Aller au contenu principal

Faire face à la pénurie de salariés

Le nombre d’offres d’emploi non satisfaites augmente fortement dans les élevages de porcs. Mais des moyens existent pour inverser cette tendance

La station de sélection Hypor de Sichamps, dans la Nièvre, privilégie les bonnes conditions de travail, avec des investissements dans des équipements performants et des rénovations de bâtiments qui prennent en compte l'ergonomie.
© D. Poilvet

Presque un tiers des offres pour un poste de salarié en production porcine ne sont pas pourvues en Bretagne. C’est ce que révèle l’observatoire de l’emploi agricole en Bretagne pour l’année 2017, piloté par l’Anefa (1). En agriculture, il faut compter en moyenne quatre mois pour trouver un salarié une fois l’annonce passée. Une situation alarmante qui traduit un déséquilibre entre l’offre et la demande. Toujours selon l’Anefa, le nombre d’offres d’emploi de salariés agricoles en Bretagne a augmenté de 14 % en 2017. Ce taux atteignait même +17 % sur le premier trimestre 2018. Les exploitations porcines sont de plus en plus nombreuses à faire appel à de la main-d’œuvre salariée. En 2016, 46 % des exploitations dont la production principale est le porc embauchaient des salariés (permanents ou occasionnels), contre 40,3 % en 2000. Entre 2000 et 2016, la part du salariat est passée de 28 à 39 % des actifs agricoles.

La pénurie de salariés pose problème. Au-delà de la surcharge de travail imposée à l’éleveur, c’est toute l’exploitation qui est désorganisée. "Certains éleveurs renoncent à agrandir par manque de main-d’œuvre ", souligne Yann Henry, le directeur du groupement Cooperl. Mais elle n’est pas une fatalité. Des leviers existent pour y remédier. À commencer par la manière d’attirer les candidats potentiels. L’offre d’emploi doit être adaptée au profil des salariés d’aujourd’hui qui n’ont plus les mêmes attentes que ceux d’il y a 10-20 ans. Des locaux accueillants peuvent être mis en avant dans la petite annonce. Le site internet Le bon coin souligne qu’une annonce avec une bonne photo est sept fois plus consultée qu’une annonce sans photo. Espace de détente, cuisine, sanitaires propres et en bon état… sont des éléments qui comptent, au même titre que de bonnes conditions de travail qui passent par des installations et des équipements fonctionnels et performants. Les jeunes en formation rencontrés pour élaborer ce dossier le confirment. Pour eux, la bonne ambiance au travail est leur premier critère de choix, devant le salaire !

Il faut compter en moyenne quatre mois pour trouver un salarié

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
François Denoual : «Avec la nouvelle maternité, je compte améliorer le nombre de sevrés par truie et gagner en confort de travail.»
« J'optimise mon temps de travail avec le nouveau naissage de mon élevage de porcs»

À la tête d’un élevage de 174 truies et sa suite, François Denoual a investi dans un bâtiment regroupant la maternité et la…

Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB l’élevage a deux défis à relever : l’investissement et le renouvellement des élevages. "
Quels sont les défis à relever pour maintenir l’élevage de porcs en France?
L’assemblée générale de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a souligné les difficultés que…
La conjoncture économique plus favorable en 2023 encourage les investissements dans les bâtiments d'élevage.
Trésoreries : Une bonne année 2023 en élevage de porc

La hausse du prix du porc en 2023 a permis de renflouer les trésoreries des élevages de porc, mises à mal depuis 2020. L’étude…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)