Aller au contenu principal

Nucléus et Axiom arrêtent la sélection collective des populations porcines Large White, Landrace et Duroc

Verrat piétrain

Pour plus de lisibilité sur la scène internationale, Axiom et Nucléus ont fait le choix de mieux différencier leurs activités de sélection. Cette décision les a donc conduits à déclarer chacun des programmes de sélection indépendants pour les populations Large White, Landrace, Piétrain et Duroc. Après une période de transition durant laquelle les échanges de gènes sont restés effectifs et avec des objectifs de sélection communs, des positionnements techniques et stratégiques différents ont amené les deux entreprises à mettre fin à la sélection collective en France. Par cette décision chaque entreprise devient autonome dans la gestion de ses populations et dans ses choix génétiques. Cette décision répond aussi au règlement zootechnique européen (n° 2016/1012) qui stipule que les principales organisations de sélection porcine (OSP) européennes sont agréées comme « Établissements de sélection » opérant dans un système de production fermé, en référence à l’absence d’échange de gènes entre les différents opérateurs.

Dans ce nouveau paysage, l’Ifip accompagne chaque entreprise dans le choix de ses critères et objectifs de sélection et assure les évaluations génétiques et génomiques des différentes populations. Par ailleurs l’institut continue à apporter son expertise dans la conduite des programmes de sélection.

La liste établissements de sélection et leurs programmes de sélection est consultable sur le site internet du ministère de l’Agriculture (espèce porcine - Breeding operations – Breeding hybrid pigs)
 
 
 

Lire aussi : 

Les enjeux de la sélection sur l'adiposité pour améliorer la qualité des produits

Les limites de la sélection face aux maladies

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les quantités de paille ajoutées en litière accumulée ont un effet important sur l'apparition des odeurs sexuelles en lien avec la propreté des animaux. © Ifip
L’Ifip évalue les risques d’odeur de viandes des porcs mâles entiers en bio
L’Institut du porc a réalisé un bilan des risques d’apparition d’odeurs sexuelles sur les carcasses associés à la production de…
Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
François Valy, président de la FNP. «La rémunération des mâles castrés devra intégrer le surcoût de la castration et les écarts de performances.» © M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)