Aller au contenu principal

Des performances mitigées en engraissement avec l’ensilage de luzerne

L’apport d’ensilage de luzerne à hauteur de 10 % de la ration des porcs en finition ne dégrade par leurs performances de croissance. Cependant, la variabilité de la composition de la plante et des conditions de récolte rend aléatoire l’obtention d’un bon indice.

La distribution d’ensilage de luzerne dégrade l’indice de consommation.
La distribution d’ensilage de luzerne dégrade l’indice de consommation.
© Chambres d'agriculture de Bretagne

Dans le cadre du projet Fourproporc (1) réalisé en Bretagne sur la valorisation de fourrages comme source de protéines pour les porcs, l’équipe porc des Chambres d’Agriculture de Bretagne a testé l’apport d’ensilage de luzerne dans la ration des porcs en finition.

Lorsque l’ensilage de luzerne est apporté à hauteur de 10 % de la ration avec un aliment complémentaire équilibrant la ration, la vitesse de croissance et la durée d’engraissement ne sont pas dégradées. En revanche, lorsque la part d’ensilage représente 20 % de la ration des porcs en finition, leur vitesse de croissance est réduite et leur durée d’engraissement est plus longue ; malgré l’apport d’un aliment complémentaire permettant une ration iso-énergie nette et iso-lysine digestible par rapport à l’aliment témoin (tableau 2).

 

 

 

Le TMP n’est pas impacté par l’apport d’ensilage dans la ration. Mais plus la part de ce dernier augmente, plus le rendement des carcasses diminue en raison de l’augmentation de la taille relative du tube digestif à cause de la forte présence de fibres dans la ration des porcs.

L’indice de consommation se dégrade

La distribution d’ensilage de luzerne dégrade l’indice de consommation : il augmente de 5 % et 12 % pour des taux d’incorporation de respectivement de 10 % et 20 % dans la ration, par rapport à des porcs alimentés avec un aliment complet. L’ensilage de luzerne est appétant pour les porcs et très peu de refus ont été constatés, permettant d’obtenir des mêmes consommations journalières (à 86 % de MS) avec ou sans ensilage. Ainsi, la dégradation de l’indice est directement liée à de moindres performances de croissance. Cette dégradation peut être en partie liée à la mauvaise qualité de l’ensilage de luzerne utilisé.

 

 
L’ensilage réalisé à partir de luzerne en plante entière augmente la part de fibres non digestibles très présentes dans la tige. © Chambres d'agriculture de Bretagne
En effet, alors que l’objectif de matière sèche était de 35 %, un fanage trop long l’a porté à 61,9 %, ce qui a pu entraîner une perte d’azote protéique. De plus, l’ensilage a été réalisé à partir de luzerne en plante entière, ce qui augmente la part de fibres non digestibles très présentes dans la tige. Cette forte teneur en fibre a des conséquences directes sur la disponibilité de l’énergie et des acides aminés. Se pose alors la question de la variabilité de qualité des ensilages de luzerne que nous pouvons trouver dans les exploitations et leurs conséquences plus ou moins importantes sur les performances zootechniques des porcs en finition.

 

Peu d’amélioration de l’autonomie protéique

La quantité de lysine digestible dans l’ensilage de luzerne a été supposée quasiment nulle. Ainsi, l’incorporation d’ensilage de luzerne dans la ration nécessite d’apporter davantage de protéines et/ou d’acides aminés dans l’aliment complémentaire, ne permettant pas un fort gain d’autonomie protéique. Les aliments complémentaires à la distribution de 10 ou 20 % d’ensilage de luzerne ont des prix plus élevés respectivement de 3,3 % et 8,9 % par rapport à l’aliment complet du régime témoin. Mais en supposant un coût de production de 82 euros par tonne de matière sèche pour l’ensilage de luzerne (main-d’œuvre comprise), les coûts alimentaires entre les régimes avec ou sans ensilage de luzerne sont similaires. Néanmoins, le coût du kilo de croît des porcs ayant reçu 20 % d’ensilage de luzerne est plus élevé, en raison d’une croissance plus lente.

Problème d’évacuation du lisier

La distribution d’ensilage de luzerne a été distribuée à des porcs logés à la station de Crécom sur caillebotis intégral avec un stockage du lisier sous les caillebotis. Les déjections étant trop fibreuses et malgré l’ajout d’un liquéfiant, le lisier n’a pas pu être évacué par la pompe à lisier. C’est un problème majeur pour l’utilisation de fourrages dans l’alimentation des porcs en France, logés en majorité sur caillebotis.

 

 
Le temps de distribution de la luzerne conservée dans un silo couloir est important. © Chambres d'agriculture de Bretagne

De plus, même broyé finement, l’ensilage n’a pas pu être distribué par la machine à soupe de la station expérimentale, sa taille ainsi que les circuits de distribution étant trop petits. L’ensilage a donc été pesé et distribué manuellement deux fois par jour durant la période de finition, augmentant considérablement le temps de travail. À cela s’ajoute le temps lié à l’ensilage et de désilage de la luzerne. Le temps passé à la distribution d’ensilage sur l’ensemble de la période de finition, avec les conditions expérimentales contraignantes, a été de 50 minutes par porc.

(1) Le projet Fourproporc est financé en partie par le Conseil régional de Bretagne. Il a pour objectif d’évaluer l’intérêt technico-économique, à l’échelle de l’exploitation, de ...

 

Repères

Essai réalisé à la station de Crécom sur 2 bandes de porcs (144 porcs par bande).
Entrée en engraissement à 60 jours d’âge en moyenne.
Distribution de l’ensilage de luzerne à 102 jours d’âge en moyenne
Alimentation sèche

Les plus lus

Claudine Chauveau. «Dans le contexte actuel, augmenter le poids des porcs à l’abattoir est économiquement intéressant, à condition que le TMP et l'indice ne se dégradent pas.»
À l’élevage de porcs du Gaec Chauveau : Des résultats exceptionnels en engraissement
Au Gaec Chauveau dans la Sarthe, les porcs charcutiers dépassent le kilo de croissance quotidienne. Malgré un poids d’abattage…
Cyril et Marina Montier, et Vincent Lenoir. « Nous proposons à nos clients des viandes et des charcuteries en direct de notre coopérative. »
Un nouveau magasin Coop chez vous dans les Côtes-d’Armor
La ferme du Moulin Tizon à Penguily, dans les Côtes-d’Armor, est le 17e magasin Coop chez vous, une démarche de vente…
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)