Aller au contenu principal

La main-d’œuvre, clé de résilience des abattoirs de porcs aux États-Unis

En étudiant les facteurs de résilience des abattoirs de porcs aux États-Unis pendant la pandémie de la Covid-19, quatre économistes américains ont mis en évidence que la main-d’œuvre est déterminante. 

La main-d’œuvre, clé de résilience des abattoirs de porcs aux États-Unis
© D. Poilvet

 

Bien que les abattoirs les plus grands aient davantage été impactés par la pandémie du virus Covid-19, ce n’est pas tant la taille du site, mais la disponibilité de la main-d’œuvre qui a affecté leur activité. 

L’apparition du virus sur le territoire a provoqué l’absence de nombreux salariés, obligeant les abattoirs à réduire leur activité, voire à fermer temporairement.

À la fin du printemps 2020, de nombreux sites ont mis en place des politiques réduisant la transmission du virus. Les abattoirs ont ainsi pu retrouver rapidement leur niveau d’activité initial, prouvant leur résilience face à la pandémie.

L’étude nous montre aussi que ce sont dans les territoires où la population est en déclin que les abattoirs ont réduit le plus leurs volumes pendant la pandémie, suggérant ainsi que la disponibilité de la main-d’œuvre locale est déterminante dans la résilience des abattoirs face aux aléas.

La réduction des abattages a eu un impact sur le revenu des abattoirs. Il est estimé en moyenne inférieur de 42 % en avril 2020 par rapport à la période d’avril 2020 à mars 2021, puis inférieur de seulement 4 % en mai 2020 grâce à une hausse du prix des pièces de porcs alors que les volumes étaient toujours bas.

De manière générale, pour les abattoirs la hausse des prix pendant la Covid n’a pas compensé la réduction du volume d’abattage. Toutefois, l’étude ne prend pas en compte les coûts de production et donc ne donne pas de mesure d’impact sur le bénéfice.

 

Côté biblio

The Resiliency of U.S. Pork Packing during the COVID-19 PandemicPadilla, Agricultural and Applied Economics Association (AAEA), Maclachlan, Vaiknoras et Schulz (2022).

 

"La main-d’œuvre au cœur des débats"

Nicolas Rouault, Ifip- Institut du porc

© Ifip

La main-d’œuvre dans les abattoirs est un sujet prégnant aux États-Unis. En voulant initialement répondre au débat sur la vulnérabilité des abattoirs en lien avec leur concentration, cette étude contribue in fine aux débats nationaux sur la main-d’œuvre. Le manque de travailleurs a contribué à la hausse des prix du porc pour les consommateurs. Face à la réduction des abattages durant la pandémie en raison des absences des salariés, les éleveurs n’ont pu trouver acheteurs et les prix du porc ont baissé. Redynamiser la main-d’œuvre dans les territoires où sont installés les abattoirs est donc un défi à relever pour la prospérité de la filière porc des États-Unis. En France, la disponibilité de la main-d’œuvre est également déterminante pour les abattoirs, néanmoins le manque de travailleurs est moindre en comparaison avec l’outre-Atlantique.

Les plus lus

Rémy Six et son fils Romain : « Les cases maternité liberté permettent d’être en phase avec les attentes sociétales, tout en offrant davantage de place pour la truie et sa portée. »
Bien-être en porc : "Notre maternité liberté est climatisée"
Laëtitia et Rémy Six ont investi dans une maternité bien-être dont les choix d’équipements ont été orientés sur le confort de…
Le coût de production des bâtiments ouverts a augmenté de près de 1 euro par kilo de carcasse en 2022.
Les temps sont durs pour les élevages de porcs alternatifs allemands
En Allemagne, environ 1,5 % des porcs étaient produits en 2021 dans des bâtiments alternatifs ouverts sur l’extérieur. Ce taux ne…
Abattages de porcs par groupement sur la zone Uniporc Ouest en 2022
Abattages de porcs par groupement sur la zone Uniporc Ouest en 2022
Cooperl, Evel'up et Porc Armor Evolution sont les trois premiers groupements apporteurs de porcs sur la zone Uniporc Ouest. 
Régression des volumes abattus de porcs en Bretagne
Les volumes de porcs abattus en Bretagne régressent
À l’image de la plupart des pays européens et du reste de la France, la Bretagne connaît un recul de ses abattages de porcs en…
sanders porc éleveur porcelet porcherie alimentation animal
Des porcelets de qualité, simplement et sans médicament
En Ille-et-Vilaine, l’élevage d’Arnaud et de ses quatre associés compte 315 truies en système naisseur-engraisseur. Il y concilie…
Les interprofessions porc des régions à faible densité s’associent
Les huit interprofessions porcines d’une large partie du Nord, de l’Est et du Centre de la France (Auvergne, Rhône-Alpes,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)