Aller au contenu principal

Pénurie de main d'œuvre au Royaume-Uni : des milliers de bouchers manquent

Le Royaume-Uni manque actuellement de 15 000 bouchers. C’est ce qu’a affirme l’Association britannique des transformateurs de viande (BMPA). Le secteur craint des pénuries d’aliments traditionnels pour Noël. Faute de main d'œuvre suffisante pour traiter la viande, 150 000 porcs risquent d’être abattus dans les dix prochains jours sans pouvoir entrer dans la chaîne alimentaire.

Selon l'Association britannique des transformateurs de viande (BMPA), il manquerait actuellement 15 000 bouchers au Royaume-Uni, ce qui risque de provoquer des pénuries d’aliments festifs à l’approche des fêtes de Noël.
© Cyrielle Delisle

L’armée britannique est mise à contribution ce lundi pour assurer l’approvisionnement des stations-service du Royaume-Uni en carburant. Cette situation est une conséquence de la pénurie de chauffeurs routiers qui sévit actuellement outre-Manche. Un manque de main d’œuvre qui touche aussi d’autres secteurs professionnels. C’est le cas notamment de la boucherie.

Des pénuries d'aliments festifs pour Noël ?

Selon des déclarations de l'Association britannique des transformateurs de viande (BMPA) au quotidien anglais The Times le 1er octobre, le secteur manquerait actuellement de 15 000 bouchers, laissant craindre des pénuries de produits traditionnels pour Noël. Le secteur a ainsi été contraint de se concentrer sur l'approvisionnement des supermarchés en morceaux de viande de base. « Nous aurions vraiment dû produire des aliments de Noël à partir de juin ou juillet, mais ce n'est pas le cas jusqu'à présent », a commenté le représentant du BMPA dans le journal anglais. En conséquence, il avertit qu'il y aura « des pénuries d'aliments festifs, comme les saucisses roulées au bacon », un met prisé des Britanniques pour les fêtes.

Des porcs qui ne seront pas consommés

Pire, c’est un gaspillage considérable qui est à prévoir. Selon le Syndicat national des agriculteurs, la pénurie de bouchers pourrait entraîner l'abattage de 150 000 porcs dans les dix prochains jours. Ces bêtes « n'entreront pas dans la chaîne alimentaire », elles seront plutôt « incinérées » ou « jetées à la poubelle », faute de main d'œuvre suffisante pour traiter la viande, a souligné Rob Mutimer, le président de la National Pig Association, sur la chaîne d’information anglaise BBC news.

Pour faire face à cette crise, le Royaume-Uni envisage de délivrer des visas pour des bouchers étrangers. « Les ministres discutent de plans visant à assouplir les restrictions en matière de visas pour permettre à un millier de bouchers étrangers d'entrer dans le pays », assure The Times.

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
Sanglier ville capture écran reportage TV
Quand les sangliers arrivent en ville, Christiane Lambert pointe « la protection des espèces »
A Rome, les sangliers se promènent dans les rues la nuit et se nourrissent des détritus des poubelles. Un phénomène lié à une « …
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Assemblée nationale
[Mise à jour] Egalim 2 définitivement adoptée : quels changements pour les agriculteurs ?
La loi Egalim 2 est définitivement adoptée après l'ultime vote du Sénat jeudi 14 octobre au soir. Retour sur ses principales…
Différents labels de qualité
Forte offensive d’UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France contre les labels alimentaires
Une révision de la gouvernance de l’INAO, et des soutiens apportés aux signes de qualité, mentions réglementées et labels…
Publicité