Aller au contenu principal

Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »

Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le « naming » d’une équipe de cyclistes professionnels. En 2020, le sponsor « B & B Hôtels – Vital Concept » vibre avec ses coureurs sur les routes de son premier Tour de France.

C’est un Tour de France très particulier qui se déroule cette année. Les dates et les conditions sanitaires ont changé la physionomie de la course, avec moins de spectateurs le long des routes et plus devant les écrans de télévision. Pour Patrice Etienne également, la Grande Boucle 2020 est une aventure inédite. Pour la première fois, les maillots à la marque de son entreprise sont sur les routes du Tour de France. Vital Concept, spécialisée dans la fourniture de produits et équipements pour l’agriculture, est depuis 3 saisons sponsor d’une équipe cycliste professionnelle. Entretien avec le chef d’entreprise breton à l’initiative de ce projet.

Réussir - Quel a été votre parcours pour arriver en trois ans à vivre au rythme du Tour de France ?

Patrice Etienne - « Je suis à l’initiative de ce projet. A l’origine, notre entreprise s’est engagée seule dans le « naming ». Jérôme Pineau, ancien coureur professionnel, a rejoint l’équipe pour la manager. Dès la première année, nous avons été retenus dans la deuxième division. Nous nous sommes associés ensuite avec la chaîne bretonne d’hôtels B & B. Il y a 22 coureurs professionnels dans l’équipe « B & B Hôtels – Vital Concept » qui compte au total une cinquantaine de personnes. De février à octobre, nous participons à des programmes de course nationales et internationales : Paris-Nice, le Critérium du Dauphiné, Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, le Tour du Finistère, le Tour de Normandie… Notre projet était de pouvoir être invité sur le Tour de France. Et cette année, nous faisons partie des 4 équipes de 2e division invitées. C’est une épreuve mythique et nous y sommes ! »

PatriceEtienne

Réussir - Quel est l’intérêt pour une entreprise agricole d’être sur le Tour ?

P. E. – « Cette année, il y a moins de monde sur le tour mais les audiences télé sont très bonnes. Cela apporte d’abord et avant tout une notoriété de marque. L’équipe se montre tous les jours et donne une résonnance à la marque. Cela a un impact sur le fichier clients et sur notre modèle de relations à distance. Pendant les jours du Tour, les clients au téléphone ou sur le site Internet ont toujours plaisir à rappeler qu’ils ont vu l’équipe. Cela alimente beaucoup de conversations. La marque prend une autre envergure, au travers aussi de la communication sur les réseaux sociaux : Instagram, Twitter, Facebook. »

Réussir - D’où vous vient cette passion pour le vélo ?

P. E. – « J’ai toujours beaucoup aimé ce sport. Mes enfants en ont fait en compétition et je les ai accompagnés. J’ai appris plein de choses de ce sport et je me retrouve bien dans ses valeurs effort et travail. »

Réussir - Quel est votre plus beau souvenir du Tour de France ?

P. E. – « C’est un souvenir récent, de 2020 : celui de voir monter notre équipe sur le podium de présentation protocolaire. Et puis, tout ce qui s’est enchaîné très vite : la lutte acharnée au sprint avec Bryan Coquard, la course avec Pierre Rolland… On vibre presque tous les jours ! »

Réussir - Quelle ambition nourrissez-vous pour votre équipe ?

P. E. – « La dynamique est enclenchée et on veut bien finir le Tour. Le rêve serait de gagner une étape. On a été 11 fois dans les 10 premiers. On a encore nos chances. On y croit. Ensuite, notre ambition est de continuer à grandir et de poursuivre ce rôle au niveau mondial, en restant en deuxième division. Passer en 1ère division, c’est franchir un palier au niveau de la performance sportive et financière. Il faut intégrer de nouveaux talents et pour le moment, nous n’en avons pas les moyens financiers. »

Réussir - Vos coureurs ont-ils un lien avec l’agriculture ? Peuvent-ils retrouver la convivialité d’un bon repas, qui est une des valeurs du monde agricole, sur le Tour ?

P. E. – « Oui, nous avons des coureurs fils d’éleveurs ou en lien avec l’agriculture. Nous avons dans l’équipe un coureur belge et un coureur hollandais qui deviendront sans doute agriculteurs après leur carrière de cycliste. Pendant le Tour, ils arrivent à partager le plaisir de se retrouver à table le soir et de bien manger. Nous avons un cuisinier qui fait un marché de produits frais tous les jours. Ils mangent de la viande, du poisson, des pâtes, des légumes. Ils ont des menus équilibrés. Ce sont des fins gourmets et ils aiment manger. Pour eux, c’est aussi un bon moment de la journée. »

Réussir - Y a-t-il des valeurs communes entre le monde du vélo, le monde agricole et le monde de l’entreprise ?

P. E. – « Cycliste et agriculteur : dans les 2 cas, ce sont 2 métiers difficiles, c’est ce qui les rend proches. Tous les jours, il faut être au travail. Un cycliste ne peut pas baisser, pas s’arrêter. Le cyclisme est un sport qui véhicule une image positive : il faut combattre tous les jours, repartir tous les jours, consentir beaucoup d’efforts. C’est aussi le sens que l’on donne à notre entreprise. Nos collaborateurs et collaboratrices sont fiers de voir leur entreprise exposée dans le tour. Il y a un côté affectif non négligeable. Et puis, j’ai toujours plaisir à rappeler que le cyclisme est un sport de la ruralité. Le terrain de jeu, ce sont les belles routes de campagne. Les cyclistes, tous les jours, croisent des agriculteurs sur les routes. Nous prenons très à cœur de mettre en avant ce monde de l’agriculture et notre "base line" tout ce mois de septembre est : " Vital Concept est fier de représenter tous les agriculteurs français" ».

Lire aussi « Tour de France 2020 : l’agriculture française sur les chaînes de télé de 192 pays »

 

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité