Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les protéines européennes dans l'alimentation des porcs, une bonne idée pour le climat

Utilisées en substitution à 10 % de soja brésilien, les protéines européennes ont une action positive sur le climat. Mais leurs émissions en ammoniac et les surfaces requises sont plus importantes.

Les protéines européennes affichent en moyenne une réduction de plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au soja brésilien. © G. Omnès
Les protéines européennes affichent en moyenne une réduction de plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au soja brésilien.
© G. Omnès

Des sources de protéines européennes pour remplacer le soja brésilien dans l’alimentation des porcs, une bonne idée pour le climat ? Oui d’après le projet européen Feed a Gene, mais en se comparant à des rations avec plus de 10 % de tourteau de soja Brésilien, et avec potentiellement plus d’émissions en ammoniac et de surfaces requises. Ces conclusions soulignent la diversité des enjeux et de fait la complexité de la question. L’idée de départ est pourtant simple : la production de soja au Brésil est en partie associée à de la déforestation de forêt primaire, ce qui a un effet sur le climat. Il s’agit donc de substituer le soja Brésilien utilisé dans les rations des porcs par des sources de protéines produites en Europe.

Le projet Feed a Gene a travaillé sur quatre sources de protéines européennes (SPE) innovantes, avec des déploiements industriels à différents stades :

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les transformateurs européens, en particulier les Polonais, Néerlandais, Irlandais et Danois, seront les plus perturbés par le Brexit.  © Ifip
Le marché du porc britannique dans l’incertitude après le Brexit
En février, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne. Ce pays est un marché d’importance pour les…
Guy Kerhervé : « Avec un cheptel de 600 truies naisseur engraisseur, la taille de l’élevage devenait suffisante pour rentabiliser l’investissement dans une FAF complète." © A. Puybasset
Une FAF intégrale pour optimiser le coût alimentaire de l’élevage naisseur engraisseur de 600 truies
La SCEA Kerhervé a investi dans un cœur de FAF et augmenté sa capacité de stockage de matières premières, pour alimenter tout l’…
Pour les livraisons des reproducteurs Choice, les chauffeurs sont équipés de masque de protection. © Choice
La filière porcine s’adapte au contexte Covid-19
Des solutions ont été trouvées pour maintenir l’activité de la filière dans tous les corps de métier, tout en respectant les…
Avec les cases ascenseur, le gain net de prolificité estimé est de 0,36 porcelet sevré par portée. © D. Poilvet
Des éleveurs unanimement satisfaits des cases ascenseur pour les truies en maternité
Selon une enquête des chambres d’agriculture de Bretagne, les éleveurs interrogés sont satisfaits de leurs cases ascenseur, tant…
La Chine veut construire des élevages de porcs à l’étranger pour approvisionner son marché intérieur

Le 16 mars dernier, l’agence de planification et le ministère de l’Agriculture chinois ont publié un nouveau plan de…

Les échanges mondiaux permettent de résoudre des pénuries momentanées qui interviennent dans certaines régions du monde, comme en Chine actuellement. © M. Sardin
Le Covid-19 va peu impacter le commerce mondial du porc
Pour l’Ifip, le commerce mondial du porc pourrait être peu affecté à long terme par la crise du Covid-19. Même si, pour certains…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)