Aller au contenu principal

Faire face à la pénurie de salariés

Le nombre d’offres d’emploi non satisfaites augmente fortement dans les élevages de porcs. Mais des moyens existent pour inverser cette tendance

La station de sélection Hypor de Sichamps, dans la Nièvre, privilégie les bonnes conditions de travail, avec des investissements dans des équipements performants et des rénovations de bâtiments qui prennent en compte l'ergonomie.
© D. Poilvet

Presque un tiers des offres pour un poste de salarié en production porcine ne sont pas pourvues en Bretagne. C’est ce que révèle l’observatoire de l’emploi agricole en Bretagne pour l’année 2017, piloté par l’Anefa (1). En agriculture, il faut compter en moyenne quatre mois pour trouver un salarié une fois l’annonce passée. Une situation alarmante qui traduit un déséquilibre entre l’offre et la demande. Toujours selon l’Anefa, le nombre d’offres d’emploi de salariés agricoles en Bretagne a augmenté de 14 % en 2017. Ce taux atteignait même +17 % sur le premier trimestre 2018. Les exploitations porcines sont de plus en plus nombreuses à faire appel à de la main-d’œuvre salariée. En 2016, 46 % des exploitations dont la production principale est le porc embauchaient des salariés (permanents ou occasionnels), contre 40,3 % en 2000. Entre 2000 et 2016, la part du salariat est passée de 28 à 39 % des actifs agricoles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Le temps de travail hebdomadaire tous élevages avec truies confondus, est proche d’une UTH pour 56 truies présentes. © Chambres d'agriculture de ...
Un temps de travail important en élevage de porcs bio
Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les…
La fièvre porcine africaine a fait diverger les prix du porc en Europe

Le marché du porc européen est en plein remous depuis l’irruption de la fièvre porcine africaine (FPA) en Allemagne en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)