Aller au contenu principal

Recruter un salarié c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !

Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner envie de rester, l’investissement n’est pas seulement matériel et financier. Du temps et de la considération feront souvent beaucoup plus d’effet.

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
© ChambAgriBzh

 

1-Soigner l’accueil et l’intégration du salarié porcin

Que voit « le nouveau » en arrivant sur l’exploitation ? En premier, les abords. Et ceux-ci sont souvent considérés comme le reflet de l’intérieur de l’exploitation. Ainsi, un salarié explique : « C’est important que les bâtiments soient accueillants, que ce soit propre, qu’il y ait des fleurs, une cour bétonnée. Si on voit que l’extérieur est propre, on va se dire que l’intérieur l’est aussi ».

 
Des abords propres et soignés suggèrent un élevage bien tenu. © A. Puybasset

 

 

Consacrer du temps à l’accueil est aussi essentiel. Le premier jour, il est important de montrer à la personne qu’elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l’élevage, lui expliquer l’organisation du travail.

Un salarié témoigne : « Dans les élevages où j’ai travaillé, j’ai toujours été très bien accueilli. On m’a fait visiter l’élevage, on m’a raconté son histoire, on a pris le temps d’un café, j’ai pu commencer par créer un peu de liens… »

Même si la personne qui intègre l’élevage est expérimentée, il est nécessaire de prévoir un temps d’adaptation, pour que celle-ci mémorise l’organisation des salles, la répartition des tâches, les manières de faire spécifiques à l’élevage… Attention donc à ne pas compter sur une efficacité de 100 % dès le premier jour !

 

2- Témoigner de la considération pour le salarié

 

 
Pouvoir prendre une douche évite de ramener l'odeur de l'élevage chez soi. © D. Poilvet

 

Un vestiaire et des douches chauffés et propres sont nécessaires pour commencer et terminer la journée dans de bonnes conditions, et ne pas ramener l’odeur de l’élevage à la maison. « Ce qui est essentiel, c’est qu’il y ait un vestiaire et une machine à laver pour les vêtements de travail. Une salle de pause, une douche, des choses toutes bêtes, ça permet de se laver et de rentrer propre chez soi. »

L’entretien du matériel est aussi un moyen de montrer à son équipe que l’on se soucie de ses conditions de travail et de son bien-être. Ainsi, le lavage peut être plus ou moins bien vécu : « Parfois ça passe bien, parce que l’éleveur a mis du chauffage dans le mobil-home où l’on fait la pause le midi. Ce sont des petits détails, mais je sais qu’il fait attention. Chez d’autres, […] la roue du chariot n’est pas gonflée, ça ne passe pas entre les portes… La veste est percée sous la manche, donc on est trempée sur le côté. Ça ne donne vraiment pas envie ».

Parfois, lorsqu’on accueille un débutant, on peut lui confier beaucoup de tâches jugées simples, mais peu agréables ou peu valorisantes, comme le raclage des déjections ou le lavage. Partager ces tâches, ou en faire une partie ensemble, peut les rendre plus agréables, et moins donner l’impression au nouveau d’être peu considéré.

 

3-Gérer les relations humaines

Dans le monde du travail, beaucoup de conflits entre les personnes résultent de différents points de vue sur « la » bonne manière de faire.

Faut-il beaucoup intervenir lors des mises bas ou non ? Faire les soins assis ou debout ? Pour préserver de bonnes relations au sein de l’équipe, il est utile de prévoir des temps d’échange sur les pratiques, par exemple lors des pauses ou de réunions. L’éleveur employeur doit également indiquer ce qu’il attend de son équipe. Souhaite-t-il que tout le monde procède de manière identique ? Que chacun fasse comme il le souhaite, tant que certains objectifs sont atteints ? Cela lui est-il totalement égal ? Cela permettra de désamorcer certains conflits.

 

4-Reconnaître le travail bien fait

Le proverbe dit « toute peine mérite salaire ». On pourrait ajouter « tout travail bien fait mérite d’être reconnu ». Sinon, le risque est grand de voir des salariés compétents partir pour d’autres élevages. La reconnaissance peut être économique, via la progression du salaire, les primes, un intéressement… Elle passe aussi via des compliments, et par l’évolution des tâches confiées, en matière de difficulté ou d’autonomie accordée.

 

Repères

Ces éléments sont issus d’une enquête réalisée en 2022 par Philippe Ponet, du cabinet Ethos Expertise, auprès d’éleveurs, de salariés, et d’autres acteurs de la filière porcine bretonne. Ce projet a bénéficié du soutien financier du Fact et du PRDA.

 

Côté web

Vidéo disponible sur Youtube « Avoir un stagiaire, c’est bien, le garder, c’est mieux », réalisée par des étudiants de licence pro agrimanager dans le cadre d’un projet tutoré.

Les plus lus

Cyril et Marina Montier, et Vincent Lenoir. « Nous proposons à nos clients des viandes et des charcuteries en direct de notre coopérative. »
Un nouveau magasin Coop chez vous dans les Côtes-d’Armor
La ferme du Moulin Tizon à Penguily, dans les Côtes-d’Armor, est le 17e magasin Coop chez vous, une démarche de vente…
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)