Aller au contenu principal

Réduire les gaz à effet de serre en baissant l’indice de consommation des porcs charcutiers

Réduire les GES en baissant l’indice de consommation des porcs charcutiers
© D. Poilvet

Selon un diagnostic Geep réalisé par la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire dans un élevage de 210 truies naisseur-engraisseur, une baisse de 0,31 point de l’indice de consommation en engraissement (de 2,74 à 2,43), conjuguée avec la création d’un nouveau bâtiment, permet d’économiser 0,19 kg d’équivalent CO2 par kilo de poids vif sorti (de 2,12 à 1,93 kg). Soit une baisse d’émissions sur l’ensemble de l’élevage de 166 tonnes de CO2 par an à effectifs constants. La vente de crédits carbone sur la base d’un marché à 30 euros la tonne de CO2 permettrait ainsi de générer une recette de 4 980 euros par an pendant cinq ans. Les niveaux des émissions de gaz à effet de serre (GES) de cet élevage sont largement inférieurs aux références (2,7 kg eq. CO2/kg de poids vif). Ces faibles valeurs s’expliquent notamment par le fait que l’éleveur fabrique l’intégralité de ses aliments avec des céréales produites localement. Les économies se font notamment sur le coût du transport des matières premières et sur la fabrication. La progression des performances techniques depuis l’élaboration de ces références (2009) pourrait également expliquer ces écarts.

Moins d’intrants alimentaires

Grâce au gain d’indice, la part des GES liée aux intrants alimentaires dans les émissions globales diminue (moins de matières premières utilisées pour produire 1 kg de porc). Cependant, ils constituent toujours la source majeure des émissions de carbone. Elles pourraient encore diminuer si l’éleveur faisait appel à du tourteau de soja garanti non issu de la déforestation. Mais son coût serait certainement plus élevé. Le nouveau bâtiment n’a eu quasiment aucun effet sur les émissions liées aux intrants bâtiments (construction). En revanche, la part liée aux consommations d’énergie diminue, grâce à une meilleure isolation et des équipements de ventilation et de chauffage plus économes.

Du méthane issu du stockage du lisier

Les émissions issues du lisier se font essentiellement sous forme de méthane (40 % des émissions totales), un gaz dont l’effet sur le réchauffement climatique est 28 fois plus élevé que le CO2. Les émissions de protoxyde d’azote sont plus faibles (2 % d’émissions totales). Ce gaz est un puissant effet de serre. Son potentiel de réchauffement planétaire est 265 fois supérieur à celui du CO2. Les émissions de ces deux gaz pourraient être réduites en limitant le temps de stockage, en couvrant les fosses ou mieux, en valorisant les effluents dans une méthanisation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)