Aller au contenu principal

Pénurie de main d'œuvre au Royaume-Uni : des milliers de bouchers manquent

Le Royaume-Uni manque actuellement de 15 000 bouchers. C’est ce qu’a affirme l’Association britannique des transformateurs de viande (BMPA). Le secteur craint des pénuries d’aliments traditionnels pour Noël. Faute de main d'œuvre suffisante pour traiter la viande, 150 000 porcs risquent d’être abattus dans les dix prochains jours sans pouvoir entrer dans la chaîne alimentaire.

Selon l'Association britannique des transformateurs de viande (BMPA), il manquerait actuellement 15 000 bouchers au Royaume-Uni, ce qui risque de provoquer des pénuries d’aliments festifs à l’approche des fêtes de Noël.
© Cyrielle Delisle

L’armée britannique est mise à contribution ce lundi pour assurer l’approvisionnement des stations-service du Royaume-Uni en carburant. Cette situation est une conséquence de la pénurie de chauffeurs routiers qui sévit actuellement outre-Manche. Un manque de main d’œuvre qui touche aussi d’autres secteurs professionnels. C’est le cas notamment de la boucherie.

Des pénuries d'aliments festifs pour Noël ?

Selon des déclarations de l'Association britannique des transformateurs de viande (BMPA) au quotidien anglais The Times le 1er octobre, le secteur manquerait actuellement de 15 000 bouchers, laissant craindre des pénuries de produits traditionnels pour Noël. Le secteur a ainsi été contraint de se concentrer sur l'approvisionnement des supermarchés en morceaux de viande de base. « Nous aurions vraiment dû produire des aliments de Noël à partir de juin ou juillet, mais ce n'est pas le cas jusqu'à présent », a commenté le représentant du BMPA dans le journal anglais. En conséquence, il avertit qu'il y aura « des pénuries d'aliments festifs, comme les saucisses roulées au bacon », un met prisé des Britanniques pour les fêtes.

Des porcs qui ne seront pas consommés

Pire, c’est un gaspillage considérable qui est à prévoir. Selon le Syndicat national des agriculteurs, la pénurie de bouchers pourrait entraîner l'abattage de 150 000 porcs dans les dix prochains jours. Ces bêtes « n'entreront pas dans la chaîne alimentaire », elles seront plutôt « incinérées » ou « jetées à la poubelle », faute de main d'œuvre suffisante pour traiter la viande, a souligné Rob Mutimer, le président de la National Pig Association, sur la chaîne d’information anglaise BBC news.

Pour faire face à cette crise, le Royaume-Uni envisage de délivrer des visas pour des bouchers étrangers. « Les ministres discutent de plans visant à assouplir les restrictions en matière de visas pour permettre à un millier de bouchers étrangers d'entrer dans le pays », assure The Times.

Les plus lus

Une pétition lancée pour demander la dissolution de l’association L214
Agacés par les actions menées par l'ONG animaliste, des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour demander…
Plein de gazole non routier
Flambée du GNR : les entreprises de travaux agricoles demandent le remboursement anticipé de la TICPE
La fédération nationale des entrepreneurs des territoires demande le remboursement partiel anticipé de la TICPE sur le gazole non…
Et si une agriculture intensive préservait mieux l’environnement ?
Une étude que vient de publier l’université de Cambridge arrive à une conclusion à laquelle on ne s’attendait pas vraiment : une…
vaches limousines avec colliers Nofence sous les pommiers.
« Nous testons les clôtures virtuelles pour faire du pâturage tournant »
Soutenus par le conseil régional et la chambre régionale d’agriculture d’Ile-de-France, Florentin Genty et son frère Germain du…
Pacifica et Groupama annoncent une augmentation de l’assurance récolte de 10 à 25 % en 2022
Chez Pacifica et Groupama, une hausse des primes de l’assurance multirisque climatiques est prévue en 2022. Pour ces Pacifica,…
Agenda
Ce qui change pour l’agriculture au 1er novembre 2021
Revalorisation des retraites pour les exploitants agricoles, mise en place du crédit d’impôt Glyphosate, mise en œuvre effective…
Publicité