Aller au contenu principal

Petite histoire de vacherie politique

Le futur candidat président Macron, sans casque, sous l'assaut des journalistes à la Foire de Châlons, le 1er septembre 2016.
© Guillaume Perrin / La Marne agricole

Cela pourrait s'appeler " les bottes du président " mais commençons l'histoire par un casque. De chantier, d’abattoir ou même de pompier. Emmanuel Macron a tout essayé et il reste Imperturbablement stoïque dans cet exercice pourtant difficile. Finalement, il regrette peut-être que le port du casque ne soit pas obligatoire dans d’autres circonstances. Au salon de l’Agriculture, par exemple. Entre les œufs qui volaient bas et son souci de ne « pas se prendre les perches dans la tête » au milieu des journalistes en mode ‘ pousse toi de là que je m’y mette ’, notre futur président a eu bien du mal, en mars dernier, à garder la tête haute. Avançant difficilement dans les allées noires de monde, assommé verbalement par un visiteur le traitant de « malhonnête », le candidat a malgré tout réussi à caser quelques grandes lignes de son programme sur les prix agricoles et les investissements d’avenir pour l’agriculture. Droit dans ses bottes. Mais, pour ses détracteurs, des bottes pas assez rurales.

D’où une cruciale interrogation : le président Macron a-t-il déjà visité une exploitation agricole ? La question, relayée par LCI et l’équipe de Yann Barthès, est posée par Laurent Wauquiez . Pour le candidat à la tête du parti Les Républicains, la réponse est clairement « non ». L’ancien maire du Puy-en-Velay pense d’ailleurs avoir une explication : le président ne visite pas les fermes car elles sont en dehors de Paris et que Mr Macron a une « haine de la province ».

Alors, la photo parue dans le Parisien du 8 septembre 2016 serait-elle truquée ? Le candidat Macron n’était pas encore déclaré mais la ferme ne semble pas virtuelle. Selon le quotidien, elle se trouve en province, en Auvergne, dans le Cantal, département limitrophe de la Haute-Loire, chère à Mr Wauquiez.

Le futur candidat président y est parfaitement reconnaissable, dans son costume cravate bleu que l’on peut difficilement confondre avec une cote. C’est bien lui, s’exerçant à la traite d’une vache. La preuve en image. Fin de la petite guéguerre. On va pouvoir de nouveau s’occuper d'agriculture, devenue si importante aux yeux de nos politiques.

Les plus lus

[Mise à jour] Annulation du salon de l'agriculture 2021 : une décision sera prise avant mi-octobre
Le Salon de l'agriculture de Paris est censé se tenir du 27 février au 07 mars 2021. Interrogé par Agra Presse, son président…
« Viande végétale » : Anvol, Inaporc et Interbev attaquent « Les Nouveaux Fermiers » en justice
Anvol, Inaporc et Interbev ont décidé d’assigner les « Nouveaux Fermiers » en justice. Les attaques portent sur les termes « …
Julien Denormandie masque gouvernement agriculture
[INTERVIEW] RIP, viande végétale, PAC, retenues d'eau : le ministre de l'Agriculture prend position
Pour le ministre de l'Agriculture, les zones intermédiaires sont « un sujet de préoccupation majeur ». Recevant Agra Presse et la…
Un blé à plus de 200 €/t : des signaux positifs sur le marché des céréales
Le blé a franchi le cap des 200 €t rendue Rouen. Autre signal positif : le blé français gagne en compétitivité face à l’origine…
Le salon de l'agriculture 2021 est annulé
La décision était attendue avec la crise du coronavirus. L’édition 2021 du Salon international de l’agriculture de Paris est…
La « plus grande ferme d’insectes au monde » va s'installer près d'Amiens
Après Dole dans le Jura, la start-up française Ÿnsect devrait mettre en production un deuxième site au nord d’Amiens, dans la…
Publicité