Aller au contenu principal

Quand l'Auvergne titille les cinq sens

© François d'Alteroche

Entre Paris et Clermont-Ferrand, début octobre sera un moment fort pour l’Auvergne. Entre agriculture et ruralité : de l’élevage, du blé, un film.

Préparez-vous à entendre parler de l’Auvergne. Du 3 au 5 octobre, non loin de Clermont-Ferrand, va se tenir le Sommet de l’Elevage. Les plus beaux specimens de Salers, d’Aubrac et autres races bovines seront en compétition sur les rings. C’est un salon professionnel mais les journalistes qui adorent l’agriculture ne vont pas manquer de vous en parler.

Et ces trois jours ne seront pas consacrés qu’à l’élevage. Les produits locaux seront présents dans les différents points de restauration. En Auvergne, on prend le temps de manger. Et de faire du bon pain. La filière meunière auvergnate sera également présente au salon pour fêter ses 20 ans et communiquer sur la mise à jour de son cahier des charges. Après le label rouge, obtenu en 2006, la filière va plus loin et met en place la démarche « De la graine au pain » qui intègre des exigences agro-environnementales, des exigences liées au côté naturel du produit et des exigences liées à la zone de culture des blés. Agriculteurs, meuniers et artisans boulangers s’engagent ainsi dans une véritable charte partenaires, « pour partager les valeurs de la filière avec les consommateurs ». 77 agriculteurs ont répondu présents à ce jour. En 2017, 1600 ha de blé ont été cultivés pour produire plus de 3000 tonnes de farines.

Missing élément de média.

 

Est-ce un pur hasard ou une volonté de faire coïncider la date avec le salon du Puy-de-Dôme : il sera question d’Auvergne aussi ce 3 octobre à Paris. Le film « Auzat l’Auvergnat » arrive dans les salles parisiennes. Le documentaire a pu voir le jour grâce notamment à un financement participatif organisé sur la plateforme de projets 100 % ruraux Cocoricauses. Auzat est un village de Haute-Loire, que le grand-père d’Arnaud Fournier Montgieux, le réalisateur, filmait déjà dans les années 60. C’est donc l’histoire d’un coin de ruralité au cours de ces 50 dernières années. Un regard sur l’évolution d’un lieu et de ses habitants. « L’âme et la richesse du monde rural sont bien là et nous invitent à repenser notre société de demain » peut-on lire dans le pitch.

Missing élément de média.

 

Et pour les papilles, lire aussi " Le Pré, carré ! ", dans l'Express.

 

 

 

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Le kernza, une céréale pérenne, « modèle et prometteuse » pour diversifier les systèmes
C’est une nouvelle culture qui pourrait diversifier les systèmes. Le kernza est une céréale pérenne. Elle fait l’objet de…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
Publicité