Aller au contenu principal

Le syndicat Culture Viande inquiet des impacts de la fièvre porcine africaine (FPA) en Allemagne

L’arrêt brutal des exportations de viandes de porc allemandes vers la Chine suite au premier cas de fièvre porcine africaine le 10 septembre met en alerte le syndicat Culture Viande.  

Dans la zone le long de la frontière avec la Belgique, l'ONCFS et les chasseurs maintiennent une forte pression de chasse. © Stephane-Beillard_ONCFS-bd
La survenue d'un premier cas de FPA sur un sanglier en Allemagne le 10 septembre a entraîné la fermeture du marché Chinois pour les abatteurs allemands.
© Stephane-Beillard_ONCFS-bd

En termes de conjoncture économique pour la filière porcine, le début d’année 2020 est jugé plutôt correct par le syndicat des entreprises françaises des viandes Culture Viande. « Et cela grâce à une bonne dynamique du commerce extérieur (-5% en volume mais +13% en valeur sur les 7 premiers mois de 2020), en particulier vers la Chine », a souligné Paul Rouche, directeur délégué de Culture Viande, lors d’une conférence de presse mardi 29 septembre. La France a déjà exporté 100 000 tonnes de viande de porc vers la Chine (+19% en volume et +39% en valeur/2019). Les volumes devraient atteindre près de 150 000 tonnes d’ici la fin de l’année. « C’est un marché très rémunérateur et demandeur. Le cours en Chine atteint aujourd’hui quelque 7 €/kg. »

Les inquiétudes de Culture Viande portent davantage sur la survenue de la fièvre porcine africaine en Allemagne et sur ses conséquences sur les marchés internationaux.

Les enjeux pour la France sont triples : il s’agit à la fois d’éviter une contamination de FPA sur le territoire national, d’aboutir à un accord de régionalisation avec la Chine et de contenir les importations de viande allemande à destination du marché français. « La mise en avant de l’origine Porc Français marche bien en grande surface et sur la viande fraîche. Nos inquiétudes portent surtout sur les secteurs de la salaison et de la transformation. On voit déjà une augmentation des importations, notamment à l’est du territoire français», s’inquiète Paul Rouche.

Concernant l’accord de régionalisation avec la Chine, les discussions ont bien avancé depuis un an. Une prochaine réunion entre les autorités sanitaires chinoises et françaises est prévue en octobre. Si la Chine semble plus ouverte aux négociations sur un accord de régionalisation (qui consiste à maintenir les échanges commerciaux en dehors de la zone géographique concernée par les cas de FPA), deux autres volets sont en discussion : l’un, porté par l’Allemagne, consisterait à faire une distinction entre un cas de FPA sur des sangliers et des porcs domestiques. « Mais la Chine y semble réticente. » La France, demande pour sa part, à ce qu’il puisse y avoir un accord de compartimentation par filière de production, d’amont à l’aval. Cette sécurisation par filière verticale jouerait un rôle déterminant si jamais un cas de FPA était détecté en Bretagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)