Aller au contenu principal

85 tonnes de carbone économisées par an avec une méthanisation passive

La méthanisation passive constitue un levier important pour diminuer les émissions de carbone des élevages de porc.

Avec une méthanisation passive, le label Bas carbone permettrait dans cet élevage une recette de 2 550 euros par an pendant cinq ans.
Avec une méthanisation passive, le label Bas carbone permettrait dans cet élevage une recette de 2 550 euros par an pendant cinq ans.
© D. Poilvet

Selon une simulation réalisée par la Chambre d’agriculture de Bretagne sur la base d’un diagnostic GEEP effectué dans un élevage de 250 truies naisseur-engraisseur, la mise en place de la méthanisation passive sur une fosse enterrée de 1 200 m3 permettrait d’économiser jusqu’à 85 tonnes d’équivalent CO2 par an. Au tarif actuel de 30 euros la tonne de carbone, la recette se chiffrerait à 2 550 euros par an pendant cinq ans dans le cadre d’une labellisation bas carbone.

Le biogaz capté servirait à faire fonctionner la chaudière qui assure le chauffage des 800 places de post-sevrage, déjà équipées d’aérothermes à eau chaude. Le temps de retour sur investissement hors label Bas carbone est estimé à 9,5 ans par rapport à un scénario de chauffage tout électrique à un tarif de 0,12 €/kWh. Avec la rémunération carbone, il descendrait à 7,5 ans. La méthanisation passive couvrirait l’intégralité des besoins de chauffage du post-sevrage. 6 % des émissions de gaz à effet de serre de l’élevage seraient ainsi épargnées à l’atmosphère. En outre, le captage du biogaz du lisier permettrait de diminuer la consommation énergétique relativement élevée dans cet élevage, ainsi que les émissions azotées au stockage.

Un outil pour progresser

Dans cet élevage, la gestion des effluents se prête bien à la méthanisation passive. Les 4 500 m3 de lisier frais mixte produits sont vidangés dans la fosse qui serait équipée d’un dispositif de captage passif du biogaz. Le trop-plein de cette fosse est évacué en continu dans une seconde fosse de 1 000 m3, ce qui permet un apport permanent de lisier frais à la méthanisation passive tout au long de l’année. Ainsi, son rendement est optimisé. De ce fait, la quantité de biogaz produit serait largement suffisante pour également préchauffer les engraissements avec des aérothermes à eau chaude. 

Dans cet élevage où les porcelets ne restent que 40 jours en post-sevrage, l’entrée précoce en engraissement à 22 kilos ne permet pas d’optimiser les performances. Avec le préchauffage, la croissance, l’indice de consommation et le taux de perte pourraient être améliorés. Et ainsi faire évoluer encore plus favorablement le bilan carbone de l’exploitation !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement

 

Selon les données de l’observatoire de la formation des prix des marges (…

Coup de chaleur : 4 points de vigilance pour limiter le stress thermique des porcs
Anticiper le risque de stress thermique à l’approche de la saison estivale doit être un prérequis d’une bonne conduite d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)