Aller au contenu principal

Les porcs charcutiers alimentés avec des fourrages ont de bonnes croissances

L’apport de fourrages protéagineux ne dégrade pas les performances de croissance des porcs en engraissement. Mais pour certains d’entre eux, l’indice de consommation se dégrade.

Selon un essai réalisé à la station de Crécom des chambres d’agricultures de Bretagne dans le cadre du projet Fourproporc (1), l’apport de fourrages riches en protéines, présentés sous forme d’enrubannage, de bouchons ou de farine n’a pas affecté la croissance des porcs en engraissement (Figure 1), malgré un rationnement alimentaire (95 % du volume d’aliment de leur plan d’alimentation). Seuls les porcs rationnés avec une distribution à volonté d’enrubannage de luzerne ont eu des croissances plus faibles (Figure 2). Les qualités de carcasse sont maintenues pour tous les fourrages testés, voire améliorées (Figure 3). En revanche, l’indice de consommation est dégradé avec l’apport de fourrages (Figure 4), traduisant une moindre efficacité alimentaire de ces derniers. Ces résultats ont été obtenus aussi bien sur caillebotis que sur litière, les deux modes de logement présents à la station expérimentale.

Meilleure valorisation en fin d’engraissement

Les porcs sur caillebotis alimentés avec des bouchons de luzerne ou avec un aliment contenant 5 % ou 10 % de farine de luzerne ont été abattus au même poids et au même âge que les porcs du régime témoin. Sur litière, les meilleures performances de croissance ont été observées chez les porcs nourris avec de l’enrubannage de trèfle violet associé à du ray-grass hybride. Les porcs alimentés avec des bouchons de luzerne ont des performances de croissance identiques à celles des porcs du régime témoin ; leurs meilleurs poids à l’abattage s’expliquant par de meilleurs poids à l’entrée en engraissement. Les porcs ayant reçu de l’enrubannage de luzerne ont eu des performances de croissance plus faibles mais tout de même satisfaisantes. Avec une plus faible croissance des porcs alimentés avec de l’enrubannage de luzerne, leurs bons taux de muscle ont permis de maintenir de bonnes plus-values carcasse.

Les porcs alimentés avec des fourrages ont une croissance plus faible sur la période 0-42 jours d’engraissement. Mais une croissance compensatrice est observée lors de la phase de finition (à partir de 105 jours d’âge) excepté pour ceux alimentés avec de l’enrubannage de luzerne. Ce résultat pourrait s’expliquer par une meilleure valorisation des fourrages par les porcs charcutiers plus âgés.

Des consommations variables des fourrages

Les porcs n’ont pas consommé les différents fourrages de la même façon. Ils ont davantage consommé l’enrubannage de luzerne (2,35 kg de matière sèche (MS) par porc par semaine contre 1,52 kg MS par porc par semaine pour l’enrubannage de trèfle violet ray-grass hybride, 0,71 kg MS par porc par semaine pour les bouchons de luzerne dans l’élevage sur litière et 1,69 kg MS par porc par semaine pour les bouchons de luzerne dans l’élevage sur caillebotis intégral). Ces différences peuvent s’expliquer par une appétence différente pour ces fourrages, potentiellement due à des taux d’humidité variables (54 % pour l’enrubannage de luzerne ; 48 % pour l’enrubannage de trèfle violet ray-grass hybride ; 10 % pour les bouchons de luzerne), à la conservation de ces fourrages et surtout à leur valorisation énergétique par les porcs. En effet, la valeur en énergie nette de ces fourrages est méconnue. Le calcul du coût alimentaire, suite à l’introduction de ces fourrages dans la ration des porcs, est en cours. Il permettra d’évaluer l’intérêt technico-économique de l’introduction de ces fourrages dans l’alimentation des porcs charcutiers.

(1) Le projet Fourproporc est financé en partie par le conseil régional de Bretagne. Il a pour objectif d’évaluer l’intérêt technico-économique, à l’échelle de l’exploitation, de l’introduction de fourrages protéiques cultivables en Bretagne dans la ration des animaux monogastriques (porcs et volailles) et dans les rotations culturales, afin d’améliorer l’autonomie protéique de ces élevages.

Repères

Essai réalisé à la station de Crécom sur deux bandes de porcs

204 porcs pour l’élevage sur caillebotis intégral, 172 porcs pour l’élevage sur litière
Entrée en engraissement à 60 jours d’âge en moyenne
Alimentation soupe
Les modes de distribution des fourrages :
Farines de luzerne : incorporation (5 et 10 %) dans la formule à l’usine d’aliment
Bouchons de luzerne : distribution à volonté dans un nourrisseur. Les porcs reçoivent en parallèle l’aliment témoin rationné à 95 %
Enrubannage de luzerne et de trèfle violet + ray-grass hybride : distribution à volonté au râtelier. Les porcs reçoivent en parallèle l’aliment témoin rationné à 95 %.

Maintien des performances de croissance avec la distribution de granulés de luzerne et de farine de luzerne

 

 
Source : Fourproporc-chambre d’agriculture de Bretagne.

Les porcs alimentés avec de l’enrubannage de luzerne ont eu des croissances plus faibles

 

 
Source : Fourproporc-chambre d’agriculture de Bretagne.

L’indice de consommation est dégradé avec l’apport de fourrages

 

 
Source : Fourproporc-chambre d’agriculture de Bretagne.

Une croissance compensatrice est observée sur la période finition pour les porcs alimentés avec les fourrages

 

 
Source : Fourproporc-chambre d’agriculture de Bretagne.

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB l’élevage a deux défis à relever : l’investissement et le renouvellement des élevages. "
Quels sont les défis à relever pour maintenir l’élevage de porcs en France?
L’assemblée générale de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a souligné les difficultés que…
La conjoncture économique plus favorable en 2023 encourage les investissements dans les bâtiments d'élevage.
Trésoreries : Une bonne année 2023 en élevage de porc

La hausse du prix du porc en 2023 a permis de renflouer les trésoreries des élevages de porc, mises à mal depuis 2020. L’étude…

Abattoir de la Cooperl. carcasses de porcs. viande de porc. salarié au travail. filière porcine. secteur porcin.  abattage et transformation.
Pourquoi les abattages de porc ont-ils fortement baissé sur la zone Uniporc en 2023?
Les abattages sur la zone Uniporc ont baissé de près de 5 % sur 2023 en comparaison à 2022.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)