Aller au contenu principal

Vente directe à la ferme : comment améliorer sa présence sur internet ?

Facebook et Google My Business sont les deux principaux outils du net à utiliser pour communiquer sur son entreprise en circuit court. Voici les clés pour les utiliser efficacement.

Un post efficace est informatif, contient une photo et incite à réagir, par exemple en utilisant le ton de l'humour à l'image de ce post de Groin de Folie.
Un post efficace est informatif, contient une photo et incite à réagir, par exemple en utilisant le ton de l'humour à l'image de ce post de Groin de Folie.
© Capture Facebook Le Groin de Folie

Être présent sur internet est devenu incontournable pour faire connaître son activité de vente directe, la toile étant consultée par 93 % des Français. Spécialiste en circuit court et en agritourisme au sein des Chambre d’agriculture de Bretagne, Mickaël Trémel conseille aux agriculteurs de commencer par deux outils : le réseau social Facebook et le moteur de recherche Google.

Ce dernier représente 97 % de parts de marché des moteurs de recherche utilisés sur les smartphones. « Si votre entreprise n’est pas présente sur Google, elle n’est pas visible », résume-t-il. De même, 80 % de la population utilise les réseaux sociaux, dont Facebook en premier lieu.

Si les réseaux sociaux ne sont pas votre tasse de thé, rien ne vous oblige toutefois à y être présent à titre personnel. « Il est possible de créer une page Facebook servant uniquement dans un but professionnel », a-t-il expliqué lors du dernier forum circuits courts organisé par les Chambres d’agriculture de Bretagne en juin dernier.

Favoriser les interactions sur Facebook

Au cœur de la stratégie de communication de l’entreprise, la page Facebook (FB) peut servir à se créer un réseau, à échanger et communiquer vers ses clients, voire à vendre ses produits. « Ce n’est pas la même chose qu’un profil FB. Il faut garder un usage professionnel et éviter d’y mettre des opinions personnelles, conseille-t-il. C’est l’image de l’entreprise ! » L’objectif est de publier des messages qui incitent les personnes qui suivent la page à répondre et à les partager. « Plus il y a aura d’interactions, plus votre page va être visible et remonter sur le fil de la page grâce à l’algorithme de Facebook. » Il liste trois critères pour une publication efficace sur FB : mettre une photo et encore mieux une vidéo, inciter à l’action (un commentaire, un partage, un tag sur une autre page) et être riche en informations. Pour s’organiser et gagner du temps, il est possible de programmer des publications. Le spécialiste conseille aussi d’avoir l’application FB sur son smartphone pour faciliter le partage de photo ou de vidéos en direct avec des publications plus spontanées (un porcelet nouveau-né, un paysage…). Il est aussi important de répondre aux commentaires pour remonter dans l’algorithme FB.

De nombreux outils disponibles

La page FB permet aussi de créer un évènement. « C’est un outil très intéressant pour une exploitation, pour annoncer une porte ouverte, un marché… et connaître le nombre de participants. » De même, il est possible de recourir à de la publicité sur FB pour gagner en visibilité, toucher de nouveaux clients, promouvoir un évènement ou des produits. « Le gros intérêt est d’avoir un ciblage très précis des internautes selon leur localisation géographique par exemple. Dans un rayon de 20 km autour de la ferme, on peut toucher 20 000 à 100 000 personnes. Le budget est très variable selon la cible mais il reste moins coûteux qu’une publication dans la presse locale. » Et le retour sur investissement est plus mesurable grâce à l’accès aux statistiques.

 

Être bien visible sur Google

La première chose à faire pour être visible sur Google, avant même d’ouvrir un site internet, est de créer une page Google My Business. Cette fiche, apportant les informations clés sur l’entreprise recherchée (lieu, horaires d’ouverture, site internet, avis, itinéraire d’accès…), est bien visible, positionnée en haut à droite de l’écran ou en tête de la page du moteur de recherche. « C’est une démarche gratuite et rapide à réaliser. Il suffit d’avoir un compte Google (adresse gmail par exemple). Il est conseillé d’ajouter une ou plusieurs photos, ce qui augmente de 40 % le nombre de visites sur la page. »

De même, pour être visible, il faut avoir un site internet bien référencé par Google. « On perd 85 % des visites de son site, dès lors qu’il arrive sur la deuxième page du moteur de recherche. » Le référencement dépend à la fois du contenu du site (texte, image), de sa conception, de sa présence sur les réseaux sociaux ou encore du nombre de sites renvoyant vers son site. Enfin, être présent sur des sites bien référencés apporte aussi de la visibilité (annuaire de produits locaux, réseau Bienvenue à la ferme, etc.).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)