Aller au contenu principal

Les radians à ondes longues consomment moins d'énergie que ceux à ondes courtes pour chauffer les porcelets en post-sevrage.

Le chauffage rayonnant à infrarouges ondes longues permet d’économiser 65 % d’électricité pour chauffer des salles de post-sevrage, par rapport aux radiants traditionnels à ondes courtes.

Une nouvelle technologie utilisant les ondes infrarouges longues pour chauffer les nids à porcelets en maternité et en post-sevrage est proposée depuis quelques mois par la société Verelec. L’Ifip a testé ce matériel sur des salles de post-sevrage sur la station expérimentale de Romillé, en comparaison avec les dispositifs radiatifs traditionnels à ondes infrarouges courtes. Il en ressort que ce nouveau mode de chauffage consomme 65 % d’électricité en moins que le chauffage traditionnel pour ce stade physiologique (115 kWh contre 335 kWh pour chauffer une salle de 51 porcelets pendant 17 jours en période hivernale). Dans les deux salles, les températures ambiantes étaient très proches. Mais on a pu observer quelques difficultés dans la salle équipée de radiants à ondes longues pour chauffer le volume de la salle au démarrage du lot, d’où des températures ambiantes légèrement plus faibles dans cette salle sur les premiers jours d’essai. Cependant, aucune différence significative de performances techniques n’a été observée aussi bien sur le gain moyen quotidien que sur l’indice de consommation. Ces résultats ne sont pas extrapolables aux conditions de chauffage en maternité. Ils mériteraient des essais complémentaires pour s’assurer de l’efficacité du dispositif pour ce stade physiologique.

Sensation de chaleur différente

L’idée de la technologie à ondes longues est de mieux restituer la chaleur aux animaux, ce qui permet de dimensionner le dispositif chauffant avec moins de puissance (watts) tout en gardant un niveau de confort satisfaisant. Ainsi, contrairement aux radiants traditionnels qui permettent de chauffer rapidement et de manière plus agressive la peau (sensation similaire à celle d’un barbecue), le rayonnement du chauffage à ondes longues est mieux absorbé par le corps des animaux ou des matériaux. La sensation de chaleur est donc moins instantanée et la température de la peau est moins importante (similaire à celle derrière une baie vitrée). Les calories sont alors mieux valorisées. De plus, le chauffage à ondes longues chauffe moins l’air ambiant, ce qui permet d’obtenir une ambiance plus agréable dans les salles.

Chaleur uniforme et surface chauffée

Les radiants testés sont de larges plaques carrées de 60 cm de côté. Cette géométrie permet de chauffer une surface au sol plus importante que des petits radiants, et ainsi de permettre à plus d’animaux de séjourner dans la zone maintenue à la température souhaitée. De plus, la technologie utilisée dans les radiants à ondes longues permet une répartition de la chaleur plus uniforme. Ainsi, on observe moins d’animaux s’agglutinant, ou au contraire, fuyant la zone à l’aplomb de la source de chaleur comme on peut parfois le voir sur les radiants traditionnels. En effet, avec ces derniers, la zone de chauffe est souvent conique. Les températures sont proches de 30 °C à l’aplomb du radiant, mais la température chute rapidement en périphérie, généralement vers 24-25 °C lorsqu’on se positionne à 50 cm de l’axe central. Il est alors plus difficile pour l’ensemble des animaux de la case de trouver la zone la mieux adaptée à leur besoin thermique.

Repères

Résultats sur un essai
Salle témoin (51 places) : trois radiants classiques à ondes courtes de 600 watts (35 W/porcelet)
Salle essai (51 places) : trois radiants à ondes longues de 400 watts Verelec (24 W/porcelet)
Consignes de chauffage : 28 °C à l’entrée des animaux et diminution jusqu’à 23,5 °C.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Gaëlle Taniou et son frère Romain Gautreau. « Nous avons trouvé un équilibre, avec un pic de travail du 15 mars au 15 août lié aux abeilles et aux cultures. » © V. Bargain
« En élevage de porcs, j’aime la technique et toujours progresser »
Gaëlle Taniou a repris en 2018 l’exploitation familiale de 130 truies et 500 ruches, en association avec son frère Romain…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)