Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Petite histoire de vacherie politique

Le futur candidat président Macron, sans casque, sous l'assaut des journalistes à la Foire de Châlons, le 1er septembre 2016.
© Guillaume Perrin / La Marne agricole

Cela pourrait s'appeler " les bottes du président " mais commençons l'histoire par un casque. De chantier, d’abattoir ou même de pompier. Emmanuel Macron a tout essayé et il reste Imperturbablement stoïque dans cet exercice pourtant difficile. Finalement, il regrette peut-être que le port du casque ne soit pas obligatoire dans d’autres circonstances. Au salon de l’Agriculture, par exemple. Entre les œufs qui volaient bas et son souci de ne « pas se prendre les perches dans la tête » au milieu des journalistes en mode ‘ pousse toi de là que je m’y mette ’, notre futur président a eu bien du mal, en mars dernier, à garder la tête haute. Avançant difficilement dans les allées noires de monde, assommé verbalement par un visiteur le traitant de « malhonnête », le candidat a malgré tout réussi à caser quelques grandes lignes de son programme sur les prix agricoles et les investissements d’avenir pour l’agriculture. Droit dans ses bottes. Mais, pour ses détracteurs, des bottes pas assez rurales.

D’où une cruciale interrogation : le président Macron a-t-il déjà visité une exploitation agricole ? La question, relayée par LCI et l’équipe de Yann Barthès, est posée par Laurent Wauquiez . Pour le candidat à la tête du parti Les Républicains, la réponse est clairement « non ». L’ancien maire du Puy-en-Velay pense d’ailleurs avoir une explication : le président ne visite pas les fermes car elles sont en dehors de Paris et que Mr Macron a une « haine de la province ».

Alors, la photo parue dans le Parisien du 8 septembre 2016 serait-elle truquée ? Le candidat Macron n’était pas encore déclaré mais la ferme ne semble pas virtuelle. Selon le quotidien, elle se trouve en province, en Auvergne, dans le Cantal, département limitrophe de la Haute-Loire, chère à Mr Wauquiez.

Le futur candidat président y est parfaitement reconnaissable, dans son costume cravate bleu que l’on peut difficilement confondre avec une cote. C’est bien lui, s’exerçant à la traite d’une vache. La preuve en image. Fin de la petite guéguerre. On va pouvoir de nouveau s’occuper d'agriculture, devenue si importante aux yeux de nos politiques.

Les plus lus

Nuisibles : l'athlète olympique tire sur les corbeaux pour aider les agriculteurs
Les JO 2020 de Tokyo sont reportés à 2021. Le vol pour le Japon n’aura pas lieu cet été. Alors en attendant, c’est dans la Manche…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
« L'élevage en danger » : les Safer veulent des parts sociales soumises à régulation du foncier
Relancer notre économie, s’inscrire dans la durabilité et la résilience, garantir notre souveraineté alimentaire. Les Sociétés d’…
[Coronavirus] – Notre top des masques improbables : le ridicule protège contre l’anxiété
Sur Internet, les sujets les plus graves ne connaissent pas de barrières. Depuis deux mois, les masques ont laissé libre cours à…
Publicité