Aller au contenu principal

Pourquoi le salon de l’agriculture 2024 sera « vraiment spécial »

Le Salon de l’agriculture 2024 ouvrira ses portes ce 24 février pour sa 60 édition, porte de Versailles. Une édition particulière intervenant quelques jours après une manifestation des agriculteurs historique.

pavillon 1 du salon de l'agriculture 2023
© Nathalie Marchand

 

Le salon international de l’agriculture 2024, du 24 février au 3 mars 2024, sera particulier pour plusieurs raisons, au-delà du fait qu’il s’agit de la 60e édition de cet évènement devenu le premier salon de France.  
 

Le salon de l’agriculture 2024 sera le dernier de Jean-Luc Poulain en tant que président 

Il s’agira de la dernière édition du salon de l’agriculture avec Jean-Luc Poulain, à sa présidence. « Ce salon je l’ai préparé avec passion, comme les précédentes 16 éditions. La raison m’impose de partir mais aussi la santé », a commenté ce matin le président du Ceneca, à l’occasion de la conférence de presse organisée traditionnellement quelques jours avant l’ouverture du salon. Un départ qui coïncide avec la transmission de son exploitation agricole de l’Oise à deux de ses neveux. 

Lire aussi : Salon de l'agriculture 2024 : mode d'emploi

 

Des annonces gouvernementales attendues au salon de l’agriculture 

Le salon de l’agriculture 2024 sera aussi un moment particulier pour les agriculteurs après plusieurs jours de forte contestation et de manifestations. Alors que certains agriculteurs appellent sur les réseaux sociaux à boycotter l’édition d’autres seront attentifs aux discours des membres du gouvernement et du président de la République suite aux premières annonces de mesures ayant conduit à la levée des blocages agricoles

On sera au rendez-vous, il y aura des annonces concrètes

Des réponses à une crise qui touche aussi le secteur agricole 

« Ce salon fête sa 60e, il devrait être vraiment spécial, avec la crise. J’espère que les gens ressortiront avec une empathie. J’espère que les politiques seront porteurs de solutions », commente Jean-Luc Poulain, président du salon de l’agriculture. « Nous nous devons vraiment de réaliser un bon salon de l’agriculture avec beaucoup de visiteurs ».

Le salon de l’agriculture 2024, le lieu idéal pour répondre aux agriculteurs  

« On sera au rendez-vous. Le président aura des choses à dire, Gabriel Attal aussi, le ministre de l’agriculture mais aussi d’autres ministres. Oui on sera au rendez-vous, le salon de l’agriculture est moment d’un fil de confiance retrouvé », a promis Marc Fesneau ce matin.

« Il y a aura des annonces concrètes d’ici au salon et des infos sur le projet de loi d’orientation », a-t-il assuré, sans préciser le contenu de ces mesures.

Relire : Colère des agriculteurs : la pression va monter avant le salon de l’Agriculture

Un « salon de l’agriculture chaud » ?

 « Je ne crains pas un salon un peu chaud, je crois à un salon studieux. D'ailleurs, les agriculteurs ont montré lors des dernières actions syndicales qu'ils savaient être responsables », affirme Jean-Luc Poulain, interrogé sur l’atmosphère de ce salon de l’agriculture où la colère des agriculteurs qui s’est exprimée ces dernières semaines pourrait ressortir. 

Pour autant, la grande distribution visée par des actions syndicales pendant la mobilisation agricole va se montrer discrète. Lidl sera bien présent sur le salon, mais Carrefour « qui était inscrit a retiré sa présence », selon Jean-Luc Poulain. 

Lire aussi : « Nous avons été entendus par le gouvernement » : FNSEA et Jeunes agriculteurs appellent à lever les blocages

Un salon de l’agriculture 2024 moins alcoolisé ?

Lors du salon de l’agriculture 2023, la presse grand public s’était fait l’écho de débordements dans les allées du parc des expositions de porte de Versailles pointant le niveau d’alcoolisation de certains visiteurs. 

Les images qu'on a vues dès le premier samedi l'an dernier ne nous conviennent pas du tout

« Les images qu’on a vues dès le premier samedi l’an dernier ne nous conviennent pas du tout. C’est difficile d’interdire ou d’empêcher la prise d’alcool mais on veut essayer de mieux encadrer », annonce Valérie Le Roy, directrice du salon international de l’Agriculture. 

Des actions pour faire respecter la loi et un appel à la responsabilité des exposants au salon de l’agriculture 2024 

« Pour que le salon reste tranquille, on va mettre au point de la prévention et déployer des actions sur site et déployer des sanctions. Ce qui signifie qu’on va faire respecter la loi, à savoir que l’on ne doit pas servir de l’alcool à quelqu’un de manifestement ivre, si certains exposants y contreviennent on pourra fermer leurs stands », explique-t-elle.

Lire aussi : Salon de l'agriculture : quel regard les médias ont-ils porté sur l'édition 2023 ?

 

Vers une meilleure répartition des visiteurs du salon ?

L’an passé, le salon de l’agriculture avait dû fermer ses portes plus tôt le dernier samedi, débordé par un afflux trop important de visiteurs.

Une campagne de prévention et une régulation des entrées heure par heure 

« On l’a fait pour des raisons de sécurité », rappelle Valérie Le Roy. Pour que ce problème ne se reproduise pas en 2024, « nous allons suivre les chiffres d’entrée sur site à l’heure près », explique-t-elle. « Nous allons aussi faire une campagne de prévention pour pousser visiteurs à préférer venir en semaine », poursuit-elle. Le fait que le salon de l’agriculture 2024 ne se déroule pas durant les vacances scolaires de la région parisienne devrait faciliter les choses.

Lire aussi : Salon de l’agriculture 2024 : un hackathon sur l’IA au service des agriculteurs organisé par le premier Sia Pro

Les plus lus

Tracteur embourbé dans un champs  lors d'une opération de taille de haie
Taille des haies : quels départements appliquent la dérogation jusqu’au 15 avril ?

Le ministère de l’Agriculture a annoncé le 15 mars la mobilisation de la procédure de la force majeure. Plusieurs départements…

Océane Balland, jeune agricultrice, avec un veau charolais
Océane Balland, 21 ans, agricultrice : « je travaille 70 à 80 heures par semaine pour un revenu de 1500 euros »

Océane Balland, 21 ans, fille et petite-fille d'agriculteur, a repris la ferme familiale en Haute-Saône à 100% fin 2023.…

tracteur accidenté au bord de la route
Victime de plusieurs accidents du travail, cet agriculteur n’aura pas droit à une rente, confirme la Cour de cassation

Un agriculteur accidenté ou victime d’une maladie professionnelle n’a pas forcément droit à une rente, selon une récente…

Session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité aux sujets agricoles dans la Somme.
Désarmer la police de l’environnement dans les fermes ? Pourquoi l’OFB dit non !

La direction de l’Office français de la biodiversité s’oppose fermement au désarmement de ses agents lors du contrôle dans les…

Jachère fleurie devant un champ de maïs et une rampe d'irrigation.
Jachère, rotation des cultures, couverture des sols : vers un allégement de la conditionnalité des aides PAC

La Commission européenne a proposé le 15 mars plusieurs mesures visant à simplifier la conditionnalité des aides de la…

La députée écologiste Marie Pochon à l'Assemblée nationale
Prix plancher pour les agriculteurs : Emmanuel Macron les promet, les écologistes les font voter à l’Assemblée nationale

Instaurer des prix minimum dans les filières agricoles qui le souhaitent garantissant un revenu de deux Smic pour les…

Publicité