Aller au contenu principal

Santé des porcs : La gestion des maladies réglementées harmonisée en Europe

Depuis le 21 avril 2021 le règlement européen offre un nouveau cadre juridique à la gestion des maladies réglementées des animaux d'élevage. Il est, de ce fait, harmonisé à l’échelle des États membres de l’Union européenne.

Elevage porcin. production porcine. vaccination d'une truie contre le virus du SDRP. santé. prévention des maladies. injection d'un vaccin. produit vétérinaire. éleveur. ...
La Loi de Santé animale fixe un cadre européen pour la surveillance et la lutte contre les maladies animales.
© Réussir SA

Aboutissement de plusieurs années de concertation et de négociations au niveau européen, la loi de Santé animale (LSA) s’impose à tous les États membres (EM) en fixant un cadre pour la surveillance et la lutte contre les maladies animales.

C’est une loi construite sur la hiérarchisation des priorités sanitaires et une répartition des rôles de chaque partie prenante. Elle est basée sur une analyse de risque, et intègre un renforcement des règles de biosécurité. La LSA prend en compte toutes les espèces animales terrestres et aquatiques et établit une nouvelle classification des maladies, de A à E. Au total, elle concerne 63 maladies avec :

A : une maladie normalement absente de l’UE et soumise à éradication immédiate.
B : une maladie devant être contrôlée par tous les EM et soumise à éradication obligatoire.
C : une maladie soumise à contrôle volontaire des EM et donc à éradication volontaire.
D : une maladie soumise à restriction de mouvements entre EM.
E : une maladie soumise à surveillance.

Cette classification donne lieu à plusieurs combinaisons possibles pour catégoriser les maladies du porc (voir tableau). Ce règlement s’applique aux animaux détenus et aux animaux sauvages, aux produits germinaux (semence, embryons, ovocytes), aux produits d’origine animale, aux sous-produits animaux et aux produits dérivés. Les installations, moyens de transport, équipements, ainsi que tout vecteur mécanique qui pourrait contribuer à la propagation des maladies animales transmissibles sont également concernés. La majorité des maladies réglementées restent les mêmes, mais certaines sortent de la réglementation (la diarrhée épidémique porcine hypervirulente, la diarrhée épidémique porcine moyennement virulente, la trichinellose, le botulisme, la tularémie – maladie bactérienne des mammifères transmissible à l’humain, la maladie de Teschen) quand d’autres y entrent (le surra – maladie parasitaire des mammifères, le syndrome dysgénésique et respiratoire porcin (SDRP). Pour les maladies non classées qui peuvent être considérées « d’intérêt national », l’État français a décidé de maintenir des arrêtés ministériels de lutte, dans trois cas : les zoonoses pour lesquelles la France est indemne (ex : les encéphalites équines), les maladies ayant un impact environnemental pour laquelle la France est indemne (ex : Aethina Tumida – parasite des abeilles), et les maladies faisant partie du diagnostic différentiel d’une maladie catégorisée (ex : la stomatite vésiculeuse qui ressemble fortement à la fièvre aphteuse).

Les plus lus

, avec Anita et Sylvain Lohier, avec Christophe Hue, technicien bâtiment Eureden (à gauche). "Ces investissements vont permettre d’augmenter l'autonomie de l'élevage en ...
« Avec notre nouveau bâtiment d’engraissement et son silo tour, nous renforçons l’autonomie de notre élevage de porcs »

Anita et Sylvain Lohier ont investi dans un bâtiment pour engraisser tous les porcelets issus de leur atelier naissage. Une…

Patrice Aoustin, éleveur à Mézière-sur-Couesnon, a fait installer la vidéosurveillance pour gagner en tranquillité d'esprit.
« Avec les caméras, je suis prévenu en cas d’intrusion dans mon élevage de porcs »

Pour surveiller son élevage porcin, Patrice Aoustin a installé un dispositif de vidéoprotection. Des caméras intelligentes et…

Avec l'extension du site, comprenant la zone d'attente des porcs vifs ainsi que le dispositif d'étourdissement au CO2, l'abattoir Cooperl Viande a continué de produire ...
Cooperl Viande investit 15 millions d'euros dans son abattoir de Montfort-sur-Meu

Les travaux de modernisation de l’outil d’abattage de Cooperl Viande visent à améliorer la qualité de carcasse, l’…

Guillaume et Clément Trubert  : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale d'autonomie, en matière de commercialisation de nos cochons, de places d'engraissement, ...
« La vente directe a créé de l’emploi sur notre exploitation porcine de 140 truies »

Guillaume et Clément Trubert ont repris l’élevage familial en développant l’activité de vente directe avec l’objectif de…

(archives)
Installations en élevage : Le porc attire toujours des jeunes

Les statistiques publiées par la Mutualité sociale agricole (MSA) pour l’année 2022 révèlent une stabilité des installations d…

« La sonde d'insémination Easy & Clean évite le nettoyage des vulves des truies»

À la tête d’un élevage de sélection de 250 truies, Olivier Bouchonneau utilise depuis juillet 2023 les sondes Easy &…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)