Aller au contenu principal

L’efficacité digestive des porcs en croissance est un caractère héritable permettant de sélectionner sur ce critère

Une sélection sur l’aptitude des porcs à digérer permettrait de produire des animaux qui valorisent mieux les rations et qui s’adaptent à une forte diversité des matières premières.

Pour sélectionner les animaux sur l'efficacité digestive, les organismes de sélection utilisent des alimentateurs individuels (comme ici à la station Axiom d'Azay sur Indre). © D. Poilvet
Pour sélectionner les animaux sur l'efficacité digestive, les organismes de sélection utilisent des alimentateurs individuels (comme ici à la station Axiom d'Azay sur Indre).
© D. Poilvet

En conditions normales d’élevage, un porc absorbe entre 75 et 85 % des nutriments et de l’énergie contenus dans les aliments. Ce chiffre souligne, à l’inverse, que 15 à 25 % des nutriments sont excrétés par l’animal et ne sont donc pas utilisés pour sa croissance. Ceci constitue à la fois une perte économique mais aussi un rejet néfaste pour l‘environnement.

L’absorption par l’intestin des nutriments contenus dans les aliments, appelée digestibilité, est bien connue des nutritionnistes pour formuler les aliments. Elle varie fortement entre aliments selon leur composition physico-chimique. En particulier, une forte teneur en fibres tend à diminuer la digestibilité d’une matière première. La capacité à digérer dépend aussi pour partie de l’individu. La sélection sur l’efficacité digestive apparaît donc comme un levier pertinent pour améliorer l’efficacité alimentaire de la production porcine et sa durabilité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les éleveurs qui obtiennent les portée les plus lourdes au sevrage sont aussi ceux qui font le moins appel aux portées adoptives ou au sevrage précoce. © D. Poilvet
Comment sevrer un maximum de porcelets par les truies
Une étude terrain réalisée par la firme génétique Danbred décrypte le savoir-faire des éleveurs qui font très peu appel au…
Les chinois repeuplent leurs élevages de porcs avec de la génétique française suite à l'épidémie de peste porcine africaine

La société de génétique porcine française Nucleus a exporté ce dimanche 8 novembre 2 000 reproducteurs (Large White by Nucléus…

Un groupe d'éleveurs se mobilise pour l’arrêt de la castration des porcelets

"Oui aux mâles entiers, non à la généralisation de la castration sous anesthésie". Tel est le mot d’ordre d’un groupe…

Les 260 m2 de panneaux installés sur le nouvel engraissement produisent annuellement 40 000 kWh. © S. Dondel
Le photovoltaïque pour atteindre l’autonomie énergétique en élevage porcin
Au Gaec du Chêne Harel, l’élevage de porc produit l’équivalent de 77 % de l’électricité qu’il consomme. L’électricité…
Instaurer et maintenir de bonnes relations au sein d’une équipe demande une attention permanente. © Chambre d'agriculture de ...
Les clés pour fidéliser ses salariés porcins
Avoir en permanence une équipe de salariés compétents et motivés est le rêve de tous les employeurs. Cela demande de bonnes…
La géométrie et la nature de la technologie utilisée dans les radiants à onde longue ou à onde courte permettent une répartition uniforme de la chaleur. © Ifip
Les radians à ondes longues consomment moins d'énergie que ceux à ondes courtes pour chauffer les porcelets en post-sevrage.
Le chauffage rayonnant à infrarouges ondes longues permet d’économiser 65 % d’électricité pour chauffer des salles de post-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)