Aller au contenu principal

Un bâtiment alternatif en projet à la station porcine Crécom

Deux modules de post-sevrage et d’engraissement alternatifs vont venir compléter les outils expérimentaux de la station d'expérimentation des Chambres d'agriculture de Bretagne à St Nicolas du Pelem (Côtes d'Armor). Un outil avant tout expérimental.

Et de trois ! Avec un premier atelier sur caillebotis et un deuxième sur litière, un troisième atelier — cette fois alternatif — viendra compléter les outils expérimentaux de la station de Crécom de la Chambre d’agriculture de Bretagne.

Il sera constitué de deux modules innovants de 120 places de post-sevrage et de 240 places d’engraissement. L’objectif est de construire un outil expérimental, et non exclusivement un modèle de bâtiment pour mener des recherches sur le bien-être et la santé animale et sur des critères d’acceptabilité citoyens-consommateurs des projets. La finalité est d’apporter des références objectives aux éleveurs qui souhaiteront s’inscrire dans une démarche de segmentation du marché.

Prendre des risques à la place des éleveurs

Plusieurs hypothèses sont à l’étude dans la conception des deux modules : une augmentation des surfaces par animal, des aires de vie différenciées, de la litière partielle, un accès à l’extérieur, des porcs à queues longues ou bien encore du grand volume… D’autres thématiques clés comme les conditions de travail et la rentabilité technico-économique des projets ou bien encore l’impact environnemental seront étudiés. Avec ce projet, la Chambre d’agriculture de Bretagne ambitionne d’aller au-delà de ce qui se fait ou se fera sur le terrain dans les deux ans à venir, en prenant des risques à la place des éleveurs. Car, si les initiatives privées autour de la production alternative se multiplient sur le terrain avec notamment la construction de bâtiments d’engraissement innovants et/ou évolutifs (projet BP2022 en Bretagne, projet GOPEI en Occitanie, concept Physior du Gouessant…), aucune référence publique n’est disponible. Toutes les conséquences en termes de conduite d’élevage autour de ce type de bâtiments seront ainsi évaluées, chiffrées et publiées. Les porteurs de projets en production alternative pourront ainsi faire des choix éclairés. En plus d’une large consultation filière et éleveurs, la conception de ces deux modules s’inspirera des travaux de co-design de l’association LIT Ouesterel, qui anime une réflexion citoyens-producteurs-consommateurs autour des bâtiments de demain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Le tourteau de soja reste difficile à déloger des formules d'aliment porc, grâce à ces caractéristiques nutritionnelles intéressantes et son prix compétitif.
Le soja reste toujours incontournable dans les formules des aliments porcs
Dans le contexte de flambée du coût des matières premières et de pénurie pour certaines, le tourteau de soja (hors non OGM)…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)