Aller au contenu principal

L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020

Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs bretons, derrière le leader Cooperl dont l'activité a légèrement baissé en 2020. 

l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché.
© Les mousquetaires

Selon les données d’Uniporc ouest analysées par les Chambre d’agriculture de Bretagne, en 2020, plus de 13,8 millions de porcs ont été abattus en Bretagne représentant un volume global de 1,3 million de tonnes (1). En Bretagne, l’activité d’abattage est aux mains de quelques groupes situés aux premières positions nationales.

Lire aussi : Moins de porcs abattus sur la zone Uniporc Ouest en 2020

 

En tête, la coopérative Cooperl voit son nombre de porcs diminuer en 2020 par rapport à 2019, aussi bien sur ses deux sites bretons de Lamballe et Montfort-sur-Meu (-3,6 %, soit plus de 140 000 porcins de moins) que sur celui de Saint-Maixent (Nouvelle-Aquitaine). La part de la Cooperl dans les abattages de la région perd 0,6 point pour atteindre 28,2 %. Viennent ensuite avec un nombre de porcins en augmentation (+1,2 %, soit 30 300 animaux supplémentaires), les unités de la filiale Agromousquetaires du groupe de distribution Intermarché, soit Josselin porc abattage à Josselin, Gatine Viandes à La Guerche-de-Bretagne et Société briécoise d’abattage à Briec (spécialisée en abattage et première transformation de coches) qui totalisent 18,3 % de l’activité régionale. À la troisième place, le groupe privé Jean Floc’h, avec ses deux outils d’abattage à Locminé et Loudéac, progresse quant à lui de 1,4 % pour représenter 16,5 % de l’activité régionale.

Ensuite Kermené avec son seul site situé au Mené, filiale du groupe Leclerc, progresse cette année, malgré une activité d’abattage perturbée au second trimestre du fait de la contamination d’une partie du personnel par la Covid-19. En cinquième place, le groupe privé Bigard et ses abattoirs du Finistère voient leurs volumes d’abattage diminuer de 1 %, soit 19 000 porcs de moins. Contrairement à 2019, sa baisse d’activité n’est pas compensée par un développement de ses outils situés hors Bretagne, l’activité d’abattage de porcins en France du groupe baisse de près de 40 000 porcs sur l’année (-1 %).

Sur six ans l’activité de certains groupes bretons a fortement évolué, avec la progression de plus de 20 % du groupe Jean Floc’h et de l’abattoir Abéra du groupe Avril, alors que les outils d’Agromousquetaires et de Bigard connaissent une baisse d’activité proche de 7 % et que le groupe Cooperl et l’abattoir Kermené sont proches de la stabilité.

(1) Donnée provisoire à partir des données des 10 premiers mois 2020, source : Agreste-Draaf Bretagne.

Les plus lus

éleveur de porcs en maternité
« Des performances exceptionnelles avec la nouvelle maternité de notre élevage de porcs »

Vincent et Roger Prat atteignent des niveaux de performance très élevés depuis la mise en service de leur nouveau bloc…

porcs en engraissement
Comment rénover les engraissements des élevages de porcs avec des grandes cases?
Les grands groupes semblent séduire de plus en plus d’éleveurs dans le cadre d’une rénovation de bâtiments. Mais certains points…
éleveur de porcs et ses salariés
La considération : une clé de la fidélisation des salariés en élevage de porcs

David Riou est éleveur à Plouvorn, dans le Finistère. Pour fidéliser et motiver ses quatre salariés, il est attentif à l’…

salarié élevage de sélection axiom
Axiom se lance dans l’arrêt de la caudectomie des porcelets

À Usson-du-Poitou dans la Vienne, un des élevages de sélection des lignées femelles d’Axiom s’est engagé dans une démarche d’…

éclairage dans les bâtiments porcins
La lumière oriente les porcs dans leur case

Un groupe de chercheurs allemands a réalisé un test de préférence sur les conditions d’éclairement en post-sevrage sur un…

construction d'un bâtiment porcin
Le coût des bâtiments porcins a flambé

Le coût des bâtiments porcins a fortement augmenté entre 2015 et 2023, selon l’Ifip. Cette hausse importante s’est…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)