Aller au contenu principal

Réforme de la Pac : cinq points précisés par Julien Denormandie devant le Sénat

A la demande du groupe socialiste, écologiste et républicain, Julien Denormandie est intervenu hier soir lors d’un débat au Sénat sur les enjeux nationaux et internationaux de la future Pac. L’occasion de préciser certains points sur la réforme en cours.

Julien Denormandie hier au Sénat
© Sénat

Devant les sénateurs, le ministre de l’Agriculture s’est prêté mardi 4 mai au jeu des questions/réponses sur la réforme de la Pac précisant quelques points sur le calendrier et les arbitrages en cours.

Le calendrier

« Le trilogue est toujours en cours. Il devrait se terminer à la fin du mois de mai ou au début juin », a précisé hier Julien Denormandie. Les discussions autour de la réforme de la Pac qui doit se mettre en place début 2023 ont débuté le 30 avril entre le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe. En parallèle, à l’échelle nationale, la « concertation est en cours sur le projet de plan stratégique national (PSN) avec un calendrier qui se resserre », a rappelé le ministre de l’Agriculture qui compte finaliser le projet de PSN d’ici cet été pour le proposer ensuite à la Commission européenne.

Lire aussi : La réforme de la gestion du risque en agriculture passe par « un regain de solidarité nationale »

L’Assurance récolte

A propos de l’évolution de l’assurance récolte (qui coûte aujourd’hui 150 millions d’euros dans le cadre du deuxième pilier de la Pac), le ministre a indiqué aux sénateurs ne pas être pour faire financer sa réforme dans le cadre de la Politique agricole commune, car cela se ferait au détriment d’autres mesures. « Je pense qu’il faut assurer une solidarité nationale pour accompagner le monde agricole », a-t-il déclaré devant le Sénat rejoignant ainsi la position du député Frédéric Descrozaille qui vient de rendre un rapport sur le sujet.

Lire aussi : Réforme de la Pac : sept revendications parfois divergentes des filières agricoles françaises

Aides couplées à l’élevage

Alors qu’ils sont en pleine crise de revenus, l’idée de fusion des enveloppes des aides couplées destinées aux vaches laitières et aux vaches allaitantes avec une entrée à l’Unité gros bétail (UGB) avait été jugée inacceptable par la filière bovins viandes. Julien Denormandie a réaffirmé devant le Sénat « la pertinence de passer à l’UGB » mais « je pense qu’il faut faire deux niveaux différents pour les vaches laitières et allaitantes », a-t-il pointé.

Lire aussi : « Pac : les différentes options sur la table pour les éleveurs bovins viande »

Zones intermédiaires

Les agriculteurs des zones intermédiaires craignent d’être délaissés dans le cadre de la réforme de la Pac. Plusieurs sénateurs ont remonté leurs inquiétudes hier lors du débat. « Les zones intermédiaires sont pour moi une priorité. Elles concernent 80 à 90 000 agriculteurs qui ont vu leurs revenus fortement impactés par les deux dernières Pac », a-t-il déclaré. « La difficulté c’est qu’on part d’un existant, comment augmenter la rémunération ? Cela nécessiterait de faire des transferts massifs dans le premier pilier entre les aides couplées et le paiement de base », a-t-il expliqué. Evoquant l’opposition à cette idée des autres secteurs d’élevage, il a déclaré « il faut avoir un autre équilibre ».

Lire aussi : L’enjeu de l’éco-régime pour les agriculteurs français dans la réforme de la Pac

Et d’évoquer deux pistes. « L’éco-régime a une vertu très intéressante pour les zones intermédiaire car il consiste à répartir de 20 à 30% (on ne connaît pas encore le chiffre) du premier pilier à l’ensemble des agriculteurs dès lors qu’ils atteignent les conditions de l’éco-régime, cette répartition se fait sur la base d’un taux moyen du paiement de base ce qui favorise les zones intermédiaires. Cette convergence totale va permettre de leur redonner de l’air », a-t-il avancé. « Autre solution : les MAE (mesure agro-environnementale) qui concernent pour l’heure peu les zones intermédiaires, c’est un énorme défi de la réforme de la Pac », a-t-il poursuivi.

Lire aussi : Pac – manifestation à Dijon – Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte-d’or : « on m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »

Deuxième pilier de la Pac

Si le ministre ne s’est pas dit favorable à un transfert massif des aides du premier pilier de la Pac vers le second, il a déclaré vouloir maintenir les ambitions de ses mesures (MAE, ICHN, aides au bio, assurance récolte…). Et d’annoncer que pour ce faire, « l’Etat devrait apporter 140 millions d’euros supplémentaires par an, soit un budget total de 700 millions d’euros sur la période ».

Les plus lus

Photovoltaïque
Photovoltaïque : grosse inquiétude chez les agriculteurs face au projet de révision rétroactive des tarifs
Le gouvernement a mis en consultation le 2 juin un projet de révision tarifaire photovoltaïque qui menace de faillite plus de 500…
accident
Agriculteurs et accidents de la route : quels sont les comportements dangereux ?
En 2021, Assurance prévention a mené une enquête auprès des conducteurs de véhicules agricoles. Les chiffres qui s'en dégagent…
Lucie Lucas
La comédienne Lucie Lucas se met à nu pour défendre l'agriculture bio
Installée depuis 2019 en Bretagne dans une ferme en permaculture et engagée dans une liste aux régionales menée par Daniel Cueff…
Wazoo
« Boire un canon c’est sauver un vigneron », la chanson à boire de l’été ?
Après son album Agriculteurs paru en 2020, le groupe de folk festif auvergnat sort une chanson de soutien aux vignerons touchés…
Ouverture prochaine du marché français du cannabidiol et autres extraits de chanvre
Après de très nombreuses réunions entre les différentes administrations impliquées et l’UIVEC, la France va autoriser l’…
Eté
[Météo] Fort risque de sécheresse cet été sur une grande partie de la France
La situation des nappes risque de s’aggraver dans les semaines qui viennent dans plusieurs régions alors que l’été s’annonce plus…
Publicité