Aller au contenu principal

Poutine brandit la menace de l’inflation mondiale des prix alimentaires

Lors d’une réunion gouvernementale en visioconférence, le président russe Vladimir Poutine a brandi la menace d’une inflation mondiale des prix alimentaires, conséquence d’une moindre exportation des engrais russes.

Vladimir Poutine le 10 mars 2022
Vladimir Poutine a évoqué le risque d'une inflation des produits alimentaires mondiale hier lors d'une réunion avec son gouvernement.
© Présidence russe

Le président russe Vladimir Poutine a prévenu le 10 mars lors d’une réunion gouvernementale que les sanctions imposées à la Russie en lien avec la guerre en Ukraine risquent d’entraîner une inflation mondiale des prix alimentaires du fait d’une moindre exportation d’engrais russes, rapportent nos confrères d’Agra Presse. « Si ça continue comme ça, cela aura des conséquences sérieuses (...) pour le secteur alimentaire dans l'ensemble, la hausse de l'inflation sera inévitable », a-t-il déclaré. Les engrais russes ne sont pas en soi touchés par les sanctions occidentales. En revanche, les secteurs de la finance et de la chaîne logistique le sont, ce qui affecte les capacités de la Russie à exporter, a laissé entendre le président russe. « Si on continue de nous créer des problèmes pour financer ce travail, l'assurer, dans la logistique, la livraison de nos produits (...) alors les prix vont augmenter toujours plus, et cela va se ressentir sur le prix du produit final, les produits alimentaires », a menacé Vladimir Poutine.

A la suite de l'annonce de sanctions massives contre la Russie et son économie, en représailles du conflit en Ukraine, le ministère russe de l'Industrie avait recommandé la semaine dernière aux producteurs d'engrais russes de suspendre temporairement leurs exportations, rappellent nos confrères d’Agra Presse. Vladimir Poutine a rappelé lors de cette réunion que « la priorité était d’assurer l’approvisionnement en engrais sur le marché intérieur russe ».

« Nous avons des ressources [en engrais], nous pouvons, nous sommes prêts à approvisionner nos partenaires étrangers. Si des problèmes nous sont créés, alors les conséquences négatives pour ce secteur de l'économie mondiale sont inévitables », a-t-il en néanmoins déclaré, selon l'Agence Interfax.

Voir tous nos articles sur la Guerre en Ukraine

Les plus lus

Jean-Marie Séronie, agroéconomiste indépendant et membre de l’Académie de l’agriculture.
Cash Investigation : « une émission truffée d’erreurs qui n’explique pas à quoi sert la Pac »
Avant la diffusion de Cash Investigation sur la Pac, présentée par Elise Lucet, l’agroéconomiste indépendant Jean-Marie Séronie…
alimentation animale
Plan de résilience agricole : l’aide aux éleveurs pour l'alimentation animale, mode d’emploi
Le guichet pour l’aide aux éleveurs confrontés à une hausse des coûts de l’alimentation animale suite à la guerre en Ukraine est…
Serge Zaka agroclimatoloque météo
Canicule 2022 : pourquoi le scénario de l'été 1976 se rapproche, selon Serge Zaka
La France connait cette semaine un exceptionnel épisode de canicule précoce après un début de printemps très chaud et sec. Un…
solagro
Pesticides : une carte de France des IFT publiée par Solagro
Quels pesticides ont été utilisés sur les surfaces agricoles dans votre commune ? Solagro et Ecotone proposent de le découvrir…
aide
Chèque alimentaire : un virement pour les plus précaires avant la rentrée
Elisabeth Borne, la Première ministre, a confirmé le versement d’une aide à la rentrée pour les personnes les plus modestes,…
« Les agriculteurs nous délèguent ce qu’ils maîtrisent le moins »
Dominique Pellen gère l’ETA familiale à Plouvorn dans le Finistère nord en binôme avec son frère Sébastien. L’entreprise…
Publicité