Aller au contenu principal

Les protéines européennes dans l'alimentation des porcs, une bonne idée pour le climat

Utilisées en substitution à 10 % de soja brésilien, les protéines européennes ont une action positive sur le climat. Mais leurs émissions en ammoniac et les surfaces requises sont plus importantes.

Les protéines européennes affichent en moyenne une réduction de plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au soja brésilien. © G. Omnès
Les protéines européennes affichent en moyenne une réduction de plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au soja brésilien.
© G. Omnès

Des sources de protéines européennes pour remplacer le soja brésilien dans l’alimentation des porcs, une bonne idée pour le climat ? Oui d’après le projet européen Feed a Gene, mais en se comparant à des rations avec plus de 10 % de tourteau de soja Brésilien, et avec potentiellement plus d’émissions en ammoniac et de surfaces requises. Ces conclusions soulignent la diversité des enjeux et de fait la complexité de la question. L’idée de départ est pourtant simple : la production de soja au Brésil est en partie associée à de la déforestation de forêt primaire, ce qui a un effet sur le climat. Il s’agit donc de substituer le soja Brésilien utilisé dans les rations des porcs par des sources de protéines produites en Europe.

Le projet Feed a Gene a travaillé sur quatre sources de protéines européennes (SPE) innovantes, avec des déploiements industriels à différents stades :

- Deux tourteaux de soja obtenus à partir de graines de soja produites en Europe et triturées par la technique d’aplatissage – cuisson – pression (ACP), avec ou sans décorticage (D) préalable des graines. Ces tourteaux sont plus riches en huiles et donc en énergie, que les tourteaux brésiliens.
- Une fraction fine de tourteau de colza obtenue par un broyage et un tamisage de tourteau de colza avec pour objectif de concentrer la teneur en protéines. La technologie est au point et l’application industrielle pourrait démarrer.
- Un concentré protéique de biomasse (ray-grass, trèfle) pressée, précipitée et séchée. Cette technologie encore en phase expérimentale au Danemark vise à valoriser des surfaces importantes en prairies, non mobilisées pour l’alimentation humaine directement.

Réduction de 50 % des émissions de gaz à effet de serre

L’incidence de ces SPE sur l’impact changement climatique semble nette : elles affichent une réduction de plus de 50 % des émissions de gaz à effet de serre en comparaison au tourteau de soja Brésilien moyen, en considérant que 52 % des graines importées sont produites en zone associée à de la déforestation. La consommation d’énergie non renouvelable des SPE est également systématiquement réduite par rapport au tourteau de soja Brésilien.

Ceci s’explique en partie par le procédé utilisé pour obtenir le tourteau : le traitement du soja européen consomme 37 % d’électricité et 43 % de chaleur en moins que l’extraction à l’hexane du tourteau de soja brésilien. Cela vient également des distances d’approvisionnement moins importantes : le transport explique 40 % de l’impact consommation d’énergie du tourteau de soja Brésilien. A contrario, les SPE augmentent d’autres impacts. C’est le cas de l’occupation des terres (hormis pour le tourteau de colza fin) car les conditions de culture européennes ne permettent qu’une récolte annuelle, alors que les producteurs brésiliens en font deux par an. C’est également le cas de l’acidification (émissions d’ammoniac) pour la fraction fine de tourteau de colza et le concentré protéique de biomasse en raison de pratiques de fertilisation. La fertilisation des prairies source de biomasse est très faible, mais son impact prend de l’ampleur du fait de l’importante perte de matières au cours du procédé de fabrication (34 kg de concentré et près de 800 kg de coproduits pour 1 tonne de biomasse produite).

Le prix élevé du soja brésilien limite son impact

L’intérêt environnemental des SPE ne peut toutefois pas se résumer à cette comparaison d’impact par kilogramme de matière première car les sources de protéines ne sont pas équivalentes entre elles d’un point de vue nutritionnel. Elles doivent être considérées à l’échelle des aliments, en prenant en compte différents contextes économiques.

À cette échelle, l’intérêt des SPE est confirmé pour le changement climatique particulièrement pour les tourteaux de soja européens (réduction d’environ 9 %), mais en se comparant à des scénarios de référence très favorables au soja Brésilien (avec des taux d’incorporation moyens supérieurs à 10 %). Il faut souligner que ces scénarios ne correspondent pas aux contextes de prix des 10 dernières années, durant lesquelles le soja Brésilien est peu entré dans les formules d’aliments porc (moins de 5 %). L’impact du soja brésilien sur le climat est donc actuellement « naturellement » géré par son prix élevé. L’impact acidification du concentré protéique et limité (<5% d’augmentation) à l’échelle du kilogramme de porc, alors que ramené au kilogramme de matière première, il était augmenté.. Enfin, l’impact occupation des sols des sources protéiques européennes est confirmé à la hausse : plus de surfaces européennes sont requises pour produire ces sources en protéines en comparaison du soja Brésilien. en complément de cette approche, il faudrait aussi regarder au détriment de quelles cultures se fait cette production locale de protéines et quelles sont les incidences finales sur le climat.

Analyse environnementale de l’utilisation de sources de protéines européennes pour l’alimentation porcine. JRP 2020, p. 337

Impacts relatifs des différentes sources de protéines mobilisables en alimentation porcine, comparés en base 100 par apport au tourteau de soja Brésilien moyen

 
Feed a Gene

Incidence environnementale à l’échelle du kilogramme de porc de l’utilisation de sources de protéines innovantes dans l’alimentation des porcs charcutiers en comparaison avec un scénario « très » favorable au tourteau de soja brésilien

 

 
Feed a Gene
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Le tourteau de soja reste difficile à déloger des formules d'aliment porc, grâce à ces caractéristiques nutritionnelles intéressantes et son prix compétitif.
Le soja reste toujours incontournable dans les formules des aliments porcs
Dans le contexte de flambée du coût des matières premières et de pénurie pour certaines, le tourteau de soja (hors non OGM)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)