Aller au contenu principal

Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain

Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et bien-être animal.

Midiporc, l’Ifip et les acteurs de la filière porcine d’Occitanie ont imaginé le bâtiment d’engraissement de demain intégrant le bien-être animal et la protection de l’environnement. Rapidement, deux visions très distinctes sont apparues tout en partant d’un cahier des charges commun : cases de 28 animaux avec 1,5 m² par porc ; distinction de trois zones de vie (repos, alimentation, activité et déjections) ; présence de courette extérieure intégralement couverte ; caillebotis associé à un gisoir ; raclage en V ou lisier flottant sous les zones de déjections. Deux options se différencient selon la surface du gisoir et de la courette extérieure. Dans la première, le gisoir dédié au repos occupe un tiers de la surface totale (0,5 m²/porc). Il s’agit d’une zone intérieure équipée de cloisons mobiles pour adapter la surface disponible à la taille croissante des animaux. Cette zone doit rester propre. Les porcs disposent également d’une courette de 1 m²/porc. Elle est sur caillebotis et on y trouve la zone d’alimentation et de déjections. L’ensemble du bâtiment est en ventilation statique. Il n’y a donc pas de possibilité de traiter l’air extrait. Avec la seconde option, les zones de vie sont inversées. Dans l’espace intérieur sur caillebotis, les porcs disposent chacun d’une surface de 1 m². On y trouve la zone d’alimentation et une zone de déjections. La ventilation est gérée de manière dynamique et en surpression, ce qui permet l’installation d’un laveur d’air. Un jeu de barrière permet à la fois d’agrandir les zones de vie selon l’âge des animaux et de créer une zone d’infirmerie à l’intérieur de chaque case. La surface de la zone courette est de 0,5 m² par porc et la ventilation y est gérée de manière statique. On y trouve un gisoir paillé surmonté d’un capot afin de respecter le confort thermique des animaux en hiver, mais aussi un filet brise-vent et des rampes de brumisation pour gérer l’ambiance en période estivale. Côté alimentation, dans les deux cas, les matières premières utilisées sont sans OGM et produites localement. Si besoin, le tourteau de soja importé proviendra de filières garanties sans déforestation. Les rations sont gérées en triphase avec une formulation à bas taux protéiques et une utilisation de phytases.

Réduction de 50 % des gaz à effet de serre

Les performances environnementales de l’engraissement sont calculées sur trois critères (consommation d’énergie, émissions d’ammoniac et de gaz à effet de serre (GES)). Elles sont comparées à celles de deux élevages de référence classique sur caillebotis intégral, l’un sans bonne pratique (Réf), et l’autre avec lavage d’air et couverture associée à de la méthanisation passive de type Nénufar (Réf env +).

 

 

 

– Les réductions de consommations d’énergie permises par la ventilation statique du bâtiment majoritairement ouvert atteignent 90 % par rapport aux élevages de référence (en ventilation dynamique). Pour le bâtiment majoritairement fermé, l’installation d’une gaine centralisée permet de réaliser des économies sur la ventilation. Mais elles sont annulées par la ventilation en surpression. Il n’y a donc pas de réduction d’énergie avec cette option, en comparaison avec les élevages de référence.

– Les émissions d’ammoniac sont très dépendantes de la localisation des déjections dans la case. Si les cochons défèquent à l’endroit prévu et que les déjections sont normalement évacuées par les racleurs, les émissions sont identiques à celles d’un bâtiment conventionnel équipé d’un laveur d’air (Réf env +). Elles sont même légèrement réduites si le bâtiment alternatif est lui-même équipé d’un laveur d’air. Cependant, si les déjections ne sont pas maîtrisées et qu’elles souillent les gisoirs, les émissions d’ammoniac augmentent jusqu’à 30 %.

-Les émissions de GES sont réduites de 50 % dans les deux bâtiments alternatifs étudiés par rapport au bâtiment conventionnel équipé d’une méthanisation passive (Réf env +). Cette performance est à mettre au crédit du raclage en V et de la méthanisation passive qui les équipent. Ces deux techniques limitent fortement les émissions de méthane au bâtiment et au stockage. En revanche, si le bâtiment alternatif utilise uniquement la méthode de lisier flottant à la place du raclage et de la méthanisation passive, on retrouve des rejets similaires à ceux d’un bâtiment conventionnel sans bonnes pratiques environnementales.

Le coût de ces bâtiments est élevé. Globalement, ces deux configurations d’élevage multiplient quasiment par 2, voire 2,5, le coût d’une place (hors surcoût du raclage en V) sur la base du coût des matériaux en janvier 2021 par rapport au bâtiment de référence sans bonnes pratiques.

Côté Web :

Retrouvez une vidéo 3D présentant ce bâtiment sur la chaîne Youtube de l’Ifip : Playlist « Bâtiment de demain »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)