Aller au contenu principal

Le CFMA créé par Cooperl ou les enjeux de la formation en portes ouvertes

À l’occasion des journées portes ouvertes (21 novembre et 5 décembre) du Centre de formation aux métiers de l’agroalimentaire (CFMA) à Lamballe, sa responsable Marielle Gallouet nous explique les enjeux.

Marielle Gallouet responsable du Centre de formation aux métiers de l’agroalimentaire (CFMA)
© Franck Jourdain

Réussir Porcs : Pourquoi organiser ces journées portes ouvertes ?

Marielle Gallouet : Parce que le CFMA est encore jeune et qu’il a besoin de se faire connaitre sur son territoire. Créé par Cooperl en 2020 pour structurer ses besoins en formation qu’il conduisait depuis le début des années 1990, ce centre agréé prestataire de formations a démarré ses activités en septembre 2021.

Alors que le gros des formations arrivera en janvier prochain, nous avons formé en un peu plus d’un an 2 518 personnes dont 106 éleveurs. Nous avons en effet la particularité de former aux métiers de l’élevage porcin et de l’industrie agroalimentaire des publics adultes salariés, en recherche d’emplois ou en reconversion professionnelle.

 

Réussir Porcs : Quelles formations proposez-vous ?

Marielle Gallouet : Toutes les formations nécessaires à l’industrie de la viande, les formations réglementaires (hygiène, sécurité…) et surtout qualifiantes, à partir du début 2023 : conduite de lignes, maintenance (trois niveaux de formations jusqu’au BTS), deuxième transformation des viandes, etc. En adéquation avec les orientations de la coopérative, le CFMA propose également des formations en lien avec l’élevage. Le CFMA est un des deux centres de formation en Bretagne -avec le lycée professionnel du Nivot (Lopérec, Finistère)- à proposer un CQP (certificat de qualification professionnelle) de salarié en production porcine. Sa particularité, c’est que la formation de six mois se déroulera essentiellement en élevage. Les personnes intéressées par l'accueil de salariés apprenants au sein de leur exploitation et les candidats à la formation peuvent se faire connaître auprès du CFMA : contact@cfma.school

     

Réussir Porcs : Quels sont les moyens humains du CFMA ?

Marielle Gallouet : Nous disposons de quatre formateurs à plein temps et faisons appel à une cinquantaine de prestataires, tous salariés Cooperl et formés à la pédagogie. Ce sont des experts-métiers qui apportent une vraie plus-value professionnelle à leurs interventions. Pour rayonner, le CFMA s’inscrit dans tout un réseau de l’insertion, les agences de Pôle Emploi, agences d’intérim, GEIQ22, etc. qui seront d’ailleurs présentes lors des portes ouvertes. Nos formations sont référencées Ocapiat et permettent leur prise en charge financière. C’est tout sauf anodin : cela démontre que le CFMA n’est pas qu’un prestataire, mais qu’il a une mission de formation au bénéfice de la région.

  

Innover dans le recrutement

Le groupe Cooperl (7 700 collaborateurs répartis dans trente sites industriels) voit chaque en année en moyenne 400 personnes partir en retraite. Il en recrute un peu plus dans le même temps pour compenser les départs et soutenir la croissance de ses activités. Ces embauches se font sans trop de difficultés, assure François Thébault, directeur des ressources humaines. « Nous bénéficions d’une bonne marque d’employeurs », dit-il. Pour autant, la notoriété de l’entreprise est parfois insuffisante. Il faut donc innover. Le logement des saisonniers l’été dernier « a fait l’objet d’une convention avec le conseil départemental des Côtes d’Armor pour héberger douze personnes dans un lycée de Lamballe ». Il faut aussi continuer de former, faire monter en compétence les personnels. D’où l’intérêt du CFMA « pour répondre aux besoins de formation de notre territoire », souligne Monsieur Thébault.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)