Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Paul Nahon] Quand Envoyé Spécial défendait l’agriculture…

© T. Guillemot

Il a coupé son micro de journaliste professionnel après 35 ans de télévision. Le créateur de l'émission référence « Envoyé Spécial » en 1990, avec son comparse Bernard Benyamin se consacre désormais bénévolement à l'humanitaire. Il est le communicant de « La chaine de l'espoir », association qui soigne les enfants dans les pays en difficultés. Il a également été directeur de l'information de France 2 et premier présentateur de l'émission « Les 4 vérités ». Entretien avec Paul Nahon qui évoque l'agriculture, les médias, la politique, Lactalis.

 

L'interview complète réalisée par Thierry Guillemot est à lire dans L’Agriculteur normand du 7 février.

Extrait en trois questions.

...

- L'Agriculteur normand - Comment expliquez-vous que les questions environnementales soient aussi prégnantes et toujours traitées sous l'angle de la peur dans les médias alors que les Verts ne font aux élections qu'un score à un chiffre ?

- Paul Nahon - Un, parce que l'écologie est un sujet transversal. Deux, parce qu'en journalisme, et vous le savez bien, on ne parle jamais des trains qui arrivent à l'heure. C'est d'autant plus vrai avec la multiplication des chaînes de télévision. On préfère faire un 26 minutes sur les boues vertes plutôt qu'un reportage sur un agriculteur heureux qui arrive à s'en sortir. On pense, peut-être à tort d'ailleurs, qu'on va faire plus d'audience.

 

- AN - Beaucoup d'agriculteurs souffrent de l'image que renvoie d'eux la presse. Que leur répondez-vous ?

- PN - 90 % des journalistes ne sont pas pourris, loin s'en faut. Tout ce que j'ai pu observer en 35 ans de télévision, c'est qu'il y a beaucoup d'écoute et de responsabilité.

 

- AN - Vu des champs, le journaliste parisien, c'est plutôt bobo de gauche qui mange bio, voire est végétarien et même vegan. Vous vous reconnaissez ?

- PN - Franchement, ce n'est pas cela. Je comprends la crispation et je l'admets, mais on peut prendre un contre exemple. Au delà de ces deux malheureux producteurs de lait privés de débouchés, c'est quand même bien Lactalis qui, cet été, a plié face à la pression médiatique en acceptant une revalorisation du prix du lait. Il ne faut pas l'oublier. Des exemples comme cela, il y en a des centaines.

...

 

Les plus lus

[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
Apiculture – Un printemps 2020 favorable à l’activité des abeilles et à la production de miel
Le mois d’avril est prometteur pour la récolte de miel 2020. Les abeilles auraient-elle profité du confinement ? Si les insectes…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
Publicité