Aller au contenu principal

Faire face à la pénurie de salariés

Le nombre d’offres d’emploi non satisfaites augmente fortement dans les élevages de porcs. Mais des moyens existent pour inverser cette tendance

La station de sélection Hypor de Sichamps, dans la Nièvre, privilégie les bonnes conditions de travail, avec des investissements dans des équipements performants et des rénovations de bâtiments qui prennent en compte l'ergonomie.
© D. Poilvet

Presque un tiers des offres pour un poste de salarié en production porcine ne sont pas pourvues en Bretagne. C’est ce que révèle l’observatoire de l’emploi agricole en Bretagne pour l’année 2017, piloté par l’Anefa (1). En agriculture, il faut compter en moyenne quatre mois pour trouver un salarié une fois l’annonce passée. Une situation alarmante qui traduit un déséquilibre entre l’offre et la demande. Toujours selon l’Anefa, le nombre d’offres d’emploi de salariés agricoles en Bretagne a augmenté de 14 % en 2017. Ce taux atteignait même +17 % sur le premier trimestre 2018. Les exploitations porcines sont de plus en plus nombreuses à faire appel à de la main-d’œuvre salariée. En 2016, 46 % des exploitations dont la production principale est le porc embauchaient des salariés (permanents ou occasionnels), contre 40,3 % en 2000. Entre 2000 et 2016, la part du salariat est passée de 28 à 39 % des actifs agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vincent Pastoureau. « C’est une fierté d’avoir pu reprendre l’élevage familiale et de montrer qu’on peut très bien vivre avec une petite exploitation bien gérée. »
« Je gagne bien ma vie avec 90 truies »
En reprenant l’exploitation familiale, Vincent Pastoureau s’est engagé dans la démarche Nouvelle Agriculture de Terrena. Pour ce…
Kiko Abenia, Vall Companys. « Nous ne produisons pas de carcasses malodorantes grâce à des poids d’abattage moins élevés qu’en France, et à l’utilisation de génétiques maigres.»
« La non-castration des porcs mâles ne pose aucun problème en Espagne »
Malgré une production standard basée essentiellement sur du mâle entier, les entreprises espagnoles peuvent commercialiser leur…
La viande de mâle entier est adaptée aux produits de charcuterie pauvre en gras, de type jambon cuit découenné et dégraissé, mais peu aux jambons secs avec un long procédé de séchage.
Le porc mâle entier ne fait pas l’unanimité chez les transformateurs
Plus maigre et moins épaisse en gras, la viande issue de mâle entier est bien adaptée aux produits cuits mais défavorable aux…
Le respect du chargement en engraissement contribue à avoir des cochons plus homogènes, et réduit le temps à passer au tri.
Dix pratiques gagnantes pour améliorer l’indice de consommation des porcs en engraissement
Le groupement Evel’up a détaillé les dix pratiques majeures à respecter pour optimiser l’IC en engraissement à partir d’une…
Les grains de kéfir sont un agrégat de bactéries lactiques et de levures à distribuer aux porcelets en maternité.
Le Kéfir améliore la santé digestive des porcelets
L’administration d’un agrégat de bactéries lactiques et de levures aux porcelets en maternité limite la prolifération des…
Un vaccin contre la peste porcine africaine mis au point aux États-Unis
Un vaccin contre la peste porcine africaine mis au point aux États-Unis

Des chercheurs du ministère américain de l’Agriculture (USDA) affirment être parvenus à produire un vaccin contre la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)