Aller au contenu principal

Jusqu’à 35 % de lupin bleu dans les rations des porcs charcutiers

En Australie, le département de l’agriculture et de l’alimentation a travaillé avec l’université de Murdoch sur l’apport de lupins doux dans l’alimentation des porcs charcutiers.

Jusqu’à 35 % de lupin bleu dans les rations des porcs charcutiers
© Réussir

Les résultats des travaux montrent que le lupin bleu peut être incorporé jusqu’à 35 % de la ration des porcs charcutiers sans compromettre les performances (croissance, composition de la carcasse et qualité de la viande). En effet, selon les auteurs, l’augmentation du taux de lupin bleu dans les rations jusqu’à 35 % n’a eu aucun effet ni sur la vitesse de croissance, ni sur la composition des carcasses ni sur la qualité de la viande. Un essai a été conduit sur 224 porcs à l’engraissement à partir d’un poids vif de 27 kg. L’effectif a été réparti en huit lots de 28 porcs. Le dispositif factoriel 4 x 2 reposait sur quatre niveaux d’incorporation relativement élevés de lupin bleu dans la ration, respectivement 20, 25, 30 ou 35 % et l’absence ou la présence d’une supplémentation avec un complexe enzymatique, dont l’objectif est d’améliorer la digestibilité de l’énergie et des acides aminés. À 107 kg de poids vif, les porcs ont été abattus dans un abattoir commercial. Des mesures de qualité de la viande (pH, couleur, force de cisaillement, exsudats, pertes à la cuisson…) ont été réalisées sur un sous-échantillon de 18 porcs choisis parmi les lots avec les taux extrêmes de lupin (20 et 35 %) et sans supplémentation enzymatique. De la même manière, la supplémentation avec un complexe enzymatique n’a eu aucun impact sur les performances de croissance et de composition de la carcasse. L’hypothèse avancée est que le complexe enzymatique utilisé n’était pas spécifique des polysaccharides non amylacés présents dans le lupin.

Côté biblio

Effect of Australian sweet lupin (Lupinus angustifolius L.) inclusion levels and enzyme supplementation on the performance, carcass composition and meat quality of grower/finisher pigs. Kim J.C., Mullan B.P., Nicholls R.R., Pluske J.R., 2011. Animal Production Science, 51, pp 37 -43.

« Une alternative au soja pour le bio »
Florence Maupertuis, Chambre d’agriculture des Pays de la Loire

 © Chambre d'agriculture des Pays de la Loire

« Le lupin blanc (Lupinus albus) et le lupin à feuilles étroites appelé lupin bleu (Lupinus angustifolius) sont des lupins doux à très faibles teneurs en alcaloïdes. La production française est actuellement composée exclusivement de lupin blanc mais quelques hectares de lupin bleu sont cultivés en agriculture biologique. Le lupin blanc est limité à 10 % dans les aliments du fait de sa richesse en alpha-galactosides, à l’origine de phénomènes de flatulence. Le lupin bleu contient moins de facteurs antinutritionnels et pourrait donc être utilisé à des taux plus élevés dans les aliments. Il pourrait constituer une bonne alternative au tourteau de soja, notamment en agriculture biologique, même si son rendement agronomique est inférieur à celui du lupin blanc. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement

 

Selon les données de l’observatoire de la formation des prix des marges (…

Coup de chaleur : 4 points de vigilance pour limiter le stress thermique des porcs
Anticiper le risque de stress thermique à l’approche de la saison estivale doit être un prérequis d’une bonne conduite d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)