2030 ?
La France va manquer d’agriculteurs, viticulteurs et salariés agricoles d’ici à 2030. Le déséquilibre sera plus marqué dans…
Publicité