Aller au contenu principal

Les éleveurs ligériens à la rencontre des lycéens

En Mayenne, des éleveurs interviennent dans des collèges et lycées agricoles pour présenter les métiers du porc. Les résultats encourageants amènent le Comité régional porcin à étendre l’initiative à toute la région.

Pour le Comité Régional Porcin (CRP) des Pays de la Loire, l’attractivité des métiers du porc est une priorité. « La région recherche des candidats à l’installation et des salariés » précise Gérard Bourcier, président du CRP Pays de la Loire. L'an dernier, une journée présentant les pistes d’avenir de la production porcine (bio, filières qualité, méthanisation…) a été organisée par le CRP, avec des témoignages d’éleveurs très positifs. 180 personnes y ont assisté, dont 50 % de jeunes. Des éleveurs de Mayenne sont par ailleurs intervenus dans des écoles agricoles du département. « Nous avons constitué un groupe de onze éleveurs et deux salariés", explique Mickaël Guilloux, l'un de ces éleveurs. "Il a fallu définir les publics cibles et les contenus des interventions, contacter les écoles, trouver les financements ». Le choix a été fait de rencontrer des élèves de la 4e au bac, pendant l’hiver, période où les jeunes décident de leur orientation et où les éleveurs sont plus disponibles. Sept écoles agricoles du département se sont montrées intéressées. Avant les interventions, les éleveurs ont suivi une journée de formation. " Les éleveurs sont à l’aise sur leur exploitation, mais moins dans une salle de classe", admet Mickaël Guilloux. "Nous avons dû nous former sur les messages à faire passer et les bons termes à utiliser selon l’âge des élèves. "

330 élèves ont été sensibilisés

Plusieurs supports de communication ont également été créés : un dessin animé sur les métiers du porc et des panneaux et un livret présentant la filière, les métiers de l’élevage porcin et les avantages qu’il y a à y travailler. « Nous avons mis en avant que c’est une filière qui recrute, qui permet le contact avec les animaux, qui n’est pas physique et permet une vie sociale normale et qui utilise les outils technologiques d’aujourd’hui » précise Mickaël Guilloux. Au total, 17 interventions ont été réalisées, dont 9 en exploitation et 8 en classe. Les 330 élèves rencontrés étaient à 84 % des garçons et 16 % des filles. 37 % étaient fils ou filles d’agriculteurs. 92 % d'entre eux ont été satisfaits des interventions, 80 % ont appris des choses et 44 % ont envie de travailler en élevage porcin suite à l’intervention des éleveurs. Les professeurs se sont aussi dits surpris par le professionnalisme des éleveurs dans leur communication. Un lycée a décidé d’investir dans son élevage pour améliorer l’attractivité des métiers du porc et d’avancer la période de stage de la terminale à la première, pour que les élèves puissent découvrir l’élevage porcin plus tôt. « Face à ces résultats encourageants, nous avons recommencé en 2019 en ciblant également des écoles d’enseignement général » indique Mickaël Guilloux. La décision a été prise aussi au CRP de mettre en place dans chaque département de la région des groupes d’éleveurs pouvant dupliquer l’opération en s’appuyant sur les outils de communication mis au point en Mayenne. En 2019, des interventions se font aussi dans le département de la Vendée, et plus tard en Loire Atlantique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)