Aller au contenu principal

Comment organiser les zones de vie des porcs charcutiers en engraissement ?

De nombreux concepts de bien-être animal portent sur le fait de laisser le choix à l’animal. Concernant les zones de vie, leur mise en application repose sur des concepts simples mais parfois délicats à mettre en œuvre.

Le projet Bâtiporc C4E, piloté par l’Ifip, ambitionne d’imaginer une nouvelle génération de bâtiment porcin. 

Dans le modèle actuel, le principal reproche porte souvent sur une remise en cause du bien-être des animaux à cause d’un sol uniforme et ajouré. Une des solutions pour améliorer cet aspect est de proposer une diversité de choix aux animaux. Par exemple, selon leur besoin, ils pourront disposer de différents types de sol (gisoir, paille, caillebotis). Un autre point important est de donner la possibilité aux animaux d’organiser leur espace de vie en trois zones : le couchage, les ressources (alimentation, abreuvement et enrichissement) et les déjections. Pour limiter la compétition et les conflits, des bonnes pratiques sont à respecter pour freiner la concurrence dans ces trois zones. Dans le cadre de ce projet, plusieurs visites d’élevages et des échanges avec les éleveurs ayant appliqué ces principes ont été réalisées. L’objectif à terme est d’imaginer un bâtiment multicritère dans lequel le bien-être des animaux serait pris en compte, mais aussi l’ergonomie au travail, le respect de l’environnement et les attentes sociétales.

Augmenter la surface par animal ou la taille du groupe

Pour diversifier les types de sol et faciliter la spécialisation des zones de vie, il est souvent nécessaire de revoir la densité animale. Avec un engraissement sur caillebotis intégral et 0,65 m² par porc, les différentes zones de vie sont assez compactes. En système d’alimentation à la soupe, les éleveurs positionnent généralement les abreuvoirs et les matériaux d’enrichissement au-dessus de l’auge. Cela permet de canaliser la zone d’activités sur un côté de la case et de libérer de l’espace restant pour les zones de couchage et de déjections. Des matériaux manipulables dispersés aux quatre coins de la case augmentent l’activité des animaux, ce qui nuit au confort de ceux qui veulent se reposer et peut conduire à des troubles comportementaux. Pour qu’un aménagement de ce type fonctionne, il faudra alors réduire les densités animales (1m² par porc par exemple) afin de libérer de l’espace. Cela engendre la plupart du temps une meilleure expression du potentiel des animaux et facilite les conditions d’accès aux ressources. L’installation d’un gisoir peut être une solution judicieuse pour matérialiser la zone de couchage. Mais il sera également préférable d’abaisser les densités animales afin de maximiser les chances qu’il reste propre et être très attentif aux conditions de réalisation (dimensionnement, position, aménagement de la case.)

Dans un contexte de forte inflation du coût des bâtiments et avec un objectif de zéro artificialisation des sols agricoles qui devient une réalité, la réduction des densités animales peut paraître compliquée. En effet, elle engendre soit une réduction des effectifs de truies afin de composer avec les bâtiments existants, soit la construction de bâtiments neufs. Une autre solution peut être d’augmenter la taille des groupes en engraissement. Cette conception a déjà été appliquée lors de la mise en groupe des truies gestantes en 2013. Les éleveurs ayant choisi un mode de logement regroupant plus de 40 truies pouvaient réglementairement réduire la densité animale de 10 %. En effet, le comportement grégaire du porc ainsi que sa capacité à organiser ses zones de vie permettent de libérer des espaces lorsque la taille d’un groupe d’animaux dépasse un certain seuil. Le même phénomène est observé en engraissement géré en grand groupe (case de 100 porcs et plus). Malgré tout, ce choix n’est pas anodin et génère d’autres contraintes avec lesquels il faudra composer (hétérogénéité du lot, mode d’alimentation, gestion du sanitaire…)

Lire aussi 

Combiner aire paillée et dalle technique sur caillebotis

L’association d’une aire paillée (environ 1 m²/porc) en contrebas d’une zone en caillebotis (entre 0,2 et 0,4 m²/porc) semble offrir de multiples possibilités d’aménagement de cases. La paille matérialise à la fois la zone de repos et celle d’enrichissement. Sur les caillebotis, on retrouve souvent le système d’alimentation et d’abreuvement. Cette zone doit également être identifiée comme l’espace de déjection. Il faudra donc concevoir un système de ventilation pour générer de l’inconfort dans cette zone. Pour l’évacuation des déjections sous les caillebotis, il est préférable de positionner un racleur car les effluents pailleux seront difficiles à sortir de manière gravitaire. Le principal risque avec ce type de concept est d’avoir une inversion des zones en été. Le phénomène de fermentation de la litière générant de la chaleur, les porcs auront tendance à dormir sur la zone caillebotis pour trouver de la fraîcheur et gêneront probablement l’alimentation et l’abreuvement de leurs congénères.

Yvonnick Rousselière, yvonnick.rousseliere@ifip.asso.fr

Avis d’expert - Yvonnick Rousselière, Ifip-Institut du porc

ingénieur Ifip
Yvonnick Rousselière, Ifip-Institut du porc © Ifip

« Nourrisseurs et DAC simplifient l’aménagement des cases »

« D’une manière générale, l’aménagement des zones de vie dans une case reste très théorique et divers évènements peuvent occasionner une modification de l’occupation de l’espace par les animaux. Malgré tout, on constate qu’en système d’alimentation à la soupe en auges longues, l’aménagement de la case est plus complexe qu’en système nourrisseurs ou DAC (distributeurs automatiques de concentrés). La zone d’alimentation est plus étendue, ce qui bloque la géométrie de la case et réduit les possibilités d’aménagements. »

Côté web

Dans le cadre du projet Bâtiporc C4E cofinancé par le fonds Casdar et en partenariat avec les chambres d’agriculture de Bretagne et de Pays de la Loire, une plate-forme web a été mise en place pour télécharger des fiches techniques afin d’accompagner les éleveurs et leurs conseillers dans la conception de nouveaux bâtiments porcins. Pour en savoir plus, rendez-vous ici 

Les plus lus

éleveur de porcs en maternité
« Des performances exceptionnelles avec la nouvelle maternité de notre élevage de porcs »

Vincent et Roger Prat atteignent des niveaux de performance très élevés depuis la mise en service de leur nouveau bloc…

porcs en engraissement
Comment rénover les engraissements des élevages de porcs avec des grandes cases?
Les grands groupes semblent séduire de plus en plus d’éleveurs dans le cadre d’une rénovation de bâtiments. Mais certains points…
éleveur de porcs et ses salariés
La considération : une clé de la fidélisation des salariés en élevage de porcs

David Riou est éleveur à Plouvorn, dans le Finistère. Pour fidéliser et motiver ses quatre salariés, il est attentif à l’…

bâtiment porcin
Comment organiser les zones de vie des porcs charcutiers en engraissement ?
De nombreux concepts de bien-être animal portent sur le fait de laisser le choix à l’animal. Concernant les zones de vie, leur…
salarié élevage de sélection axiom
Axiom se lance dans l’arrêt de la caudectomie des porcelets

À Usson-du-Poitou dans la Vienne, un des élevages de sélection des lignées femelles d’Axiom s’est engagé dans une démarche d’…

éclairage dans les bâtiments porcins
La lumière oriente les porcs dans leur case

Un groupe de chercheurs allemands a réalisé un test de préférence sur les conditions d’éclairement en post-sevrage sur un…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)