Aller au contenu principal

Moins d’ammoniac dans des salles d’engraissement de porc avec une température plus froide

Une étude, menée par l’Ifip, montre que réduire la température ambiante à 16 ou 18 °C permet de baisser les émissions d’ammoniac et de méthane, sans altérer les performances des porcs charcutiers.

réglage de la ventilation dans un bâtiment porc
Une température de 16 °C ne dégrade pas les performances techniques des porcs charcutiers
© Ifip

Selon les mesures réalisées sur trois bandes d’engraissement par l’Ifip à la station de Romillé (Ille-et-Vilaine), des porcs élevés à une température ambiante constante de 16 °C émettent moins d’ammoniac (-42 %) et de méthane (-57 %) qu’à 22 °C. 

Lire aussi : Un nouveau bâtiment d'engraissement des porcs thermorégulé à l’Ifip

Dans cette étude, les performances zootechniques des porcs entre 35 et 115 kg n’ont pas été dégradées – croissance, indice de consommation et TMP identique quelle que soit la température de la salle. Les porcs étaient nourris avec le même régime alimentaire.

Lire aussi : Trois solutions pour réduire les émissions d’ammoniac en élevage de porc

 

 
analyse de gaz en élevage de porcs
Les concentrations en gaz sont mesurés en continu à l’aide d’un analyseur photoacoustique à infra-rouge © Ifip

Des températures constantes sur l’engraissement

Les essais ont été conduits dans une unité thermorégulée permettant de maintenir la température ambiante constante sur toute la durée d’engraissement. Les porcs charcutiers élevés dans cette unité ont été soumis à trois niveaux de température constante : 16, 18 et 22 °C. 

En parallèle, des porcs charcutiers étaient élevés avec une température de consigne de 22 °C dans une salle en ventilation conventionnelle. La température de la salle variait quotidiennement et au cours de l’engraissement, comme dans un bâtiment conventionnel.

Un effet progressif selon la température

La réduction de la température de 22 à 16 °C conduit à limiter proportionnellement les émissions d’ammoniac et de méthane. Les porcs élevés à 22 °C constant sur toute la période d’engraissement ont émis 29 % d’ammoniac en moins que les porcs à 22 °C de consigne en ventilation conventionnelle. 

Pour les porcs élevés à 18 et 16 °C, la réduction d’ammoniac a été respectivement de 36 et de 42 %. À ces températures, l’émission de méthane est près de 50 % inférieure à celle de porcs élevés à 22 °C de consigne en ventilation naturelle. La réduction de la température réduit, en effet, l’activité des bactéries méthanogènes du lisier.

 

 
Émissions d'ammoniac et de méthane en fonction de la température de la salle
Émissions d'ammoniac et de méthane en fonction de la température de la salle © Ifip

Moins d’eau et moins de lisier

Les porcs élevés à températures froides ont consommé près de moitié moins d’eau que ceux élevés à 22 °C en ventilation conventionnelle (4,2 contre 8,1 litres par porc). On n’observe cependant pas de différence entre 16 et 18 °C. Cette moindre consommation d’eau a provoqué une réduction du volume de lisier produit de l’ordre de 25 %.

Un levier prometteur

En France, la température de consigne la plus généralement appliquée est de 22 °C pour être proche de la thermoneutralité des porcs charcutiers. Depuis de nombreuses années, aux Pays-Bas et au Danemark, l’engraissement est conduit à 18 °C, entre autres pour satisfaire aux exigences de réduction d’ammoniac imposées par les réglementations nationales. 

Si, dans les conditions d’essais, les températures ont été maintenues constantes sur toute la période d’engraissement, réduire simplement la température de consigne en ventilation conventionnelle ne le permettra pas. Il est alors fort probable que les taux d’abattement seront moins importants. Mais cette pratique pourrait néanmoins se révéler comme un levier intéressant pour réduire l’impact des porcheries sur la qualité de l’air, particulièrement pour les bâtiments existants.

Nadine Guingand, nadine.guingand@ifip.asso.fr

Les plus lus

Thierry Dauger, Mathieu Pouteix (au centre), avec  Philippe Chanteloube, directeur de Cirhyo. « Le choix de l’agrandissement assure un système durable dans le temps. »
« Nous avons rénové et agrandi notre atelier porcin pour anticiper l’avenir »

Dans la Creuse, les associés du Gaec Le Breuil ont investi dans la rénovation et l’agrandissement de leur atelier porcin afin…

porcs bio sur paille
Porc mâle entier : comment minimiser le risque d'odeurs en engraissement sur paille?

Le projet Farinelli établit des recommandations pour l’élevage de porcs mâles entiers en bâtiments alternatifs afin de…

(archives)
Installations en élevage : Le porc attire toujours des jeunes

Les statistiques publiées par la Mutualité sociale agricole (MSA) pour l’année 2022 révèlent une stabilité des installations d…

Les porcelets préfèrent la luzerne à un matériau manipulable
La luzerne limite la caudophagie chez les porcelets

La distribution d’une balle de luzerne déshydratée dans un râtelier à des porcelets en post-sevrage est un moyen efficace pour…

réglage de la ventilation dans un bâtiment porc
Moins d’ammoniac dans des salles d’engraissement de porc avec une température plus froide

Une étude, menée par l’Ifip, montre que réduire la température ambiante à 16 ou 18 °C permet de baisser les émissions d’…

Les porcs mâles entiers sont plus actifs et par conséquent plus agressifs aussi. Des moyens existent pour réduire cette agressivité.
Comment réduire l’agressivité des porcs mâles entiers

Les mâles entiers sont significativement plus actifs que les mâles castrés et les femelles en élevages conventionnels comme en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)