Aller au contenu principal

Qui est Julien Denormandie nouveau ministre de l'Agriculture ?

Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a annoncé, le 6 juillet, la nomination de Julien Denormandie au poste de ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation. Il succède à Didier Guillaume. Son lien à l'agriculture est mince, hormis sa formation.    

Julien Denormandie nouveau ministre de l'Agriculture, à la suite de Didier Guillaume
© twitter

Après une longue attente, c'est donc Julien Denormandie qui a été nommé ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation le 6 juillet dans le nouveau gouvernement de Jean Castex. Julien Denormandie était jusqu'alors ministre délégué, chargé de la Ville et du Logement auprès de la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault.

C'est un macroniste de la première heure qui s'installe à l'Hôtel de Villeroy. Il travaillait déjà aux côtés d'Emmanuel Macron quand celui-ci était à Bercy sous la présidence de François Hollande.

Julien Denormandie est passé par AgroParisTech et l'Engref

Quel est son lien à l'agriculture ? Sa formation puisqu'il est est passé par AgroParisTech en 2000 qui le conduira à l'Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts (Engref). Dès l'obtention de son diplôme d'ingénieur en 2004, il va se tourner vers le ministère de l'Economie et des Finances puis les ambassades. Autre lien ? Son oncle Laurent Denormandie dirige une entreprise de transformation du bois et occupe plusieurs responsabilités dans la filière bois.

Son épouse, Sophie Denormandie née Ophèle, avec qui il a quatre enfants, est elle aussi ingénieure agronome AgroParisTech. Après un parcours à l'agence française de développement, elle est aujourd'hui présidente d'une entreprise nommée Ateliers Orme, à Paris, qui propose aux particuliers de fabriquer eux-mêmes leurs paires de chaussures

Veiller au partage de la valeur dans les filières

Dès sa nomination, la FNSEA a souhaité la bienvenue au nouveau ministre de l'Agriculture, après avoir eu quelques craintes sur le maintien ou non d'un ministère de l'Agriculture. "Nous comptons sur le Ministre pour être moteur, avec les professionnels et en lien avec les collectivités territoriales, dans le développement de stratégies de filières, dans des conditions de compétitivité et de partage de la valeur ajoutée permettant aux agriculteurs de vivre du prix rémunérateur de leurs produits", a souligné la FNSEA dans son communiqué.

C'est aussi le thème du communiqué de bienvenue de l'Ania (Association nationale des industries agroalimentaires). "L’Ania demande au nouveau ministre de mettre en place rapidement des mécanismes visant à rééquilibrer les relations entre les différents maillons de la chaîne alimentaire, au travers notamment du vote de la proposition de loi portée par Grégory Besson-Moreau, député LREM de l’Aube", souligne-t-elle dans un communiqué.

Lire aussi : Julien Denormandie, parcours d’un Agro jusqu’à l’Agriculture

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Agriculture bio
Jusqu’à 5% d’exploitations converties auraient quitté le bio en 2021
Pour l’heure 2300 exploitations converties auraient arrêté le bio en 2021, selon des chiffres provisoires de l’Agence bio révélés…
Publicité