Aller au contenu principal

« La vidéo m'aide à détecter les phases de morsures de queue des porcs»

Pour le vétérinaire allemand Franz Lappe, l’analyse vidéo est un moyen efficace pour déterminer les éléments déclencheurs d’un épisode de caudophagie et sensibiliser les éleveurs aux facteurs de risque.

Le vétérinaire Franz Lappe utilise depuis huit ans la méthode d'analyse vidéo pour identifier les phases de morsures et les mordeurs.
Le vétérinaire Franz Lappe utilise depuis huit ans la méthode d'analyse vidéo pour identifier les phases de morsures et les mordeurs.
© F. Lappe

Le vétérinaire allemand Franz Lappe a recours depuis plusieurs années à l’analyse vidéo pour l’aider à réaliser un diagnostic de caudophagie. « Cette méthode est un succès dans plus de 80 % des cas », a-t-il témoigné auprès des vétérinaires porcins français lors du congrès AFMVP. Praticien en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il a développé sa propre approche pour accompagner ses éleveurs et comprendre les causes de morsures des queues.

Lire aussi : Quelles sont les initiatives d’arrêt de coupe des queues des porcelets de nos voisins européens?

« L’analyse d’images vise à observer de manière intensive les animaux sans que leur comportement ne soit influencé par la présence de l’humain. Elle permet de déterminer plus facilement le ou les individus mordeurs, le moment et le type de morsure. Ces indicateurs aident à comprendre la motivation de la morsure, pour agir ensuite sur les causes. »

 

 
La caméra est posée dans une boite hermétique pour la protéger de l'ammoniac et des poussières.
La caméra est posée dans une boite hermétique pour la protéger de l'ammoniac et des poussières. © F. Lappe

Cibler des séquences de jour et de nuit

La caméra doit être installée dans la salle d’élevage dès le début des problèmes de caudophagie. Les porcs de la case sont numérotés à l’aide d’un marqueur afin de repérer le mordeur. Le vétérinaire utilise une caméra Panasonic (non professionnelle), suffisamment sensible à la lumière pour les observations de nuit. Branchée sur le secteur, elle est fixée en hauteur de manière à avoir une prise de vue suffisamment large. Elle est installée dans une caisse en plastique hermétique, pour la protéger de l’ammoniac et de la poussière. « J’utilise la même depuis huit ans. »

 

 
Les porcs sont numérotés pour identifier le ou les individus mordeurs.
Les porcs sont numérotés pour identifier le ou les individus mordeurs. © F. Lappe

Équipée d’une carte SD de 164 mégaoctets, la caméra a une autonomie d’enregistrement de 17 heures, largement suffisante pour réussir à filmer les phases de morsures (8 heures au minimum). Le logiciel associé à la caméra découpe ensuite l’enregistrement en séquences de 22 minutes, ce qui permet de cliquer directement sur celles comportant des morsures de queue. Le vétérinaire avoue avoir passé du temps les premières fois (4 heures) à l’analyse des vidéos, « mais avec l’expérience, cette méthode n’est pas si chronophage », estime-t-il. « Selon l’élevage, lepremières observations de l’éleveur et les suspicions de type de morsures, je sais désormais quand filmer (de nuit, de jour, après les repas…) et quelles sont les phases à risque à visionner. Une morsure obsessionnelle se répète en général toutes les 4-5 minutes et sera rapide à détecter. Il faut aussi cibler des séquences de jour et de nuit, des morsures ayant parfois lieu uniquement de nuit, notamment celles liées à un problème de couchage, illustre-t-il. Au bout de 30 minutes de visionnage, je sais dire quelle est la cause des morsures. On peut pousser jusqu’à 1 ou 2 heures pour une analyse plus en profondeur. »

 

 
Franz Lappe, vétérinaire en Allemagne : « L’analyse d’images vise à observer de manière intensive les animaux sans que leur comportement ne soit influencé par la ...
Franz Lappe, vétérinaire en Allemagne : « L’analyse d’images vise à observer de manière intensive les animaux sans que leur comportement ne soit influencé par la présence de l’humain.» © A. Puybasset

La vidéo a un intérêt pédagogique

À travers plusieurs exemples, Franz Lappe a montré des situations de caudophagie qui ont pu être résolues suite à l’analyse d’images : morsures plus intenses après les repas de soupe qui étaient liées à un dysfonctionnement de la pompe de dilution de l’aliment ; morsure d’un individu gêné par l’entrée directe des rayons du soleil en milieu d’après-midi (stress obsessionnel) ; entassement de porcs la nuit sur une partie de la zone de couchage liée à la fuite d’une vanne de lisier ; morsures d’oreille et de queue et comportement de tétée en post-sevrage (dysbiose et perte de sodium et de protéines) ; morsures par les porcelets les plus légers (compétition et surconsommation à l’arrivée en post-sevrage)… Pour le vétérinaire, ces segments de vidéos ont aussi un intérêt pédagogique et contribuent à persuader les éleveurs de la nécessité des changements à mettre en place dans l’élevage.

Trois types de morsures

Franz Lappe distingue trois comportements de morsures :

1 celles en « deux étapes : mâchonne puis mord », motivées par l’exploration et le besoin de fouissage (en réponse à l’ennui, nécessité d’enrichir l’environnement)
2 celles « soudaines et violentes » associées à une compétition des ressources (eau, aliment, zone d’inconfort)
3 les morsures « obsessionnelles ». « Cette dernière forme, la plus fréquente, apparaît davantage sur des animaux chétifs ou malades. »

Les plus lus

éleveur de porcs en maternité
« Des performances exceptionnelles avec la nouvelle maternité de notre élevage de porcs »

Vincent et Roger Prat atteignent des niveaux de performance très élevés depuis la mise en service de leur nouveau bloc…

porcs en engraissement
Comment rénover les engraissements des élevages de porcs avec des grandes cases?
Les grands groupes semblent séduire de plus en plus d’éleveurs dans le cadre d’une rénovation de bâtiments. Mais certains points…
éleveur de porcs et ses salariés
La considération : une clé de la fidélisation des salariés en élevage de porcs

David Riou est éleveur à Plouvorn, dans le Finistère. Pour fidéliser et motiver ses quatre salariés, il est attentif à l’…

bâtiment porcin
Comment organiser les zones de vie des porcs charcutiers en engraissement ?
De nombreux concepts de bien-être animal portent sur le fait de laisser le choix à l’animal. Concernant les zones de vie, leur…
salarié élevage de sélection axiom
Axiom se lance dans l’arrêt de la caudectomie des porcelets

À Usson-du-Poitou dans la Vienne, un des élevages de sélection des lignées femelles d’Axiom s’est engagé dans une démarche d’…

éclairage dans les bâtiments porcins
La lumière oriente les porcs dans leur case

Un groupe de chercheurs allemands a réalisé un test de préférence sur les conditions d’éclairement en post-sevrage sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)