Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Aléas climatiques et agriculture
Emmanuel Buisson, spécialiste en météorologie : « Les évènements deviennent extrêmes et difficiles à prévoir »

Une succession d’événements climatiques préjudiciables aux cultures. C’est ce que vient de connaître le Puy-de-Dôme. Du jamais vu pour le département. « A chaque fois la même rengaine : la faute au changement climatique », note l’Auvergne agricole. Le journal a demandé son avis au spécialiste Emmanuel Buisson.

© Miriam / flickr

Emmanuel Buisson est directeur en physique de l’atmosphère et directeur technique à Weather Measures. Il répond aux questions de la journaliste Mélodie Comte et revient sur 14 mois de météorologie inédite en 2018-2019 dans le Puy-de-Dôme.

Une sécheresse pire qu’en 1976, voire que 1947 ? « L’été 2019 est le troisième plus chaud en France depuis le début des relevés météo, » assure l’expert en valorisation de données météorologiques. « L’été 2019, et notamment les mois de juin et juillet, ont une sévérité égale à celle de 1976, une intensité comparable à 2003 et une durée équivalente à 1947 et 1976, » affirme le scientifique.

2018-2019 a accumulé les aléas climatiques. « Sécheresse pendant les semis, gelées tardives à la levée, canicule pendant la floraison… », commente le journal qui interroge : « Effet du changement climatique ? »

Il faut distinguer météo et climatologie, remarque le spécialiste. « Ce qui est certain, c’est que l’élévation des températures moyennes provoque un effet de serre qui engendre à son tour des oscillations de températures importantes. En réalité, les évènements deviennent extrêmes et difficiles à prévoir, » commente Emmanuel Buisson.

Alors, pas de tendance qui se dessine pour cet hiver ? « Aujourd’hui, nous avons deux tendances complètement opposées. Nous irons soit vers un hiver doux soit très, très froid. Vous pouvez sourire et croire que je dis ça pour ne pas prendre de risque mais c’est la réalité à laquelle nous sommes confrontés. »

 

L’intégralité de l’interview est à lire dans L’Auvergne agricole.

Les plus lus

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus
Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village,…
Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population
La filière agricole se mobilise pour subvenir aux besoins alimentaires de la population. Mais la crise du Covid-19 entraîne une…
[Coronavirus] Et si la crise sanitaire changeait le regard des Français sur le monde paysan
Les Français se ruent dans les commerces alimentaires. La peur de manquer leur rappelle que le premier maillon de la chaîne de…
Coronavirus : quelles conséquences et quelles pertes pour l'agriculture et l'agroalimentaire ?
L’économie mondiale vit à l’heure du coronavirus et le marché des matières premières agricoles est dans la turbulence. Les…
Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture
C’est un appel que lance le ministre de l’Agriculture ce 24 mars. En raison de la crise du coronavirus, l'agriculture manque de…
député européen parlement jérémy decerle agriculteur agriculture politique
[Tribune] Jérémy Decerle : "Ah, tiens, l’agriculture est un secteur stratégique"
Avec la crise du coronavirus, la place de l'agriculture et de l'agroalimentaire redevient centrale. Jérémy Decerle, député…
Publicité