Aller au contenu principal

Faciliter la prise en charge des pathologies respiratoires des travailleurs en milieu agricole

Le dépistage et le diagnostic d’une pathologie pulmonaire sur les travailleurs en milieu agricole peuvent être longs. Le réseau Repran facilite la prise en charge de ces pathologies.

Les travailleurs en milieu agricole sont exposés à des aérocontaminants comme les particules, gaz ou substances chimiques nocives pour les voies respiratoires. Ce sont les principales causes des pathologies pulmonaires professionnelles agricoles (Pappa) dont les symptômes sont toux, maux de tête, fièvre, fatigue, essoufflement… Ces symptômes peuvent ressembler à ceux d’une grippe ou d’une bronchite, c’est pourquoi le réseau Repran a été mis en place au niveau national par les MSA, l’institut national de médecine agricole et les équipes hospitalo-universitaires.

Quels sont les objectifs du réseau Repran ?

Le réseau Repran a quatre objectifs :

-Améliorer le diagnostic et la prise en charge des Pappa pour les assurés agricoles ;

-Contribuer à la formation et à l’information des professionnels des MSA et des professionnels de santé (de premier recours et hospitaliers) mais aussi des filières professionnelles agricoles (recherche/vulgarisation) ;

-Associer les malades (par le biais notamment d’une association de malade) et les assurés avec des outils adaptés à leur prise en charge.

-Faciliter la mise en place de travaux de recherche sur les Pappa.

Quand faire appel au réseau ?

Le réseau s’adresse aux professionnels de santé et de la prévention ainsi qu’aux travailleurs agricoles (salarié, non salarié, employeur) qui rencontrent des problèmes respiratoires (toux, sifflements, expectorations, essoufflement, fièvre, fatigue…).

Comment fonctionne le réseau ?

Un malade, un travailleur agricole, un médecin-conseil, un employeur, un pneumologue, un allergologue… peuvent solliciter le service Sécurité santé au travail (SST) MSA local, le service partenaire du CHU (CCPP/Pneumologie), ou la coordination nationale Repran pour une situation respiratoire agricole professionnelle problématique. Cette demande est instruite soit localement soit concertée avec la coordination nationale. Les acteurs de Repran s’informent mutuellement de ces demandes. En cas de demande directe à la coordination nationale, les coordonnateurs questionnent, orientent, répondent, (bilan médico-professionnel) en tenant informé le service SST MSA local.

Les différents acteurs du réseau Repran, coordination nationale, MSA locale, services partenaires du CHU local, font le point, ensemble ou seul selon le degré de gravité, sur la situation médico-sociale du malade et élaborent avec le malade des pistes d’avenir. En effet, le Réseau mobilise un nombre conséquent d’acteurs ayant chacun un champ de compétences spécifique œuvrant dans le parcours de soins du patient. Ils tiennent informés le malade et le médecin traitant. Les acteurs du réseau peuvent recourir à l’avis de service de pneumologie ou de pathologie professionnelle de CHU référents via la coordination nationale, organiser des réunions de concertation et d’expertise et diligenter très exceptionnellement des mesures métrologiques sur le lieu de travail en s’appuyant sur les ressources locales lorsqu’elles existent.

Repères

Pour plus d’informations : www.asept.org/reseau-repran.html

Pour contacter le pilotage du réseau : ASEPT Franche-Comté Bourgogne ; Tél. 07 86 71 70 18 ; e-mail : repran@franchecomte.msa.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

L'UGPVB demande un plan Covid 19 pour les éleveurs de porcs
L'UGPVB demande la mise en place d'un plan de soutien pour le secteur porcin, à la hauteur des moyens mis en oeuvre dans les…
L'anesthésie à la lidocaïne doit être faite au moins 5 minutes avant la castration.
Deux méthodes pour castrer les porcelets sous anesthésie locale
La prise en charge de la douleur lors de la castration chirurgicale nécessite une utilisation combinée d’une anesthésie locale,…
L'affaiblissement des flux à l'export devrait se poursuivre dans les prochains mois.
Le repli du prix du porc va persister
Le recul du cours du porc se poursuivra cet hiver, dans un contexte de prix élevés des matières premières et des énergies et des…
Le biogaz est produit dans le digesteur et post-digesteur de 1 050 m3 chacun.
Une nouvelle organisation de l'exploitation porcine avec la méthanisation
Une unité de méthanisation, ce n’est pas juste un atelier qui s’ajoute sur la ferme. Chez Damien et Jordan Pruvot installés à…
La production de jambon sec de qualité nécessite d'avoir plus de 10 mm de gras de couverture.
La vaccination contre les odeurs sexuelle compatible avec la production de jambons secs
Deux études publiées au congrès de l’AFMVP (1) le 2 décembre dernier démontrent que les jambons de porcs mâles entiers vaccinés…
Les éleveurs de porcs mobilisés à St Brieuc pour demander de l’aide aux pouvoirs publics

De nombreux éleveurs de porcs et des salariés des entreprises de la filière se sont retrouvés ce jeudi 20 janvier en fin de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)